"Signé Le Vin" et "Mariage" : le temps des vendanges pour Pika et Glénat

25 septembre 2016 0 commentaire
  • Après la quête passionnante des "Gouttes de dieu", le duo Agi et Okimoto nous entraînent dans deux nouvelles aventures: l'une en guise de suite directe du manga d'origine, avec pour sujet l'accord entre mets et vins, et l'autre, toujours œnologique, savoureux mélange, en deux volumes, de "Mission : Impossible" et "Arsène Lupin".
"Signé Le Vin" et "Mariage" : le temps des vendanges pour Pika et Glénat

Il fallait bien que ça arrive, enfin diront certains : Les Gouttes de Dieu ont tiré leur révérence, sans toutefois véritablement lever le mystère qui les nimbait. La série fleuve de Tadashi Agi et Shu Okimoto aura constitué un vrai phénomène critique et public ces dernières années, amenant en France un autre lectorat vers le manga.

Mais l’on ne pouvait en rester là et au dernier volume succède une nouvelle série : Mariage. Elle reprend l’univers et les personnages de la première et devrait - on l’espère cette fois vraiment - révéler le secret de ce joyau du vin commandant aux douze apôtres que Shizuku et Tomine se sont échinés à découvrir au fil des quarante-quatre tomes de la série principale. Et ce n’est pas tout : entretemps, les auteurs auront signé un autre titre, dans un autre registre mais toujours sur le même thème : Signé Le Vin.

L’équipe de cambrioleurs
Signé Le Vin © 2015 Tadashi Agi & Shu Okimoto / Kodansha Ltd.

Vol au vin

Le vin, au même titre que toute autre forme d’art, a aussi ses défenseurs. Ces derniers, regroupés sous l’appellation astucieuse de "Le Vin", jouent les gentlemen cambrioleurs justiciers, dérobant les grands crus à ceux qui s’avèrent indignes de les posséder.

Nous faisons la connaissance des cinq individus composant cette équipe. Tout d’abord Haut-Brion, tête pensante du groupe et donneur d’ordres. Viennent ensuite les hommes de terrain, possédant chacun une spécialité : Lafite, très doué pour la manipulation, Princesse Margaux, dont les charmes font tourner bien des têtes, Mouton, maître du déguisement, et enfin Latour, technicien. Tous vouent au vin un amour confinant à l’adoration. Un sentiment que nous prenons plaisir à voir s’exprimer, lors de dégustations, via des déclarations quasi lyriques.

Entrée en scène de nos nouveaux héros
Signé Le Vin © 2015 Tadashi Agi & Shu Okimoto / Kodansha Ltd.

Au moment de passer à l’action, nos cambrioleurs ont l’élégance d’envoyer un avertissement à leurs victimes avant de lancer l’attaque selon un plan parfaitement élaboré. Le tout aidés de gadgets technologiques qui feraient pâlir d’envie James Bond. Le paradoxe vient de leurs motivations qui, si elles se révèlent la plupart du temps plutôt égoïstes, n’en sont pas pour autant tout à fait dénuées d’une certaine forme d’altruisme.

L’histoire se déroulant sur deux tomes, le développement des personnages demeure assez restreint. Les interactions entre les membres du groupe nous renseignent sur leurs goûts et un peu sur leur caractère, mais sur leur passif ou leur parcours individuel rien n’est révélé. Toutefois, cela semble pourtant suffire à les trouver plus ou moins attachants.

Lafite, en pleine dégustation
Signé Le Vin © 2015 Tadashi Agi & Shu Okimoto / Kodansha Ltd.

L’organisation, de ses origines à sa régie, reste, quant à elle, un vrai mystère. Et l’on peut par exemple se demander comment ils se fournissent en appareils aussi sophistiqués

L’autre exigence d’une histoire sur deux tomes concerne la gestion de la narration et du rythme. Deux éléments très bien maîtrisés, avec son suspens, son lot de coups de théâtre et de surprises.

