Siné s’exclut de « Charlie Hebdo »

16 juillet 2008 17 commentaires
  • On l’apprend en lisant aujourd’hui l’hebdomadaire satirique du mercredi : à la suite d’un article paru la semaine dernière dans la rubrique « Siné sème sa zone » dans laquelle le dessinateur évoquait une supposée conversion de Jean Sarkozy au judaïsme (information fausse), la direction de « Charlie Hebdo» avait demandé à Siné qu’il « s’en explique et s’en excuse » auprès des lecteurs. Ce dernier a préféré quitter le journal.

Même Philippe Val ne l’avait pas vu passer. C’est dire sa motivation à lire la rubrique de Siné, « Siné sème sa zone » où l’éditorialiste graphique égrenait depuis quelques années ses colères un peu anarchisantes, parfois même limite réactionnaires. Elle faisait partie des meubles et ses positions, loin d’être partagées par tous les membres de la rédaction, étaient tolérées par souci de voir s’exprimer côte à côte toutes les formes d’humour et par fidélité à celui qui fut une des grandes figures graphiques de la gauche de 1968.

Siné s'exclut de « Charlie Hebdo »
Siné - Ma vie, mon oeuvre, mon cul.
Editions Casterman

Mais il y avait une limite à ne pas dépasser. Dans sa chronique (2 juillet 2008), Siné ironisait sur une prétendue conversion du fils du président de la république, Jean Sarkozy, avant son mariage avec « une fiancée juive, et héritière », la fille du fondateur des magasins Darty. Une saillie qui provoqua émotion et indignation.

Philippe Val, directeur de la publication et à ce titre pénalement responsable de son contenu, alerté par ces propos pouvant constituer une atteinte à la vie privée et susceptibles d’être interprétés « comme faisant le lien entre la conversion au judaïsme et la réussite sociale » considère dans Charlie Hebdo cette semaine qu’ils étaient « ni acceptable[s], ni défendable[s] devant un tribunal.  ». Il demanda par conséquent à Siné de « dissiper clairement cette ambiguïté, ou de ne plus écrire dans « Charlie ». Siné s’y refusa. En conséquence de quoi, Bernard Maris, directeur-adjoint de la rédaction, Gérard Biard, le rédacteur en chef et Charb, rédacteur en chef adjoint entérinèrent le départ de Siné dont ils regrettent la décision de quitter le journal.

Siné, au moment de l’affaire des caricatures danoises
Photo : D. Pasamonik (L’Agence BD).

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
17 Messages :
  • Siné s’exclut de « Charlie Hebdo »
    16 juillet 2008 14:40, par Fred Boot

    « Jean Sarkozy, digne fils de son paternel et déjà conseiller général de l’UMP, est sorti presque sous les applaudissements de son procès en correctionnelle pour délit de fuite en scooter. Le Parquet a même demandé sa relaxe ! Il faut dire que le plaignant est arabe ! Ce n’est pas tout : il vient de déclarer vouloir se convertir au judaïsme avant d’épouser sa fiancée, juive, et héritière des fondateurs de Darty. Il fera du chemin dans la vie, ce petit ! »

    Voilà le texte incriminé. Pour ceux qui n’auraient pas compris que ce texte n’est ni malin ni drôle, Philippe Val est là pour tout remettre dans l’ordre, en bon nouveau moraliste qu’il est. Cracher sur Jean-jean l’opportuniste, allons, ça manque d’élégance. Par contre, finir au sol Denis Robert ça on peut.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Li-An le 16 juillet 2008 à  22:53 :

      Ah ben en fait c’est plus compliqué que ça puisque...bon, ben allez voir les différents sites qui parlent de cette affaire de manière plus éclairante. Disons que (pour ceux qui ont la flemme), Siné était bien limite mais qu’il s’en est rendu compte et s’apprêtait à s’excuser sauf que c’est la guerre à Charlie et du coup il fait la gueule.
      Il y a bien des commentaires à faire mais on ne peut pas dire que ce billet nous éclaire vraiment sur tous les tenants et aboutissements...

