Série noire pour les auteurs du Triangle Secret

1er décembre 2007 0 commentaire
  • Didier Convard & Denis Falque passent du récit ésotérique à l'investigation criminelle. Pari réussi pour la première partie de ce polar efficace qui bénéficie de l'expérience du scénariste de Neige, Finkel & Tanâtos.

Série proposée sous forme de diptyques, Le Protocole du tueur entraîne ses lecteurs au coeur de la France profonde, là où les notables règnent en maîtres sur une population docile. Un névropathe recherché par la police, après avoir tué trois prostituées, signe ses crimes en liant les chevilles de ses victimes de deux tours de corde. Le député-maire d’une paisible cité lorgnant sur un poste de ministre est au centre de l’intrigue après la mort de sa jeune maîtresse. Petit détail qui compte, les chevilles de la jeune femme ont été entourées quatre fois par la corde. Le tueur n’aurait-il pas respecté son protocole ?

Inspiré de faits divers, Didier Convard se lance dans une série d’enquête dénonçant l’abus de confiance et la manipulation. Accompagné par son compère, Denis Falque, qui signait les planches contemporaines du Triangle Secret, et d’INRI, ils font une pause entre les one-shots de ces séries pour nous livrer ce récit sordide, mais interpellant.

Série noire pour les auteurs du Triangle Secret

« J’ai fabriqué ce thriller comme une équation mathématique », nous a confié Didier Convard. « Ce qu’on lit n’est pas ce que l’on voit, car une inconnue subsiste dans la définition du scénario. Je joue donc avec le lecteur, qui va suivre une trame, alors que je vais lui raconter autre chose. S’il est malin, il aura découvert le tueur, sinon la fin du 2° tome lui apportera les réponses souhaitées. Après le Protocole du Tueur, nous aurons, toujours sous forme de diptyque, le Protocole de Dieu, puis celui des Fous. Dans ces différentes enquêtes, nous continuerons à suivre notre duo de policiers, aidé de ce retraité, qui incarne la sagesse en mettant le doigt sur ce que les autres n’ont pas identifié. »

Cette nouvelle série de la collection Investigations [1] est habilement construite : le récit est dense, l’intrigue sans temps mort, et les visions du tueur entrecoupant la trame principale permettent de digérer aisément les longs dialogues plaçant les personnages. On se laisse habilement prendre au jeu, imaginant des théories pour déjouer les fausses pistes élaborées par Convard. Quant au dessin de Denis Falque, les teintes grises et ternes collent particulièrement bien au récit poisseux de cette intrigue : une ambiance glauque s’en ressent, prenant le lecteur aux tripes. Certaines scènes, comme le prologue en flash-back, en deviennent tellement réalistes qu’on ne peut réprimer un sentiment de dégoût.

Une enquête policière classique, mais pernicieuse, rappelant les films de Chabrol. Elle ne devrait pas décevoir les fans de whodunit, mais on attend bien entendu la conclusion de ce premier protocole pour juger la construction globale de Didier Convard. Fort de son expérience, il y a beaucoup de chance que son ’jeu’ en vaille la chandelle !

(par Charles-Louis Detournay)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Le mini-site du Protocole du Tueur : ici

Commander l’album sur Internet

[1Composée de thrillers contemporains engagés, élaborés ’à l’américaine’, dans l’esprit des livres de John Grisham, James Ellroy ou John Le Carré, Investigations regroupera des séries de fictions imaginées à partir de faits réels. Elle abordera des thèmes aussi variés que les scandales politiques et financiers, la santé publique, l’écologie, les sectes, etc. On y retrouve T.N.O., Secrets bancaires, Diamants et le Terroriste (à paraître).

  Un commentaire ?