Soleil reprend L’Écho des Savanes et revend Daipen (Azuka et Discountmanga.com) à Kaze éditions

7 avril 2007 7 commentaires
  • Continuant ses acquisitions, Soleil est amené à se recentrer. Alors qu’il acquiert auprès d’Albin Michel et de Lagardère Interactive Media les activités éditoriales de L’Écho des Savanes, il se défait par ailleurs de Daipen, l’une de ses filiales manga.

Le 18 janvier dernier, notre confrère BDZoom titrait que, « de source sûre », « Le repreneur de L’Echo des Savanes ne serait pas Mourad Boudjellal ! », alors que nous annoncions le contraire. Il se confirme aujourd’hui que le candidat choisi pour la reprise de l’activité éditoriale serait bien l’éditeur de Toulon.

Cette fois, Gilles Ratier annonce la nouvelle avec quelques heures d’avance sur nous (bravo pour le scoop !) mais avec une analyse qui ne nous semble pas cadrer avec la réalité. En effet, si comme le dit Ratier, «  rien n’est réglé », c’est tout simplement parce que la cession qui est opérée ici d’un côté celle d’une société d’édition (la SEFAM, dont Albin Michel et Lagardère sont actionnaires chacun à 50%) et de l’autre, celle d’un titre de presse appartenant à 100% à Lagardère, deux entités pourtant intrinsèquement liées dans la gestion quotidienne puisqu’elles avaient le même patron, et non d’une société à part entière. Dans le cas de la cession d’un contrat d’édition ou d’un titre de presse dont ils sont salariés, les auteurs doivent être associés à cette décision, c’est la loi. Parler de « jurisprudence Bourgeon contre Casterman », un dossier que nous connaissons bien, ne nous semble pas adapté à cette situation. Selon nos informations, le patron d’Albin Michel BD, Hervé Desinge, resterait à la manœuvre et, sauf exception, les auteurs d’Albin Michel BD, qui deviendrait pour l’occasion « L’Echo des Savanes BD », ne devraient pas se révolter outre mesure contre la résolution d’une situation qui découle non pas d’une OPA hostile, mais de la volonté du groupe Lagardère de se débarrasser d’un actif qu’il considèrait comme « non-stratégique ». En ce qui concerne le titre de presse, il semblerait que Soleil en serait bien le propriétaire mais que son exploitation serait confiée à un groupe extérieur. Nous vous en dirons plus dès que nous aurons plus d’information ce sujet.

Les auteurs restent vigilants sur la suite des opérations. Choqués par l’arrêt brutal du titre, ils ont créé un blog de soutien

Soleil reprend L'Écho des Savanes et revend Daipen (Azuka et Discountmanga.com) à Kaze éditions
Dessin de Babouse en soutien à L’Echo des Savanes
(C) Babouse.

Repositionnement dans le secteur des mangas

Par ailleurs, si la cession de la société Daipen (le label Asuka, contrôlé majoritairement par Soleil) à Kaze est aussi une réalité, nous doutons sérieusement qu’elle serve à financer l’acquisition de L’Echo des Savanes, le rapport de chiffre d’affaires entre les deux activités étant loin d’être égal. En revanche, la revente de cette société à Kaze lui sera directement profitable : « Cette acquisition de Kaze a pour but, d’une part de permettre à Kaze d’élargir ses activités éditoriales à l’édition papier, via les éditions Asuka, et d’assurer une croissance plus rapide et des moyens nécessaires à son développement sur ce marché très concurrentiel. Les éditions Asuka conserveront leur autonomie et leur politique éditoriale, mais travailleront de concert avec les équipes de Kaze afin d’harmoniser leur programme de sorties et leurs demandes de droits pour construire une véritable cohésion sur le marché français » nous annonce un communiqué. Kaze fait également une excellente opération en rachetant le site Discountmanga.com, un site de vente en ligne spécialisé dans les mangas et dans la japanimation, l’un des plus dynamiques du marché avec plus de 70 000 clients fidèles. « Partageant le même esprit M. Cédric Littardi dirigeant de Kaze, et Messieurs Renaud Dayen et Raphaël Pennes co-créateurs de Daipen Sarl, sont convaincus que le pôle éditorial et commercial ainsi créé sera l’un des plus productifs et des plus appréciés du marché » conclut le communiqué.

Pour Soleil, il s’agit clairement d’un recentrage, le greffon de Daipen dans le groupe n’ayant pas réussi. Il reste cependant une activité Manga chez l’éditeur toulonnais puisque Soleil Manga est toujours actif et a ouvert un bureau à Tôkyô dirigé par Pierre-Alain Szigeti [1]. D’autre part, le label de manwhas SEEBD et le label de mangas hentaï (pour adultes) Iku Comics restent toujours, pour l’heure, dans le périmètre du groupe.

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Cet article a été modifié le 12 avril 2007 à la suite de précisions apportées par M. Desinge. Elles ne modifaient cependant ni l’analyse, ni la conclusion.

[1Un dossier complet est consacré à cette entité dans Suprême Dimension N°13 d’avril 2007.

 
Participez à la discussion
7 Messages :