      Répondre à ce message

      • Répondu par Samuel le 17 juillet 2008 à  07:31 :

        Ce qui est évident surtout, dans cette histoire, c’est que JAMAIS ce genre de choses ne serait arrivé à l’époque du premier "Charlie-Hebdo" : un directeur de publication demandant à un dessinateur de s’excuser (préventivement !!), pour éviter un procès (tout à fait virtuel, d’ailleurs, là : Jean Sarkozy a-t-il réagi d’une quelconque façon ?). Un hebdomadaire satirique prenant des gants, où est la logique ? Il est évident que Val trouve un prétexte pour virer Siné, en patron de presse vendu qu’il est devenu. Il touche le fond. Depuis la mort de Gébé, je n’achetais guère "Charlie" que pour Siné et Willem.

        Répondre à ce message

        • Répondu par Michel Dartoche le 17 juillet 2008 à  11:34 :

          Voila une des conséquences du retour de la morale et de l’avènement du politiquement correct. Les humoristes sont priés de prendre des gants, car pas mal de leurs textes peuvent susciter de longues et couteuses procédures. Tout dérapage sera sanctionné,tolérance zéro.

          La période de permissivité qui a suivi 1968 est désormais révolue. Circulez, il n’y a plus rien à voir, par contre vous gardez le droit d’acheter en masse les produits autorisés, standards et banalisés... Les amateurs de sensations fortes sont priés d’aller chez les brocanteurs et bouquinistes pour assouvir leur passion.

          Répondre à ce message

          • Répondu par brusselman le 17 juillet 2008 à  13:27 :

            Déçu d’apprendre que Siné est viré de charlie, on sait bien nous lecteurs fidèles, qu’en son temps, une bagarre opposa les propriétaires du titre, pour résumer, l’équipe des choroniens (plus anarchistes déconnants) contre les cavanniens (plus intellectuels bobos) et même si c’est cette seconde équipe qui l’avait emporté, à travers Siné, Gébé, Willem, Cabu, j’osais croire à un certain respect des valeurs libertaires fondatrices.

            Répondre à ce message

  • Titanic
    16 juillet 2008 15:27

    les temps ont bien changés, il faudra bien enterrer un jour notre (notre !) XIXe avec son héritage d’ambiguités laicardes et anticalotines, ses non dits universalistes et bien pensants : les soixante huitard en ont béatement pressé les dernières gouttes. le réel est de retour. Pauvre Siné : c’est lui le réac, il n’a pas vu les choses bouger, il n’a pas levé un cil depuis qu’il est entré en collision avec la partie émergée (pas immergée, pas d’erreur) de l’iceberg du 10 mai 1981. Adieu, donc, oui : a dieu.

    Répondre à ce message

    • Répondu le 16 juillet 2008 à  19:36 :

      Voici la nouvelle droite : les Lumières, c’est has-been, la laïcité c’est ringard, l’universalisme, c’est caca, la "bien-pensance", c’est pire que tout. Ce n’est pas le XIXe siècle que vous voulez enterrer, c’est aussi le XVIIIe et le XXe, c’est une nouvelle barbarie que vous nous proposez, à coup de renversements sémantiques : réactionnaire le laïcard ? Ha ha ! La nouvelle droite élevée chez Occident et le Club de l’Horloge, celle qui dirige la France aujourd’hui, ne se définit que par la Réaction. Une réaction aux trois derniers siècles, maquillée sous un prétendu modernisme qui pour le coup, par rapport à son modèle états-uniens, a déjà vingt ans de retard, et par rapport à l’histoire du progrès humain est un recul d’au moins un siècle. Quant au "réel", souffrez qu’à partir du moment où vous prétendez le connaître de manière si certaine et péremptoire (mais au fait : de quel réel parlez-vous ?), vous êtes dans une posture totalitaire.

      Répondre à ce message

  • Wikipedia
    16 juillet 2008 15:58
  • Siné s’exclut de « Charlie Hebdo »
    16 juillet 2008 16:12, par isa

