"Sirènes et Vikings", la série-concept multi-auteurs des Humanos

30 septembre 2020 0 commentaire
  • Les Humanoïdes frappent fort pour cette rentrée, en proposant une nouvelle série multi-auteurs qui va aligner pas moins de quatre tomes en sept mois. La thématique : les relations entre Sirènes et Vikings ! Un cliché qui ne paie pas de mine ? Au contraire...

Nul besoin de vous expliquer comment les séries conceptuelles sont entrées dans la norme de la bande dessinée. Depuis le Décalogue et le Triangle Secret parus il y a près de vingt ans chez Glénat, la plupart des éditeurs ont exploité cette aubaine pour rassembler des équipes d’auteurs autour de sujets porteurs. Avec plusieurs dizaines d’albums au compteur, les séries contemporaines les plus reconnues actuellement sont certainement Les Terres d’Arran chez Soleil, et Jour J chez Delcourt.

Les Humanoïdes associés avaient très vite su tirer parti de ces séries qui avançaient progressivement tout en traitant une thématique commune. En effet, l’éditeur avait publié douze albums en quelques années, autour d’un univers SF déployé par Anne Ploy.

Cette fois-ci, l’éditeur a modifié son angle de vue, pour préférer réaliser des one-shots traitant du même univers. Comme cela a d’ailleurs très bien fonctionné dans les séries portées par Jean-Luc Istin chez Soleil, avec Elfes, Nains, Androïdes, Conquêtes, etc. Gihef, créateur de ce nouvel univers nous explique comment a débuté la collaboration avec les Humanos autour de ce concept de sirènes et de vikings.

« À la base, j’avais écrit un récit avec tout cet univers qui s’étalait sur plusieurs albums. Je n’ai présenté le projet qu’à très peu d’éditeurs. Les premiers à s’être manifestés étaient les Humanos. Ils m’ont proposé de décliner la série en collection, que je co-dirigerais avec eux, un peu comme une sorte de "gardien du temple". »

Et de continuer : « De manière générale, chaque album sera centré sur une sirène spécifique et sa caste. Mais on y croisera également d’autres personnages, qui peuvent effectivement apparaître dans d’autres albums. Disons que ça se fera en fonction des besoins de chaque récit. »

On peut donc tracer un parallèle entre les races d’Elfes, les ordres de Nains, les types de Mages et ces neuf castes de Sirènes. À la différence que l’on connaît déjà ceux qui vont entrer en relation et certainement s’opposer à ces sirènes, à savoir les vikings.

"Sirènes et Vikings", la série-concept multi-auteurs des Humanos

Un premier tome au souffle épique

Présenté ainsi, cela semble très artificiel. Mais nous avons pourtant été pleinement conquis à la lecture du premier tome. Celui-ci nous entraîne dans un monde peuplé de créatures issues de la mythologie nordique, où Sirènes et Vikings s’affrontent pour le Royaume des Mers du Nord. Les premières vivent dans les mers, tandis que les seconds y pèchent et les utilisent dans leurs conquêtes.

Quand deux peuples aussi fiers sont amenés à cohabiter de trop près, le moindre heurt met le feu aux poudres, et la guerre entre les races est déclarée. Pour triompher de ses adversaires, la sirène Arnhild tente le tout pour le tout en réveillant un effrayant monstre marin : le Jörmungand. Grâce aux sons d’une conque, elle parvient à le diriger sur les drakkars vikings.

Ingvald, fils du chef de sa tribu, décide de prouver sa valeur en vainquant la bête. Accompagné de sa fiancée mi-trolle, mi-humaine, il échafaude un plan pour subtiliser la conque. Mais saura-t-il échappé au charme des Sirènes ?

Au-delà des Sirènes au physique intéressant, au monde des vikings et à leurs traditions, ce premier tome bénéficie surtout d’un passionnant scénario bâti non pas sur les combats, mais sur les relations entre les personnages principaux.
Ainsi en apprend-on plus que l’étrange couple formé par le frêle fils du chef et cette géante mi-trolle.

Il est question de tolérance, d’amour, du regard des autres, de complicité et même de tendresse. En effet, Sirènes et Vikings ne s’arrête à développer ces deux races, mais met également aux prises les protagonistes avec d’autres peuples, comme celui des Trolls dans ce premier tome, ainsi que les Tritons par la suite.

Porté par les sentiments et les rebondissements imaginés par Isablelle Bauthian et scénarisé par Françoise Ruscak, ce premier tome intitulé Le Fléau des Abysses devient rapidement passionnant à lire. Les planches de Phil Briones apportent bien entendu leur lot de combats, mais c’est paradoxalement dans les planches plus calmes où les personnages prennent leur essor, portés par leur passion.

En effet, si ce premier tome souligne cette confrontation entre les peuples, il se focalise surtout sur les grands sentiments humains : l’amour, l’envie, la colère, la jalousie, la tolérance et le rejet de l’autre. La série a donc le potentiel pour proposer une version nordique à l’image de la mythologie grecque. Comme nous le confirme Gihef : « Oui, ce sont les personnages et leurs désirs qui animeront chaque récit. »

Quatre tomes en sept mois

Cette excellente entrée en matière présage le meilleur pour les trois autres one-shots qui vont paraître respectivement en novembre, janvier et mars prochains. Sans qu’il soit nécessaire que les lecteurs lisent les albums dans l’ordre, ils peuvent seulement se laisser guider par la thématique et le graphisme de chaque album.

