Smoke City – T1 – par Mariolle & Carré - Delcourt

20 avril 2007 0 commentaire
  • Ses références cinématographiques ne font pas de {Smoke City} une pâle copie d'un film hollywoodien. L'album est distrayant et ancré dans un univers graphique franchement séduisant.

Carmen prépare un nouveau coup : voler une momie pour le compte d’un riche collectionneur. Le commanditaire exige qu’elle reconstitue son équipe d’anciens complices. Seul petit problème : Carmen les a trahis six ans auparavant…

Les références cinématographiques sont évidentes : Batman, Blade Runner, Dark City, Ocean’s Eleven et même L’Arnaque, la comédie de Georges Roy Hill (oscar du meilleur film en 1973). Mais Benjamin Carré et Mathieu Mariolle font beaucoup mieux que simplement repomper des recettes de films à succès. Dans un décor d’une ville sombre et pluvieuse à l’architecture envoûtante, les auteurs plantent des personnages charismatiques et façonnent une trame de suspens, certes classique (composition de l’équipe-préparation-braquage) mais très efficace. A part la séquence longuette et, à priori sans grand intérêt scénaristique, du combat d’arts martiaux, le reste est d’une grande fluidité.

Smoke City – T1 – par Mariolle & Carré - Delcourt
© Mariolle/Carré/Delcourt

Le découpage de Benjamin Carré évoque aussi le 9ème art. Panoramiques, travellings avant ou arrière se dessinent derrière les cases. Sa mise en couleur et ses ambiances sont sombres mais raffinées. Nous attendons avec impatience de connaître les dessous de cette série policière et d’action pleine de promesses.

(par Laurent Boileau)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?