Seed - T1 : Le Diable en tandem - Par Alex Cruz et Marc Riou - Les Humanoïdes Associés

17 janvier 2005 0 commentaire
  • Quant un démon engendre 1.000 enfants en une seule nuit, ce n'est pas pour toucher les allocations famille nombreuse, mais plutôt pour se créer une armée à son service. Ce qui ne présage rien de bon pour l'humanité...

Un homme tue sa femme, mais ne se souvient de rien. Un étrange masque livré chez lui le jour-même semble être à l’origine de sa folie meurtrière. Mystérieusement libéré grâce à un étrange personnage disposant d’appuis haut placés, Henry Sloak va apprendre la vérité : lui et nombre d’autres personnes à travers le monde, toutes nées 33 ans plus tôt, sont les enfants d’un démon, et le masque, fabriqué par l’un d’eux, réveille leur héritage maléfique. Il ne reste plus au "meurtrier malgré lui" qu’à rejoindre le groupe dirigé par le riche excentrique qui l’a arraché à la prison, pour partir à la recherche du sculpteur des masques.

Seed (qui signifie "graine" ou "semence") est scénarisé par Alex Cruz et dessiné par Marc Riou. Pour un premier scénario de bande dessinée, on peut remarquer que l’histoire de Cruz est cohérente et permet des développements de personnages assez intéressants, en particulier en ce qui concerne Sloak. Celui-ci craint que son humanité ne lui échappe alors qu’il doit donner libre cours à ses instincts démoniaques pour survivre à ses rencontres avec certains de ses "frères" qui ne lui veulent pas du bien. On pourrait donc voir cette histoire comme une illustration du conflit entre le naturel et le culturel, l’inné et l’acquis. Si l’on ne peut pas juger une série sur le premier album, il semble néanmoins que la priorité soit à l’action, qui est menée tambour battant grâce au dessin plein d’atmosphère de Marc Riou.

Seed - T1 : Le Diable en tandem - Par Alex Cruz et Marc Riou - Les Humanoïdes Associés

Grand créateur d’ambiance, son travail manque pourtant un peu d’expressivité et les corps de ses personnages sont un peu raides. Mais la narration est très efficace et la mise en couleurs, également de la main de Riou, ajoute au côté blême et désespéré de la situation.

Les différents éléments mis en place dans ce premier tome font finalement de cet album un sympathique thriller fantastique qui promet de beaux rebondissements pour la suite.

(par François Peneaud)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?