Secrets - L’écorché - T1 - par Giroud, Germaine & Pellejero - Dupuis

10 août 2006 0
  • Giroud déploie sa série autour des secrets de famille avec cette histoire en deux volumes évoquant le destin d'un peintre au temps de la Troisième République, juste après la Commune. Flamboyant, sensible et finement romanesque.

Tristan, atteint d’une malformation au visage, est obligé de porter une minerve qui lui remonte jusqu’au nez. Petit, sa mère a dû le confier à un couple de bouchers, se faisant ensuite passer pour sa cousine afin de continuer à le voir. Fréquentant les abattoirs, Tristan commence à peindre avec du sang d’animaux, et ses parents adoptifs le poussent à se lancer dans l’art.
Nous le retrouvons adulte, débutant difficilement dans le milieu artistique. Non seulement, les toiles ne se vendent pas bien, mais son visage caché effraie la plupart des gens. Une situation d’autant plus pénible que Tristan est muet, ne s’exprimant que par gestes. Au moment ou une galeriste s’intéresse à ses toiles, il semble prendre vraiment goût à la vie. D’autant que Mathilde l’encourage comme personne... et qu’il en tombe immédiatement amoureux.
Mais dans l’ombre, des personnages troubles s’intéressent aussi au jeune peintre, et le couple de bouchers se retrouve au centre d’une affaire de chantage remuant les vieux souvenirs. Quant à Mathilde, c’est en arrivant chez Tristan à l’improviste qu’elle découvre certaines oeuvres qui lui font immédiatement rompre toute relation avec lui. Le destin redevient sinistre pour l’artiste handicapé..
Secrets - L'écorché - T1 - par Giroud, Germaine & Pellejero - Dupuis
Que de flamme romanesque dans cette nouvelle série historique de Giroud, épaulé cette fois au scénario par Florent Germaine. Les auteurs prennent le temps de décrire leurs personnages par plusieurs ellipses balayant 30 ans d’histoire entre la Commune de 1871 et le Paris de 1900.
Et tout au long de ces époques, le dessin flamboyant de Pellejero nous dévoile une capitale lumineuse, grouillante de vie et étincelante de charme. Il utilise généreusement l’aquarelle pour donner corps à ses décors, alternant tons chauds et teintes plus amères.
A la manière des feuilletons haut de gamme, on sort de ce premier tome avec un suspens qui nous tenaille, impatients de connaître le sort de ce peintre singulier.

(par David TAUGIS)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?