Seizon Life - T1 - Nobuyuki Fukumoto & Kaiji Kawaguchi - Génération Comics

1er août 2005 0 commentaire
  • Un père condamné par la médecine à la recherche de l'assassin de sa fille... voilà un manga qui ne fait pas dans l'humour, et qui réussit à captiver sans tomber dans le pathos.

Takeda, un homme d’une quarantaine d’années, apprend que son cancer le condamne à court terme. Rien ne le pousse à se battre : son épouse est elle aussi morte d’un cancer, et sa fille adolescente a disparu quatorze ans plus tôt.
Mais au moment où il s’apprête à se suicider, un coup de fil lui apprend que le squelette de sa fille a été retrouvé. La police n’est pas très motivée pour enquêter sur un crime aussi ancien, surtout que la prescription est là-bas de quinze ans. L’assassin n’a plus que six mois à attendre... six mois, l’espérance de vie du père de sa victime.
Va alors commencer pour Takeda une course contre la montre brillamment mise en scène par le scénariste Nobuyuki Fukumoto et le dessinateur Kaiji Kawaguchi (auteur, entre autres, de la série Zipang).

Voilà donc une histoire qui a tout pour faire pleurer dans les chaumières. Pourtant, les auteurs évitent l’émotion facile en se concentrant sur ce qui donne la force de poursuivre à ce personnage de père qui réalise combien il a été absent, physiquement et psychologiquement, que ce soit envers sa fille ou envers sa femme. Il ne s’agit donc pas d’un personnage de héros comme on en voir malheureusement trop souvent. Kawaguchi lui donne d’ailleurs un physique passe-partout, marqué par les épreuves. Dans un style tirant vers le réalisme, il raconte de façon très efficace les étapes de l’enquête de Takeda, qui malgré quelques passages un peu tirés par les cheveux avance implacablement.

Seizon Life [1], série en trois tomes, se présente comme une belle étude de caractère, dans le cadre d’une ambiance noire qui tient le lecteur en haleine de bout en bout.

(par François Peneaud)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Lire un extrait.

[1L’éditeur indique que "seizon" signifie "vie" en japonais, le titre se traduisant complètement en français par "Vie Vie"... mais on peut se demander s’il n’y pas un jeu de mot avec l’anglais "seize on life", qui pourrait se traduire de façon assez libre par "Profitez de la vie". Interprétation attirante...

  Un commentaire ?