Sket Dance T18 - Par Kento Shinohara - Kazé Manga

12 février 2016 2 commentaires
  • Un voyeur a débusqué une machine pour communiquer avec les animaux, une « battle » d’apprentis mangaka, l’initiation à un jeu de cartes allemand d’origine chinoise et bien d’autres choses encore : pas de repos pour les membres du Sket Dan, pour notre plus grand plaisir !

Nous voici arrivés au 18e tome sur 32. Sket Dance, publié originellement au Japon de 2007 à 2013 au sein du magazine Weekly Shônen Jump, aux côtés de One Piece et de Naruto, continue tranquillement son bonbonne de chemin en poursuivant le développement de son sympathique univers, toujours aussi drôle et attachant.

Rappelons son propos : il s’agit de suivre un trio de joyeux lycéens, Bossun, Himeko et Switch qui, à travers le club qu’ils ont fondé, le Sket Dan, apportent une aide à leurs camarades en résolvant n’importe quel problème qu’ils viennent leur soumettre.

Leurs aventures se déploient sous le prisme du gag manga, c’est-à-dire au format d’une histoire par chapitre, orienté humour et situation décalée, et construite autour d’une galerie de personnages excentriques, aussi bien du côté des élèves que des professeurs, apportant à nos héros des demandes oscillant entre absurde et sentimentalisme.

Sket Dance T18 - Par Kento Shinohara - Kazé Manga
Comment en sont-ils arrivés là ?
Sket Dance T18 © Kento Shinohara / Shueisha / Kazé Manga

En effet, comme nous l’avions précédemment évoqué dans le tome 10 consacré au passé de Bossun, chef du Sket Dan, la série relève aussi bien de la comédie burlesque que de la chronique de la vie lycéenne, avec ses amitiés, ses amours et ses drames personnels, débouchant sur certains chapitres ou histoires remarquables qui font de Sket Dance une série complète où le lecteur rit et partage les peines de ses héros.

Dans ce nouveau tome, nous sommes en présence de la forme la plus classique et courante de la série : neuf petites histoires qui balayent une bonne variété de ses canevas types, avec beaucoup d’absurdité mais aussi un temps pour s’attarder sur les problèmes d’intégration d’un nouvel élève (un descendant de ninja !), et un autre sur les sentiments de Bossun pour Himeko.

Entre nos héros qui testent une invention de Switch qui lit les pensées des animaux (ou des humains, on ne sait plus !), une nouvelle intervention de Romane, l’apprentie mangaka au style « post-moderne », une parodie de Karuta avec le professeur d’histoire amateur de jeux « pourris », sans oublier Bossun qui se méprend sur les sentiments de sa chère Himeko, devenue soudainement trop adulte pour le gamin qu’il est ou l’apparition d’un conseil de discipline secret digne des Illuminatis… pas le temps de s’ennuyer !

Et c’est sur un rythme endiablé et joyeux que le tome se termine sur une nouvelle confrontation entre Bossun et Tsubaki, le rigide président du Conseil des Élevés, dont l’objet est de déterminer le meilleur et le plus capable à aider les élèves ! Aussi idiot qu’hilarant.

Propre et précis, le graphisme de Kento Shinohara joue essentiellement sur les expressions et le découpage. Ainsi, pas d’action mais beaucoup de dialogues et de « tronches », comme on peut s’attendre dans un gag manga et une comédie lycéenne.

En dépit d’un propos qui peut sembler banal et désuet, Sket Dance n’est demeure pas moins une très grande série pour le soin accordé au développement de ses nombreux personnages, aussi barrés qu’attachants, et à la variété de ses histoires.

Lorsqu’un nouveau tome de Sket Dance sort, c’est toujours une surprise : on ne sait jamais quels personnages et types d’histoires vont être à l’honneur… et cela pour notre plus grand plaisir !

Respect entre apprentis mangakas !
Sket Dance T18 © Kento Shinohara / Shueisha / Kazé Manga
Bossun excellant comme toujours dans le domaine des compétences inutiles !
Sket Dance T18 © Kento Shinohara / Shueisha / Kazé Manga

(par Guillaume Boutet)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Sket Dance T18. Par Kento Shinohara. Traduction Léopold Dahan. Kazé Manga, collection "Shonen Jump". Sortie le 27 janvier 2016. 192 pages, 6,79 euros.

Commander ce livre chez Amazon ou à la FNAC

Sket Dance sur ActuaBD :
- Lire la présentation de la série,
- Lire la chronique du tome 3,
- Lire la chronique du tome 4,
- Lire la chronique du tome 10.

 
Participez à la discussion
2 Messages :