« De manière générale, chaque album sera centré sur une sirène spécifique et sa caste, nous explique le créateur de la série-concept. Mais on y croisera également d’autres personnages, qui peuvent effectivement apparaître dans d’autres albums. Disons que ça se fera en fonction des besoins de chaque récit. »

Et de continuer : « Pour maintenir la cohérence de l’univers, mon camarade Marco Dominici qui a été le premier sur l’aventure, s’est chargé du character design des sirènes et de leur univers. Puis, les autres dessinateurs et dessinatrices peuvent s’approprier leur tome comme ils l’entendent, tant qu’ils respectent cette charte graphique. Et pour apporter une homogénéité à l’ensemble, Homs a accepté de dessiner les couvertures : quel talent ! »

Au fur et à mesure des prochains tomes, les lecteurs pourront découvrir les caractéristiques de chaque caste de Sirènes, dans leur physique, leur société et leur culture, mais aussi au sein de leurs pouvoirs. Comme nous le détaille à nouveau Gihef :

« Chaque sirène et sa caste possède des dons différents :

- Dröfn, « la vague » Possède le don de prédiction.

Le seconde paraîtra en novembre 2020.


- Blodughadda, « aux cheveux couleur de sang » Dotée du pouvoir de la magie et de l’illusion.
- Bylgja, « la houle » Possède l’habilité à la fabrication d’armes à partir de matériaux issus exclusivement de l’environnement marin (algues, coraux, squelettes de poissons, etc...). C’est une redoutable guerrière.
- Dufa, « la plongeuse » Pourvue de la faculté de communiquer avec la faune aquatique, qu’elle manipule selon son bon vouloir.
- Hefring, « la déferlante » Elle et sa caste sont capables de respirer et vivre hors de l’eau, allant même jusqu’à prendre une apparence humaine. Mais elles ont besoin de se régénérer à l’eau de mer au moins une fois par jour.
- Himinglaeva, « la vague qui reflète le ciel » Dotée du savoir et de la connaissance universelle. Sa caste est la plus savante de toutes. Aucun des neuf royaumes (Yggdrasil – l’Arbre Monde) n’a de secret pour elle.
- Hrönn, « la vague qui roule » Elle et ses filles possèdent le don d’invisibilité/camouflage.
- Kolga, « la mer déchaînée » Elle et sa caste sont capables de contrôler la météo dans un rayon de plusieurs kilomètres. Elles sont capables de provoquer des tempêtes, des cyclones ou des pluies torrentielles pour piéger leurs victimes.
- Udr, « la vague qui mousse » Possède la faculté de guérison des blessures et des maladies. »

Un vaste programme, qui commence avec brio par un premier tome très réussi. À conseiller aux amateurs de séries-concept et d’Heroic Fantasy !

Propos recueillis par Charles-Louis Detournay.

(par Charles-Louis Detournay)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album:
BDfugue FNAC Amazon

Sur le même sujet, lire également l’interview de Gihef : « Pour "Sirènes et Vikings", je me suis inspiré du mythe d’Aegir, le géant mythologique personnifiant la mer qui a enfanté neuf filles. »

Tous les visuels sont tirés du premier album de Sirènes et Vikings : Le Fléau des abysses, par Isabelle Bauthian, Françoise Ruscak et Phil Briones - Les Humanoïdes Associés.

À lire sur ActuaBD concerant Gihef :
- Rentrée 2017 : Kennes ouvre le bal avec Jacques Lamontagne
- une double interview en 2015 : « Pour OSS 117, je voulais vraiment garder cet esprit fun, vintage et léger, propre aux années 1960 » et « Antonio Lapone et moi partageons le même engouement pour les comédies américaines des années 1950-60 »
- La critique d’Encre et de Sang
- une interview de 2014 : "Je n’ai jamais été emballé à l’idée qu’un gars comme Luc Besson se retrouve aux commandes des Enchaînés."
- "Crotales" de Gihef & Renaud, spin-off cryptique de "Jessica Blandy" avec la chronique du tome 1 et du tome 2
- Les "Complots" d’Alcante & Gihef
- l’interview d’Alcante & Gihef : « "Complots" maintient l’authenticité des dates et événements-clés, mais on affabule sur ce qui se passe en coulisses. »
- Liverfool - Par Gihef et Vanders - Editions Proust
- Enchaînés, saison 2
- Mister Hollywood par Gihef & Lenaerts : tome 1 et tome 2
- Haute Sécurité par Callède et Gihef : la chronique des tomes 1 & 2, du tome 3 et du tome 4
- Une interview en 2007 : "L’univers carcéral est un excellent prétexte pour dessiner des gueules expressives"
- Enchaînés - par Gihef et Callède - Vents d’Ouest : T1 « Le Tentateur » et pour le tome 2, une première chronique et un second article

  Un commentaire ?