Sexy Symphonies - Par Francisco Solano López - Dynamite

7 avril 2013 2 commentaires
  • Auteur rare bien que majeur, maître de la bande dessinée réaliste argentine, le label Dynamite nous fait redécouvrir ses œuvres érotiques.

Né en 1928, Francisco Solano López est décédé en 2011. Maître de la bande dessinée réaliste argentine, il crée avec le scénariste Héctor Germán Oesterheld la fameuse série L’Éternaute [1]. Après la disparition d’Oesterheld, il s’exile en Espagne ; il retournera définitivement en Argentine seulement à partir de 1995. Outre sa série L’Éternaute, Solano López est surtout connu pour sa série, très hard, Lilian et Agathe qu’il réalise avec le scénariste Ricardo Barreiro avant que celui-ci ne décède en 1999.

Parallèlement à Lilian et Agathe, il réalise, toujours dans le domaine de l’érotisme, la série des Silly Symphonies (rebaptisée Sexy Symphonies par l’éditeur américain Fantagraphics Books pour ne pas froisser la firme Disney...). Francisco Solano López a alors 66 ans quand il démarre cette série en 1994 ; il la poursuivra jusqu’en 2001.

Silly Symphonies est une série d’histoires courtes [2] sans paroles (à l’exception de celle de ces deux jeunes filles excitées à la lecture de l’album, qui entrecoupe et relie les récits entre eux). Ces courtes saynètes sont légères et surtout prétexte à dessiner des séquences de fornication en tous genres...
On sent que Francisco Solano López s’est fait plaisir. Ses dessins sont puissants et ses couleurs sont pleines de vie, tout du moins dans les premières histoires (avant qu’il ne confie celles-ci, à son retour en Argentine, à son assistant Pablo Maiztegui, alias Pol, qui utilisera une colorisation informatique assez médiocre) ; Solano López a un style graphique tout à fait reconnaissable, notamment par les allures et les visages quelque peu farouches, très expressifs, de ses personnages !
Si l’on peut regretter, dans cet album, que les mâles se jettent un peu trop sur toutes les femelles qu’ils ont à portée de main, on pourra apprécier au contraire, par exemple, les nombreuses scènes fort agréables de cunnilingus.

Après bien des récits publiés en revues (notamment dans Kiss Comix et La Poudre aux Rêves, mais également dans (À Suivre)) ou dans les Petits formats, Solano López commence seulement à avoir un début de "reconnaissance" critique en France avec la publication de ces derniers titres, publiés donc chez Vertige Graphic et Dynamite. [3] Souhaitons que les lecteurs suivent et que les éditions Dynamite puissent continuer ce travail essentiel de redécouverte !

Sexy Symphonies - Par Francisco Solano López - Dynamite
© Dynamite

(par François Boudet)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Bande dessinée pour adultes

Commander ce livre chez Amazon
Commander ce livre à la FNAC

[1Les éditions Vertige Graphic éditeront en français ces épisodes en 2008-2010.

[2Quatorze au total, dont cinq reprises dans cet album.

[3Parmi les quelques rares albums de López parus en France, notons Slot Barr avec son scénariste Ricardo Barreiro aux éditions Michel Deligne (1981), Les mémoires du commando Aigle Noir toujours chez Michel Deligne (1982), et Evaristo, deux albums parus aux éditions Dargaud en 1985 et 1986 et scénarisés par Carlos Sampayo.

 
Participez à la discussion
2 Messages :
  • Sexy Symphonies - Par Francisco Solano López - Dynamite
    9 avril 2013 16:58, par la plume occulte

    Solano Lopez éminente figure de cette BD latine maîtresse de la geste dessinée ,qui s’ est épanouie dans les petits formats.Petit formats qui par cheminements successifs ont contaminés beaucoup de lecteurs au virus de la BD.Beaucoup de premier degré la dedans oui mais pas que.

    Tout un pan de la narration en image à redécouvrir en fait.Un certain snobisme à pu éloigner le regard de toutes ces perles du noir et blanc.

    C’ était pas une bonne idée !!

    Répondre à ce message

  • Une chronique de cet album dans le numéro de Mai de Casemate... Sauf que le journaliste n’a pas bien lu ActuaBD, sinon il n’aurait pas écrit : "Par un maître argentin, décédé en 2011 à 82 ans, qui avait repris L’Eternaute d’Oesterheld."

    Répondre à ce message