Sketchbook - Peter de Sève - Paquet

5 mai 2004 0 commentaire
  • Quand l'un des illustrateurs les plus prisés des studios d'animation américains rassemble ses croquis sur papier. Somptueux !

Peter de Sève est un grand monsieur. L’un des plus grands selon son éditeur à la lumière de son talent éprouvé. Dessinateur de vocation, illustrateur de formation, il a atteint le sommet de son art en tant que character designer. Son job à lui consiste à créer des personnages destinés à l’animation en cohérence avec une charte graphique donnée, un style qu’il conçoit. Les expressions poilantes et hystériques de Manfred l’éléphant, Sid le paresseux et Scrat, l’économe écureuil de l’ « Age de glace », c’est lui. « Tarzan », « 1001 pattes », « Le Monde de Némo », lui aussi. En l’espace de 30 ans, le fruit de son imagination est paru dans les plus grands magazines américains, il s’est fréquemment fait valoir en couverture du New Yorker ou sur les affiches des spectacles à succès de Broadway sans oublier un travail de création publicitaire qui lui vaudra une médaille d’argent au Clio Award, récompense équivalente aux oscars de la pub.

Riche curriculum vitae ! Et pourtant... pourtant, Peter de Sève, ça ne vous dit rien, ou pas grand-chose. Il n’est pas, à proprement parler, un auteur de bande dessinée et son nom n’apparaît pas en tête d’affiche des films d’animation nés de son crayon. Il n’est pas trop tard. Un art book rassemblant des centaines de croquis inédits vient de paraître aux éditions Paquet. Un beau petit bouquin carré, cartonné, débordant de richesses graphiques. Les amateurs de dessin apprécieront. Les autres ne pourront y rester insensibles.

Du dessin plein les yeux

Epatant, ahurissant d’expressivité, la moindre esquisse est saisissante de justesse. Du petit crobard jeté en deux coups de crayon aux profils aux lignes infinies, jamais excessives. Du fin crayonné au frottement de mine grasse en passant par l’élan brouillon du feutre, Sève nous offre ici un recueil d’héros potentiels, mais restés anonymes, parmi des milliers de personnages attachants de bandes dessinées ou de dessins animés. Le maître met en scène, avec une facilité que l’on imagine déconcertante, une pléiade d’animaux en tout genre, yeux globuleux, mimiques désopilantes, attitudes impossibles, caricatures démentielles. On découvre, entremêlés, quelques merveilleux farfelus et monstruosités fantastiques. Coup de cœur pour les « barbus » au visage hagard, le corps voûté. Peter de Sève couvre sur un papier de qualité une fantastique compilation de son œuvre, échantillon d’amuse-yeux dont on ne peut se lasser. C’est tout simplement somptueux.

On notera tout de même que les femmes sont un peu laissées pour compte. A quelques exceptions près -et quelles exceptions ! elles ne bénéficient pas des honneurs de l’illustrateur. C’est cependant l’une d’elles qui préface le chef-d’œuvre : Françoise Mouly, directrice artistique au New Yorker. On supposera qu’il ne s’agit donc là d’un banal concours de circonstance. Le Sketchbook a véritablement sa place dans n’importe quelle bibliothèque.

(par Nicolas Fréret)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?