Slim (dessinateur algérien) : " Les fanatiques religieux n’ont pas le sens de l’humour mais le sens de la mort."

10 janvier 2015 3
  • Auteur de BD, dessinateur de presse et caricaturiste algérien, Slim est un vétéran de la BD algérienne (nous en reparlerons). Il a publié en France, notamment dans "L'Humanité" en 1995. Dès avant, en 1960, il crée les personnages de Bouzid et Zina, caricature savoureuse de la société algérienne qui arrive à faire "passer des choses", malgré la censure. Wolinski a dit de lui : «Si vous voulez connaître l'Algérie, lisez les albums de Slim.»

Que vous inspire la tragédie de Charlie Hebdo ?

La stupeur. Aussi, un sentiment d’impunité : des fous qui arrivent jusqu’au cœur de Paris dans une salle de rédaction habillés de noir armés lourdement, mitraillent des innocents et repartent tranquillement sans se presser...

Qu’a été pour vous Charlie Hebdo ?

Charlie Hebdo est un phare pour moi. C’est une revue dont je rêvais, d’y voir mes dessins, de voir les dessins de certains maîtres tels que les derniers disparus. C’est une revue qui ne peut sortir que dans un pays comme la France, parce qu’il y a une liberté. Des salauds ont profité de cette liberté pour tuer.

Slim (dessinateur algérien) : " Les fanatiques religieux n'ont pas le sens de l'humour mais le sens de la mort."

Vous avez connu aussi en Algérie des meurtres de dessinateurs...

Oui. Trois dessinateurs assassinés et plus d’une centaine de journalistes abattus.

Comment la société algérienne réagit-elle face à cette situation ?

La société algérienne est passée par une phase noire : dix années d’insécurité, d’attentats horribles et des assassinats par centaines : 200 000 morts dans la décennie 1992-2002. Maintenant, grâce à la réconciliation nationale, tout est rentré dans l’ordre : les décapiteurs se sont réconciliés avec les décapités...

La situation israélo-palestinienne a été avancée par les terroristes pour justifier leurs actes. Est-ce que cela a du sens ?

Tant que la situation palestinienne n’est pas réglée, ça fera le bonheur des groupuscules terroristes manipulés de toutes sortes qui surferont sur la misère des Palestiniens.

C’est quoi le problème de la France, des Français avec l’Islam ?

C’est compliqué. Le monde a changé après l’effondrement de l’URSS et la guerre d’Afghanistan, les monarchies pétrolières aidées des Américains ont eu le vent en poupe. Ils ont développé et financé un islam rigoriste made in chez eux qu’ils ont injecté un peu partout. La télévision par satellite puis l’Internet ont fait le reste, le monde est devenu petit...
Les pays arabes autoritaires n’ont pas eu grand choix : soit la dictature, soit l’Islam rigoriste et tout le monde ferme sa g... Sinon... Ils ont infiltré les banlieues, financé des mosquées et placé des imams "maison". Au bout de dix ans, on voit que la bouture a pris. Et les autorités ont laissé faire le travail de sape.

Est-ce que cette affaire peut faire changer les choses politiquement en Algérie, dans les relations franco-algériennes ?

Non, je ne crois pas, mais c’est bien tombé pour la France surtout : elle doit revoir de fond en comble tous les "électrons libres" qui n’attendent que le feu vert des richissimes des pays du Golfe ayant réalisé des affaires sur le sol français et finançant en même temps DAESH ainsi que d’autres groupuscules manipulés.

Pour vous, artistiquement, il y a un après "l’attentat de Charlie Hebdo" ?

Certainement, cela veut dire que les fanatiques religieux n’ont pas le sens de l’humour mais le sens de la mort. Donc, le mieux à faire, c’est d’éviter totalement tous les trucs religieux, et ne rire qu’avec les gens d’intelligence, qui aiment rire, qui aiment l’esprit. Il y a tant de possibilité d’humour sans aller vers des symboles qui peuvent choquer des millions de gens et exacerber des fanatiques tueurs.

Propos recueillis par Didier Pasamonik

Documents

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

POUR AIDER FINANCIÈREMENT CHARLIE HEBDO

Dessins (c) Slim

En médaillon : Slim. Photo de D. Pasamonik (L’Agence BD)

 
Participez à la discussion
3 Messages :