Sket Dance T10 - Par Kento Shinohara (trad. Olivier Vachey et Sakura Saku) - Kazé Manga

16 juin 2014 0 commentaire
  • 10e tome charnière dans {Sket Dance}, entièrement dévolu au passé du héros, Bossun. Démonstration de force de Kento Shinohara qui conjugue le gag manga avec la plus juste émotion. Ou comment faire d'un shonen du {Jump} une véritable petite merveille...

Si nous soutenons, ici, depuis son lancement, cet improbable gag manga qu’est Sket Dance, c’est parce qu’il est le représentant le plus abouti d’un genre mésestimé en France, parce qu’il est simplement hilarant et parce qu’il est parfois capable d’atteindre une justesse dans l’émotion aussi rare que précieuse.

Ce tome 10 qui, pour une fois, présente une longue intrigue suivie, est entièrement dédiée aux origines de Bossun. L’histoire racontée se montre profondément touchante, sans pour autant sombrer dans la mièvrerie ou le pathos bon marché. On ressort sans aucun doute marqué par les révélations produites au fil du volume.

Sket Dance T10 - Par Kento Shinohara (trad. Olivier Vachey et Sakura Saku) - Kazé Manga
Bossun à 14 ans, découvre une partie de ses origines
Sket Dance T10 © Kento Shinohara / Shueisha / Kazé Manga
Qu’on se rassure : tout finit toujours sur un rire dans Sket Dance
Sket Dance T10 © Kento Shinohara / Shueisha / Kazé Manga

Déjà, au tome 5, autour de Switch, Kento Shinohara avait donné un aperçu de ce qu’il sait accomplir. Avec Bossun, cela gagne en relief et en intensité encore. Le mangaka nous prouve que s’il excelle dans la forme comique brève, il peut aussi s’illustrer dans le développement du drame et s’exprimer dans une tonalité douce-amère d’une manière particulièrement réussie.

Vous ne connaissez pas encore Sket Dance, vous n’avez guère envie de vous lancer dans une série qui compte déjà dix volumes et vous n’êtes pas certain d’être friand de gag manga ? Ne passez pas votre chemin !

Au contraire, arrêtez-vous et jetez-vous sur ce seul tome 10 : il se suffit à lui-même et constitue une remarquable expérience de lecture en matière de manga.

Pour goûter cette histoire, vous n’avez pas besoin d’avoir lu grand chose des tomes précédents. Sachez simplement que Bossun est un héros au bon cœur un peu loser et que les pitreries qu’il commet avec ses comparses Switch et Himeko ne manquent jamais de susciter l’ire de Tsubaki, responsable au sein du Comité des Étudiants du lycée Kamei.

Rien de plus à savoir : à partir de ce principe de base, les choses coulent naturellement, avec au bout, le rire. C’est trop rare dans le manga pour ne pas être signalé. Pas de raison d’hésiter donc : entrez dans le tome 10 de Sket Dance.

Douloureuse confrontation
Sket Dance T10 © Kento Shinohara / Shueisha / Kazé Manga

(par Aurélien Pigeat)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

- Sket Dance T10. Par Kento Shinohara. Traduction Olivier Vachey et Sakura Saku. Kazé Manga. Sortie le 21 mai 2014. 192 pages. 6,79 euros.

- Commander ce livre chez Amazon ou à la FNAC

- Lire les précédentes chroniques consacrées à Sket Dance : la une de présentation de la série, la chronique du tome 3 et celle du tome 4.

  Un commentaire ?