Sixteen Kennedy Express – Par B. Quignon & A. Ducoudray – Sarbacane

6 février 2014 3 commentaires
  • États-Unis, 1968. Un gamin vit ses premiers émois amoureux alors que le pays affronte le deuil de Bobby Kennedy. Un été initiatique s'ouvre à lui.

Rob vient de se casser le bras. Tout le programme de son été en est chamboulé. Pas de petit boulot, pas d’argent de poche et surtout un maximum d’ennui.

L’assassinat du sénateur Kennedy et le passage dans le village de Rob du convoi funéraire est dès lors le petit événement qui va briser ce quotidien morne. Sur les bords de la voie ferrée, Rob rencontre Sixteen, de deux ans son aînée. Cette fille qui lui glisse entre les doigts comme une brique de savon est en passe de lui faire tourner la tête. Après elle, Rob ne sera plus jamais pareil...

Sixteen Kennedy Express – Par B. Quignon & A. Ducoudray – Sarbacane
Un extrait de "Sixteen Kennedy Express"
© Quignon - Ducoudray - Sarbacane

On se souvient d’ « El Paso », précédent album du duo Bastien Quignon et Aurélien Ducoudray, qui déjà grattait le vernis de l’American Dream. Il en est de même pour « Sixteen Kennedy Express » qui baigne dans un douce mélancolie. Cependant, les auteurs ne parviennent pas à procurer la même émotion que dans leur première œuvre en commun. Les personnages sont bien campés et leur histoire d’amour contrariée à une certaine dimension universelle, mais on ferme le livre en restant sur sa faim. Les auteurs manifestent une fascination pour les États-Unis, et on aurait aimé que leur regard critique sur l’Amérique des années soixante soit approfondi pour accentuer le contre-point de leur récit.

(par Morgan Di Salvia)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander ce livre chez Amazon ou à la FNAC

A propos de Bastien Quignon et Aurélien Ducoudray, sur ActuaBD :

> Békame

> El Paso

> Trois jours en été

 
Participez à la discussion
3 Messages :
  • Je reste sur ma faim sur la question de la technique utilisée pour réaliser cette bd ?? la planche est malheureusement trop petite pour être apprécier...je trouverai ma réponse en farfouillant le net j’imagine....

    Répondre à ce message

    • Répondu le 6 février 2014 à  21:44 :

      Bah c’est du crayon, estompé par endroit, ça se voit, pas besoin d’être spécialiste.

      Répondre à ce message

      • Répondu par Bastien Quignon le 15 février 2014 à  16:22 :

        Haha, vous n’êtes pas très loin.
        C’est du fusain, et du crayon sur papier très fin japonais.
        La teinte colorée est ensuite rajouté sur l’ordi.

        Répondre à ce message