    Votre article est complètement partial.
    Quitte à citer Siné, vous auriez pu retranscrire intégralement le court passage de sa rubrique qui est incriminé.
    Ainsi vos lecteurs auraient pu juger par eux-même de la teneur antisémite ou non de ses propos. personnellement, je n’y ai lu que la dénonciation de l’arrivisme du fils Sarkozy par un anticlérical invétéré.
    D’autre part, vous omettez de préciser que ce "départ" arrive peu de temps après un éditorial haineux de Philippe Val contre le journaliste Denis Robert (à propos d’un article de Télérama sur ce dernier). Siné est le seul dessinateur de Charlie à avoir réagi la semaine suivante contre cet éditorial et à soutenir Denis Robert.
    Quand on sait que l’avocat de Clearstream (qui harcèle judiciairement Denis Robert) est aussi l’avocat de Charlie Hebdo, la mise en cause de Siné arrive comme une drôle de coïncidence.
    Bref, le titre de votre article me semble méchamment erroné, Siné ne s’exclut pas de Charlie, il est lâchement viré.
    Isa

    Répondre à ce message

    • Répondu par François Pincemi le 16 juillet 2008 à  19:32 :

      de "La face Karchée de Sarkozy ", donc il a l’habitude du sujet. Ce professionnel du barreau était aussi partie prenante dans l’affaire ebay, récemmment condamné à 40 millions d’euros dans le cadre du procès Louis Vuitton et cie (appel en cours). Mais il défendait à cette occasion les intérets des grandes maisons du luxe.

      Répondre à ce message

  • Siné se fait virer de « Charlie Hebdo »
    16 juillet 2008 21:01, par LC

    Oui, changez ce titre mensongé, Siné se retrouve bel et bien VIRé de Charlie Hebdo par les larbins de Sarkosy et Clearstream.
    Que les dessinateurs du journal qui ont encore des couilles claquent la porte comme ils le firent en son temps de La Grosse Berta, et aillent fonder un véritable journal satirique indépendant. C’est à dire indépendant du pouvoir, indépendant des affaires et des affairistes, indépendant des médias où certains se complaisent, indépendant de toutes ambiguités liées à des avocats dont les clients semblent incompatibles entre eux.

    Répondre à ce message

    • Répondu par babouse le 17 juillet 2008 à  10:17 :

      Siné et bel et bien viré ! Il n’a pas quitté le journal volontairement. Cet article est plein de sous entendus vraiment trop approximatifs et très souvent confondants.

      Voir en ligne : Siné viré !

      Répondre à ce message

  • Ne plus acheter « Charlie Hebdo »
    17 juillet 2008 13:32, par Jef Tombeur

    Du temps de Choron (assez sinistre personnage parfois, notamment dans ses relations conjugales), Hara Kiri avait un slogan : « si vous ne pouvez pas l’acheter, volez-le ! ».
    Ce qui n’était pas sympa pour les kiosquiers...

    On remarquera, en faisant un tour des popotes en ligne, que la réaction dominante, c’est : je n’achèterai plus Charlie !

    Par ex. :
    http://www.lepost.fr/article/2008/07/16/1225230_sine-antisemite_1_0_1.html

    Que Val s’en prenne au fondateur de L’Enragé est significatif. Il faut faire table rase du passé, donner des gages. Soit.

    Cela n’autorise pas à écrire n’importe quoi. En tout cas, Siné livrera sa chronique, constatera qu’elle ne sera pas publiée, engagera une procédure afin de toucher des indemnités proportionnelles à son ancienneté.

    Et on verra s’il y renoncera au cas où les autres dessinateurs ayant permis la reparution de Charlie entreprennent de faire le ménage. Il serait dommage qu’un titre comme Charlie coule de nouveau du fait que son lectorat le déserte. Lancer un titre est épouvanteblement coûteux. Mais en maintenir un sous perfusion pour ne pas se désavouer, pour ne pas admettre que faire appel à Val n’était peut-être pas, à une époque une erreur, mais que le maintenir mettra dans la mouïse y compris celles et ceux qui, pigistes aussi, n’osent pas se solidariser avec Siné, c’est reculer pour mieux sauter.

    Voir en ligne : Siné antisémite ? Allons donc !

