Secret Invasion T 7 & 8 - Par Brian Michael Bendis et Leinil Yu - Panini Comics

24 septembre 2009 0
  • Voici le dénouement de la si ambitieuse saga Marvel 2008-2009. Un tantinet décevant, mais diablement important pour comprendre les évolutions de l’univers de la Maison des idées. Sous la plume de Bendis et de Yu, c’est une nouvelle ère qui débute à l’issue de cette invasion : Le Dark Reign.

A la fin du tome 6, on avait laissé nos super-héros, super-villains et tous les supers que la Terre pouvait compter à Central Park. Tout comme les envahisseurs Skrulls, chacun répondait à l’appel convaincant d’un Thor en pétard. Les deux clans armés jusqu’aux dents, hommes d’un côté et Skrulls de l’autre, allaient enfin se défouler un peu et offrir aux lecteurs ce qu’ils attendaient depuis le début de cette invasion : Une bonne grosse argumentation bien primaire. Le genre de bataille qui réunit absolument tout le monde et d’une ampleur telle qu’on ne l’oublie pas de sitôt.

Six numéros ont été nécessaires pour préparer cette rencontre. Six numéros bourrés de suspense, de rebondissements et d’aggravations qui marchaient à merveille. L’haleine des lecteurs avait été perdue depuis belle lurette. Bendis et Yu nous annoncaient alors un moment paroxystique avec ce combat de titans.

Et problème, ça ne fonctionne pas si bien que ça. L’énergie graphique est bien toujours là, mais le suspense retombe. On se retrouve avec un combat finalement assez banal de méchants contre gentils. Les premiers acculent les autres jusqu’à un point où il paraît impossible qu’ils puissent se relever. Arrive alors un évènement salvateur qui ré-égalise un peu les chances (ici Thor et Mr Fantastic) avant le combat final dont l’issue ne fait plus de doute.

Secret Invasion T 7 & 8 - Par Brian Michael Bendis et Leinil Yu - Panini Comics

Le respect de cette recette scénaristique usée comme une vieille corde fait du tort à l’ensemble du scénario. On en arrive à penser qu’en voulant aller trop loin, Bendis s’est piégé lui-même dans une histoire insoluble à moins d’erreurs incompréhensibles des ennemis ou de coup de chances monstrueux.

L’affaire s’arrange alors très facilement avec un minimum de pertes exceptée la désormais traditionnelle mort d’un super-héros célèbre.

Reste l’ouverture que cette saga amène sur les bouleversements de l’univers Marvel. Depuis plusieurs années, la Maison des idées s’offre des regains de vie par le biais de ces énormes Crossovers. En plus de booster les ventes, ils chamboulent le monde de nos super-héros et affectent les séries régulières pendant et après l’évènement. La toile de fond de chacune évolue alors quasiment tous les ans offrant une cohérence à l‘ensemble.

Cette fois-ci encore, les choses vont changer et l’annonce de ce Dark Reign réussit à sauver la face de cette fin de saga. À l’image des fins de saison des séries télé américaines, Bendis allèche tout le monde en faisant miroiter un tout nouveau problème qui promet de ne pas laisser beaucoup souffler nos héros.

(par Mathieu Drouot)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Ouvrages disponibles en kiosque ou dans certaines librairies spécialisées (Diffusion Makassar).

  Un commentaire ?