Newsletter ActuaBD

Silex and the City T.1 – Par Jul – Dargaud

  • Un âge de la pierre contemporain, tel est le raccourci que propose Jul, l’une des plumes les plus incisives de Charlie Hebdo avec une famille des âges farouches décrite sur un mode « sarkostique ».

Évidemment, on pense au B.C. de Johnny Hart (d’ailleurs lui aussi publié par Dargaud), un auteur américain de cartoon qui avait commencé par une assez brillante parodie de l’âge de la pierre très teintée d’actualité contemporaine, pour finir dans une dérive créationniste impulsée par sa conversion au mouvement des Born Against Christians.

On ne souhaite évidemment pas le même parcours à Jul, le seul caricaturiste de Charlie Hebdo bardé de diplômes (Normal Sup, puis agrégation, ayant brièvement enseigné l’histoire chinoise…) et qui s’est fait connaître par les hilarants Il faut tuer José Bové, portrait décapant des mouvements écologiques et alter-mondialistes, et La croisade s’amuse, un précipité humoristique de la gouvernance de l’administration Bush.

Dans Silex and The City, il tente une chronique contemporaine transposée 40.000 ans avant notre ère avec une famille d’Homo Sapiens tellement évoluée qu’elle a déjà des patronymes très parlants : Blog, prof de chasse dans le civil, Spam, maman prof d’histoire-géo, et leurs deux insupportables mômes, Url, le cadet, militant anti-darwiniste radical, anti-chasse, anti-fourrure évidemment et violemment opposé aux nouvelles technologies polluantes comme le feu par exemple. Sa sœur, Web, s’entiche d’un gars des beaux quartiers, Rahan de la Pétaudière, qui ne sort jamais sans son crocodile apprivoisé qui répond au doux nom de Lacoste.

On voit bien quel retour en arrière Jul veut nous faire vivre, celui d’une déconstruction ravageuse, finalement plus efficace qu’une opposition un peu stérile, notamment dans cette figure imposée où le chef de l’état est systématiquement le gendarme rossé par guignol.

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
3 Messages :
  • Johnny Hart, c’est évident... mais aussi les Flintstones de Hanna et Barbera...

    Répondre à ce message

    • Répondu par Jeune pousse d’auteur talentueux indé en devenir. le 4 septembre 2009 à  16:06 :

      Vu les diplômes de Jul, la parenté avec Johnny Hart me semble préférable que celle avec les Flintstones de Hanna-Barbera (niveau programme TV pour élèves d’école primaire).

      Répondre à ce message

      • Répondu le 4 septembre 2009 à  20:20 :

        Je parlais des Flinstones par rapport à ce qu’ils représentaient dans les années 50, aux USA. Le reflet de la société de l’époque... Question de contexte. Aujourd’hui, si on inventait les Flinstones, il faudrait faire les Simpsons au pays des hommes des cavernes. Il faudrait être plus corrosif... Jul a le ton qu’il faut mais ses sapiens ont des ancêtres...

        Répondre à ce message

Newsletter ActuaBD