    Répondre à ce message

  • Siné se confond avec son personnage
    17 juillet 2008 22:25, par Cyril

    Par nature, je suis pour la libertée d’expression et par la même, pour celle de l’ecriture et de la presse.
    Siné est un polémiste, editorialiste, provocateur et il est dans son rôle (professionnel) à la plume de Charlie Hebdo.
    Je n’approuve pas la derive de son edition qui peut disgresser facilement sur une atteinte à la vie privée, et l’integrité de la personne et des leur conviction ( d’autant qu’il ne semble pas prouvé que J-Sarkozy souhaite se convertir), mais quelque part, c est son rôle et sous le couvert de la ligne même de Charlie Hebdo, cela pourrait passer.
    Cependant, j’ai ecouté ce matin Siné au GG sur RMC, et son comportement legerement injurieux m’a géné. En effet, il aurait pu, etant redevenu pour l’occasion, l"homme Siné" et non pas l’editorialiste Siné, apaiser ses propos, glisser un semblant d’excuses ou recentrer ses propos sur une glissade ... de mauvais gout.
    Cela n’a pas été le cas, il a été injurieux, acide et armé d’une agressivité (tres tres) personnelle envers J-sarkozy ( que je n’aime pas par ailleurs) et a plutot réitéré ses propos.
    Cela ne le grandit pas, et avait plutot tendance a confirmer une derive de fond et non de forme de son dernier edito
    c est dommage !

    Répondre à ce message

    • Répondu par LC le 17 juillet 2008 à  23:22 :

      Quelle curieuse façon de voir les choses Cyril, Siné est entier, il ne joue pas un personnage, il ne force pas le trait, il est lui-même en toutes circonstances, il n’y a pas un Siné domestique et un Siné en représentation. Si vous pensez ça, vous êtes totalement passé à côté de l’artiste et de sa sincérité viscérale.

      Répondre à ce message

      • Répondu par xavier löwenthal le 22 juillet 2008 à  15:33 :

        moi non plus je ne vois pas le moindre antisémitisme dans les propos de Siné. Une attaque en règle et ad hominem comme Charlie en mène bien souvent, contre une forme d’arrivisme à l’avidité sans limite. et au pouvoir sans limite aussi, dirait-on. contre certain népotisme aussi, qui frise la Restauration.

        charlie atteint souvent l’islamophobie grossière. cela ne semble gêner personne.

        les juifs ne sont aucunement en cause dans cette petite attaque. il faut être de très mauvaise foi pour faire l’interprétation calamiteuse de Val et Askolovitch. Ce dernier ferait bien partie de certaine clique qui se nourrit et se repait d’antisémitisme, quitte a l’inventer de toute pièce. N’en tire-t-elle pas une légitimité, du pouvoir, de l’influence ?

        et sur http://www.bakchich.info/breve989.html on a pu lire que Siné ne serait pas viré, mais qu’il signera(it) un encadré d’excuses à "ceux que le texte aurait pu choquer", mot d’excuse rédigé par... Philippe Val. On croit rêver.

        Mais finalement Siné a refusé. Ouf ! Et un autre texte, signé de l’intégralité de la rédaction de l’hebdomadaire-qui-n’a-plus-du-tout-d’humour-mais-un-chef-à-la-place, texte dénonçant et regrettant la phrase "ambigüe" (qui n’a donc rien d’ambigu), ne paraitra pas davantage : tout le monde n’a pas voulu signer, ouf encore ! (notamment certain Polac).

        le texte de Siné n’a évidemment rien d’antisémite, il n’est pas même "maladroit et ambigu", dans un journal héritier de Hara Kiri qui se targue d’être "bête et méchant". Même ailleurs, il ne l’aurait pas été.

        Il raille certain opportunisme, c’est de bonne guerre. Et, dans Charlie, je dirais presque de bon ton.

        Ce qui l’a toujours été beaucoup moins, en Hexagone, c’est certaine propension à la forfanterie et à la déférence rampante.

        C’est indigne de Charlie, et indigne de Val aussi. Des excuses à ceux que le texte aurait pu offenser… C’est une faute de français. On dit "celui" : Jean Sarkozy.

        un lien très complet :
        <http://www.gloupgloup.be/actualites.htm>

        Ah et puis, tenez, un autre lien qui montre qu’il n’y a pas si longtemps, on pouvait encore s’exprimer un peu librement : http://www.dailymotion.com/video/xpyct_desproges-on-me-dit-que-des-juifs (et en plus, c’est drôle !)

        Xavier Löwenthal

        Répondre à ce message

        • Répondu par Didier Pasamonik le 22 juillet 2008 à  20:37 :

          Euh, Xavier, outre que ton post comporte de nombreuses imprécisions, il arrive après la bataille.

          Tu peux lire des suites à cet article ICI et .

          Par ailleurs, le forum est clos pour cette affaire.

          Répondre à ce message