"Servir le peuple", le détournement jubilatoire du Petit Livre rouge

17 octobre 2018 0 commentaire
  • La couverture de "Servir le peuple" semble annoncer la couleur : un grand livre rouge à la gloire du gouvernement communiste chinois. Cependant l'uniforme du soldat est débraillé, il tient à la main une bouilloire plutôt qu'un fusil et à l'arrière plan se dessinent des lignes douces qui tracent, surprise, un corps de femme à l'abandon. Ce titre et cette couverture seraient-ils trompeurs ?

Petit Wu est un garçon modèle. Pour plaire à sa mère, à son chef, puis à sa femme, il s’engage dans l’armée et jure de devenir un soldat exemplaire, qui sera distingué et intégré au Parti. Grâce à ses efforts, il est affecté au service d’un colonel.
Lorsque le colonel part en mission pour deux mois, Petit Wu continue à "servir le peuple" en la personne de la jeune épouse du colonel. Toujours aussi appliqué, il accède à chacun de ses désirs tout en citant l’œuvre de Mao. À force de répétitions à contre-emploi, les slogans se trouvent vidés de leur sens et c’est toute la doctrine qui s’effrite à mesure que les deux jeunes gens enchaînent les actes contre-révolutionnaires.

"Servir le peuple", le détournement jubilatoire du Petit Livre rouge
La première des transgressions pour Petit Wu

Ce récit est une adaptation du roman de Yan Lianke. Né en Chine en 1958, celui-ci quitte la paysannerie pour s’engager dans l’armée, comme Petit Wu. Il s’émancipe de l’idéologie communiste et devient un écrivain satirique, dont plusieurs œuvres ont été interdites en Chine. Dans Servir le peuple, il détourne le slogan de la Révolution Culturelle de manière jouissive – c’est le cas de le dire. Cependant l’idéologie maoïste, qu’elle soit prise au sérieux ou dévoyée, domine. Si les deux tourtereaux oublient leur condition dans leur maison coupée du monde, Mao reste omniprésent dans le décor et dans les discours, jusqu’à ce que la réalité finisse par les rattraper.

Un expert de l’idéologie Maoïste

Dans cette adaptation magistrale, Alex W. Inker s’inspire pour le dessin de la naïveté des affiches de propagande maoïste, dont il réalise une sorte de pastiche. Comme dans ces affiches, il a fait le choix de la trichromie. Le rouge, vert kaki et blanc signalent le temps passé avec l’Armée populaire de libération, et le bleu remplace le vert pour les scènes passées dans sa famille, une manière subtile de marquer la double vie du héros.

Bien qu’adapté d’un roman, il y a peu de paroles. Quelques récitatifs délicieusement ironiques résument la progression de Petit Wu, personnage naïf et très attachant. Le même découpage en quatre cases par double-page est utilisé de manière systématique. Les grands panneaux fourmillant de détails se révèlent un moyen efficace de tout montrer : la pauvreté de la famille de Petit Wu, la présence à l’arrière-plan de la femme du colonel qui l’observe, mais aussi l’architecture chinoise, les objets de la vie quotidienne, les signes de la propagande maoïste.

Cette mise en page sobre et efficace permet d’entrer avec facilité dans ce gros volume de 216 pages, certes imposant, mais très lisible et passionnant.

Alex W. Inker a déjà été remarqué pour Apache, prix Polar SNCF en 2017, puis pour la biographie de Panama Al Brown, célèbre boxeur des années 1930, réalisée avec Jacques Goldstein. Signalons qu’une adaptation numérique interactive en est disponible, qui mêle habilement dessins, images d’archives et son pour une lecture dynamique gérée à coups de molette, à découvrir ici.

(par Lise LAMARCHE)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album:
BDfugue FNAC Amazon

"Servir le peuple" - Alex W. Inker (Ed. Sarbacane), d’après le roman de Yan Lianke (ED. Picquier).
19x26 cm, 216 pages en 4 teintes directes. Couverture cartonnée, or à chaud. Intérieur sur papier de création Munken.
Sortie le 3 octobre 2018, 28€.

  Un commentaire ?