Écoutez les interviews et émissions d'ActuaBD
Apple Podcast Spotify Podcast Google Podcast

Sicaire de la Sainte Coke - Cuervos T2 - Durand et Marazano - Glénat

15 mars 2004 0 Albums par JLM
Glénat 🛒 Acheter
  • Cela ressemble à un polar noir de noir, mais c'est presque une histoire d'horreur. D'horreur et de dégoût. Comme dans le premier album de la série, nous continuons à suivre les péripéties d'un tueur sans aucune conscience. Un être abject, qui semble sans excuse. Et cette fois, le héros n'est plus un enfant, mais un jeune adulte, et il ne semble plus avoir beaucoup de circonstances atténuantes.

Medellin, aujourd’hui... Joàn a grandi... Les membres du cartel pour lequel il travaille depuis sa tendre enfance lui fêtent aujourd’hui son anniversaire. Quel âge a-t-il exactement ? 17, 18 ans ? Il ne le sait pas lui-même... En guise de cadeau, le parrain Raùl lui offre un vol en hélicoptère au-dessus de la ville. Et c’est pendant ce vol qu’Ernesto lui annonce ses nouvelles fonctions. Comme on a confiance en lui, Joàn va être chargé de former de nouveaux sicaires pour régler les problèmes de voisinage. Le jeune Ermhano sera sous sa responsabilité.

La seule note d’espoir qui reste dans sa vie tiens dans les lettres qu’il envoie à sa mère, accompagnées d’argent... Il y a bien aussi la soeur d’Ermhano, avec qui il engage une liaison... mais Joàn est si taciturne...

Et ses responsabilités vont être de plus en plus importantes... Joàn va se retrouver impliqué dans un labo clandestin qui fabrique de la coke en grosse quantité... Jusqu’où tout cela va-t-il le mener ?...

(par JLM)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Après un premier album fort et efficace, dont nous avions loué les qualités ici-même, nous attendions la suite avec impatience. Hélas, ce deuxième album déçoit un peu ! Car pour soutenir l’attention du lecteur et continuer à le surprendre et à le remuer, les auteurs ont décidé d’y aller encore plus fort. Mais cette fois, cette plongée dans l’horreur et le cynisme n’étonne plus guère. A force de voir un meurtre gratuit à tout bout de champ, le lecteur est vite lassé. Même la violence finit par devenir banale. Et le héros n’est plus guère sympathique. Il a perdu toutes ses circonstances atténuantes, et le suivre dans ses pérégrinations a perdu un peu de son intérêt. Le dessin reste néanmoins très intéressant, mais le choix des couleurs (basées sur un violet un peu criard) est douteux. Nous attendons quand même le troisième album avant de donner un avis définitif sur la série. En espérant que nous n’aurons pas droit à un enième remake du "Parrain".
Lire un extrait

 
Newsletter ActuaBD