Comme à son habitude, Shu Okimoto nous enchante avec ses dessins et sa mise en page. Le style clair et méticuleux, presque chirurgical de son trait, donne toutefois un caractère assez froid à l’ensemble. Il devient cependant plus expressif lors de quelques passages humoristiques.

Exclusivité de l’édition française, la fin de chaque tome est agrémentée de pages didactiques sur le monde du vin. Un supplément idéal pour devenir incollable sur les secrets de la dégustation, des cépages ou des domaines. Un manga à savourer sans modération.

Présentation de héros aux noms de grands vignobles
Signé Le Vin © 2015 Tadashi Agi & Shu Okimoto / Kodansha Ltd.

Suite et faim

Du côté de Shizuku, on peut ravaler la frustration qu’avait pu laisser l’ultime épisode des Gouttes de Dieu. Le duel entre les deux héritiers du légendaire œnologue Yutaka Kanzaki s’est soldé par une égalité. Et alors qu’on pensait enfin découvrir le fameux vin ayant donné son titre à la série, voilà que l’échéance était repoussée, la résolution du mystère laissée en suspens comme s’il s’agissait là d’une quête existentielle ouverte sur un devenir des personnages nous dépassant.

Dans Mariage, nous retrouvons Shizuku, un an après la fin des Gouttes de Dieu. La quête pour l’ultime vin de Yukata Kanzaki n’a pas encore débuté et notre héros revient d’un long périple de formation. Et le voilà s’engageant, fortuitement, dans une bataille entre deux restaurants concurrents : l’un familial et authentique, l’autre franchise d’une grande chaîne. Le nerf de la guerre réside dans l’accord entre les plats et les vins.

Shizuku en train de décrire le premier "mariage" de la série
Mariage © Tadashi Agi and Shu Okimoto / Kodansha Ltd

On retrouve dans ce premier volume le charme des débuts des Gouttes de Dieu : des situations simples et efficaces, ancrées dans le quotidien, et provoquant pourtant un réel émerveillement. La thématique du "mariage" régénère de manière intéressante les dégustations tandis que la dramaturgie ménagée autour des restaurants fonctionne à la manière d’une mécanique bien huilée.

En revanche, c’est un Shizuku relativement transformé, plus assuré, que nous retrouvons. De quoi donner une nouvelle impulsion à la série, et il le faudra bien : la fin du volume renoue avec l’intrigue Kanzaki. Tomine revient en jeu quand se révèle un mystérieux Ordre des Gouttes de Dieu contre lequel nos héros vont devoir lutter pour conquérir leur héritage.

Reste à convaincre les lecteurs, peut-être lassés par tant de volumes à rempiler encore, sur une nouvelle intrigue que l’on pressent à tiroirs, pour enfin découvrir le dénouement d’une quête entamée voilà bientôt dix ans.

Bienvenue dans le monde d’Alice au pays des Merveilles !
Mariage © Tadashi Agi and Shu Okimoto / Kodansha Ltd
Documents
Une intrigue qui s'amorce autour d'une bouteille

(par Tahani Biernat)

(par Aurélien Pigeat)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Signé Le Vin. Par Tadashi Agi et Shu Okimoto. Traduction . Pika Éditions. Sortie le 7 septembre 2016. 208 pages. 9,10 euros.
Mariage. Par Par Tadashi Agi et Shu Okimoto. Traduction . Glénat, collection Seinen. Sortie le 14 septembre 2016. 192 pages. 9,15 euros.

Commander le tome 1 de Signé le Vin sur Amazon ou à la FNAC
Commander le tome 2 de Signé le Vin sur Amazon ou à la FNAC
Commander le tome 1 de Mariage sur Amazon ou à la FNAC
Commander le quarante-quatrième et dernier tome des Gouttes de Dieu sur Amazon ou à la FNAC

  Un commentaire ?