Servitude – Livre II : Drekkars – Par Bourgier & David – Soleil

14 janvier 2009 0
  • Il aura fallu patienter plus de deux longues années pour pouvoir enfin découvrir la suite de l’excellent {Chant d’Anorœr}. Une patience qui en valait la peine, tant ce second livre répond à toutes nos attentes. Alors n’hésitez pas à pénétrer dans l'univers sombre de {Servitude}!

Trop longtemps les Drekkars, sous l’égide des Dragons, sont restés cloîtrés dans la cité de Farkas. L’envie de partir à la conquête de l’immense empire des Fils de la Terre et de s’en accaparer les territoires est plus que jamais présente dans les esprits. Mais tous n’adhèrent pas à la volonté d’un empereur au pouvoir faiblissant, plus préoccupé à s’approvisionner en drogue qu’autre chose. Les oppositions naissent au cœur de la cour. Même la foule des esclaves Riddraks semble prête à s’emporter à la moindre occasion. Le monde des Drekkars est en train de vivre des bouleversements qui vont l’amener à prendre une nouvelle fois le chemin des armes et de la guerre.

Servitude – Livre II : Drekkars – Par Bourgier & David – Soleil

C’est donc dans le camp opposé que Fabrice David a choisi de nous faire entrer dans ce second tome, intitulé très justement Drekkars. Il y présente une société raffinée, dirigée au plus haut niveau par l’Empereur. Si ce dernier semble être tout-puissant, on se rend bien vite compte, que la réalité est tout autre. Le scénariste met en scène dans ce deuxième tome une lutte de pouvoir âpre et complexe où les intrigues sont nombreuses et où tous les coups sont permis. Son récit est toutefois plus opaque dans ce second Livre que dans Le Chant d’Anorœr, obligeant parfois le lecteur à retourner en arrière pour être sûr d’en avoir saisi toutes les nuances.

Une difficulté due surtout au manque de distinction graphique entre certains personnages, dont le Justicar Farder de Xiar et l’Hégémon Sékal d’Aegor . Ce défaut est un facteur de ralentissement de la lecture, mais qui n’empêche pas d’être conquis par le travail d’Éric Bourgier. Son dessin, imprégné de couleurs sépia, reste subtil et magnifique.

Servitude entre définitivement dans le giron des meilleures séries d’Heroïc Fantasy du catalogue Soleil. Il ne reste plus qu’à espérer que l’attente pour le troisième tome sera un peu moins longue...

(par Olivier Wurlod)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?