Newsletter ActuaBD

Soulhunters - T1 : L’âme fatale - par Meirinho & Jeroda - Soleil

1er novembre 2006 0 Albums par Laurent Boileau
🛒 Acheter
  • Cette comédie fantastique est plutôt sympathique. L'héroïne est divine et immortelle mais sa vie bascule et devient un enfer ! Une péripétie bien humaine pour une super-héroïne.

Diane Artemis est la meilleure des "soulhunters" c’est-à-dire des chasseurs d’âme. Son destin bascule le jour où elle tue par erreur un dénommé Achille Balastre. Le Boss, patron de l’au-delà, punit la belle en lui ôtant ses superpouvoirs. Diane et Achille sont condamnés à faire équipe pour traquer les âmes damnées.

Soulhunters est le genre d’album que l’on commence à lire avec un scepticisme prononcé. On s’attend au pire et surtout à une lecture supersonique. Et puis le second degré et l’humour se dévoilent au fil des pages et l’album se referme bien plus tard que prévu.
Serge Meirinho et Jeroda ont un passé commun dans le jeu vidéo et un goût certain pour de vieilles séries TV et des films genre Ghostbusters... Achille, l’humain un peu looser et Diane, la redoutable créature surnaturelle forment un duo détonant. "J’aime bien les comics, mais je trouve qu’ils se prennent trop au sérieux. Donc, j’avais envie d’une super-héroïne dominatrice, pleine de pouvoirs, de pognon et de privilèges, qui serait maltraitée par le plus minable des humains. Qu’elle se retrouve dans des situations de tous les jours, humiliantes pour tout le monde, mais en particulier pour un super-héros. Il fallait un personnage tout particulièrement naze, sans talent, sans intelligence et sans ambition. (...) On voulait que la super-héroïne s’en prenne plein la gueule, mais pas à cause d’un super-vilain, simplement en réapprenant à vivre avec les difficultés du quotidien" déclare Serge Meirinho [1]. Diane sera donc confrontée à redécouvrir les contingences matérielles de ce bas monde : la douleur, la fatigue, la faim... et tout ce qui va avec ! L’au-delà dépeint est une sorte de multinationale parodiée où tous les Dieux de toutes les religions ont leur place selon une hiérarchie bien définie. Mais pour ne pas faire de jaloux, ils peuvent échanger leur poste...

Plongées et contre-plongées sont plus humoristiques qu’effets de style à la mode. Pour un premier album, Jeroda s’en sort plutôt bien. S’il subsiste encore ici ou là des différences de style d’une case à l’autre, le trait reste très ludique et en adéquation avec l’esprit de la série.

Avec son ton enlevé, L’âme fatale promet une série savoureuse. Sans se prendre au sérieux, Soulhunters est un bon petit divertissement.

(par Laurent Boileau)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album sur Internet

[1Dans Suprême Dimension n°8.

 
Newsletter ActuaBD