Spécial A, T1 - Par Maki Minami - Tonkam

17 avril 2009 0 commentaire
  • Rivalité et amour se mêlent dans ce shojo classique des éditions Tonkam. Annoncé comme l'un des plus gros succès 2009 du genre, espérons qu'il en traîne pas le lecteur sur une vingtaine de volumes comme ses prédécesseurs, Fruits Basket et Hanakimi, qui présentent au moins l'intérêt d'une histoire originale pour l'un et beaucoup d'humour pour l'autre.

Depuis qu’elle a rencontré Kei Takishima à l’âge de six ans et qu’il l’a vaincu au catch alors qu’elle se croyait imbattable, Hikari Hanazono ne pense plus qu’à une seule chose : l’emporter sur celui qui est devenu son rival. Elle a donc toujours suivi Kei dans sa scolarité et tenté de le battre dans toutes les disciplines mais Kei est un petit génie.
Aujourd’hui Hikari a quinze ans et suit des cours dans un lycée élitiste un peu particulier où les élèves sont divisés en six classes, de A à F selon leurs résultats scolaires. La classe A est constituée des sept meilleurs élèves de chaque promotion et la meilleure des trois classes A du lycée est appelée la Spécial A. Hikari fait partie de cette classe et n’occupe toujours que la seconde place derrière Kei mais son but n’a pas changé...

Selon Tonkam et ses divers partenaires, "Spécial A s’annonce comme l’un des plus grands shojos mangas de l’année 2009 en France". Certes.

Ce premier volume nous présente une héroïne égoïste qui contraint son père, petit charpentier, à lui payer une école absolument hors de prix dans l’unique but de satisfaire un désir personnel sans intérêt. En plus de ça, on a droit à une énième jeune fille naïve qui ne réalise pas que le superbe jeune homme à ses côtés n’a d’yeux que pour elle.

Spécial A est un shojo et le dessin de l’auteur nous le signifie au premier coup d’œil. Il n’en reste pas moins agréable à regarder avec ses personnages longiligne, ses fleurs, ses gâteaux et le soin particulier apporté aux tenues vestimentaires des personnages. Même si les petits cœurs et les petites fleurs flottent régulièrement autour de Kei et Hikari, on appréciera la retenue de l’auteur à ce niveau mais on déplorera le manque d’attention concernant les expressions des personnages avec leurs grands yeux complètement noirs.

Enfin, en un seul volume, on accumule les situations les plus courantes de ce genre de manga telles que la compétition sportive où le jeune homme vole au secours de l’héroïne blessée, l’anniversaire de l’amoureux qui est heureux de l’attention qu’on lui porte, la découverte d’une fiancée cachée, la rencontre avec le petit frère qui déteste son ainé mais qui va finir par l’apprécier grâce à l’héroïne, etc.

Espérons que cet enchainement rapide de situations insipides en guise d’introduction nous amène rapidement à une historie digne d’intérêt.

(par Stéphanie Francqueville)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?