Spider-Man : New Generation, un merveilleux hommage aux comics

13 décembre 2018 2 commentaires
  • Et si l’animation était en cette fin d'année l’Eldorado des adaptations de bandes dessinées ? Avec les sorties récentes d' "Astérix et le secret de la potion magique", "Teen Titans Go! to the movies" et "Lego Batman, le film", on peut se poser la question. Et ce n’est pas la sortie de "Spider-Man : New Generation" - "Into the Spider-Verse" en version originale - qui nous fera penser l’inverse ! Avec ses folies visuelles et scénaristiques, le long-métrage d’animation s’impose comme l’une des meilleures adaptations de l’année, et le meilleur film de "Spider-Man" depuis bien longtemps...

Tout le monde connaît l’histoire : mordu par une araignée radioactive, le jeune Peter Parker a développé des super-pouvoirs et, après la mort tragique de son oncle Ben, a juré de les utiliser à bon escient pour protéger son prochain sous le nom de Spider-Man...

Mais qui a dit qu’il ne devait y avoir qu’une seule version de l’histoire ? Qu’il n’y avait qu’un seul homme-araignée ? Après tout Spider-Man n’est pas qu’une personne, c’est aussi une symbolique, un héritage et un mantra : « un grand pouvoir implique de grandes responsabilités ».

Spider-Man : New Generation, un merveilleux hommage aux comics
L’histoire éternelle du tisseur
© Columbia Pictures Industries

Nous suivons ici le parcours de Miles Morales, un jeune Afro-américain de Brooklyn qui va, lui aussi, être mordu par une araignée radioactive. Il n’a pas le temps de s’habituer à ses pouvoirs qu’il retrouve déjà confronté à diverses incarnations du tisseur : le Spider-Man noir, un détective des années 1930, Spider-Gwen une version féminine de l’homme araignée, Spider-Cochon, Peni Parker, une version japonisante du personnage, sans oublier bien évidement le seul et l’unique Peter Parker... Ils devront tous ensemble empêcher Le Caïd de provoquer la destruction de New York.

Miles Morales, un nouveau Spider-Man, pour une nouvelle génération
© Columbia Pictures Industries
Le Caïd, impressionnant antagoniste de ce long-métrage
© Columbia Pictures Industries

Les trois réalisateurs - Peter Ramsey, Bob Persichetti et Rodney Rothman - n’ont pas eu à s’encombrer de quelques contraintes de budget ou d’effets spéciaux, et ont pu ainsi se permettre une liberté visuelle absolue. Elle va notamment leur permettre de s’amuser avec les codes de la bande-dessinées et de l’animation.

On pourrait presque résumer ce long-métrage à une rencontre entre la BD numérique et le cinéma d’animation, notamment au travers des pensées des personnages qui se dévoilent parfois au travers de phylactères ou d’onomatopées qui apparaissent à l’écran.

Avec les différents Spider-Men ce sont différents styles d’animation qui coexistent au sein du film, du cartoon avec Spider-Cochon, au noir et blanc du Spider-Man Noir en passant par la japanimation de Peni Parker. Cela n’est d’ailleurs pas qu’un effet de style, car ces univers s’accompagnent de codes qui servent au récit. On s’amusera ainsi de voir le Spider-Man Noir ne pas percevoir les couleurs et s’essayer vainement au Rubik’s Cube, ou Spider-Cochon se battre à la manière d’un cartoon. À noter aussi que certains personnages adoptent directement le style de grands dessinateurs de comics.

Spider-Cochon, Spider-Man Noir, Peter Parker, Miles Morales, Spider-Gwen et Peni Parker
© Columbia Pictures Industries

Visuellement parlant, l’animation du film est donc irréprochable et rend un superbe hommage au 9e Art et aux comics en particulier. Le rythme de la réalisation n’est pas en reste, et illustre à merveille le scénario de Phil Lord et Chris Miller (La Grande Aventure Lego). Un récit drôle et touchant, qui propose plusieurs niveaux de lecture, faisant de Spider-Man : New Generation une œuvre riche pour tous les publics. On assiste à la fois à des scènes hilarantes, et d’autres d’une grande intensité dramatique.

L’histoire permet notamment d’approfondir la mythologie du tisseur, et d’aborder des concepts bien connus par les fans de comics comme le multivers et les univers parallèles. Un aspect que le cinéma n’avait pas encore osé aborder, et qui est peut-être plus simple à introduire dans un film d’animation que dans un film live.

Le fan-service est quant à lui aussi très bien géré, et les amateurs de tête de toile se délecteront des références dissimulées plus ou moins subtilement dans le récit. Le film prend d’ailleurs un malin plaisir à assumer toutes les facettes de Spider-Man et à les utiliser pour construire sa chronologie, même les aspects les plus… étranges.

On notera aussi un caméo de Stan Lee qui s’avère aujourd’hui très émouvant suite au décès du scénariste le 12 novembre dernier.

Usé par 22 ans de carrière, Un Peter Parker bedonnant va devoir se reprendre en mains et former la nouvelle génération
© Columbia Pictures Industries

Il est aussi plaisant de noter la présence de personnages féminins importants sans que cela n’apparaisse forcé. Il en est de même pour les origines ethniques de Miles qui ne sont jamais pointées du doigt, ou ne servent aucun propos justificatif en particulier. Le personnage est un Afro-américain latino, il est un super-héros normal et il n’y a rien de plus à en dire. La diversité n’a pas besoin d’être justifiée, il semble que nous nous dirigeons vers un cinéma de plus en plus représentatif des minorités et c’est tant mieux.

Spider-Gwen, l’un des personnages star du film
© Columbia Pictures Industries

À l’instar de Teen Titans GO ! to the movies et Lego Batman, le film on ne peut que constater que le film dispose d’une plus grande liberté de ton, et que ces films ne s’enferment pas un schéma narratif attendu, comme le font trop souvent les adaptations en prise de vue réelle. N’oublions pas que l’animation permet une plus grande marge de manœuvre visuelle, et par conséquent scénaristique. Il est aussi plus simple de représenter les héros du 9e Art et leurs univers via l’animation, comme dans les Astérix d’Astier ou même dans le Tintin de Peter Jackson qui est un film d’animation dans une certaine mesure - mais c’est un autre débat.

Spider-Man contre le Bouffon Vert
© Columbia Pictures Industries

On peut donc voir les adaptations animées comme un nouvel Eldorado pour le 9e Art en raison des possibilités graphiques et narratives qu’elles offrent, mais elle ne doivent pas nécessairement remplacer les versions live qui possèdent elles aussi leurs qualités intrinsèques. Le cinéma d’animation trouve ici cependant une opportunité d’’être réhabilité aux yeux du grand public qui les catalogue bien trop souvent dans la catégorie d’oeuvres purement mercantiles à destination de la jeunesse. Un peu comme la bande dessinée à une certaine époque...

Il ne reste plus maintenant qu’à attendre la suite...
© Columbia Pictures Industries

Fait avec respect et passion, Spider-Man : New Generation est un film pour tous, que vous soyez jeunes, moins jeunes, fans de comics, simples profanes, noir, blanc, homme, femme, cochon ou extra-terrestre... ; car tout un chacun peut-être investi par un pouvoir et de grandes responsabilités. Tout le monde peut être Spider-Man.

Documents
"Spider-Man New Generation", l'album du film, titre jeunesse publié par (...) La novellisation de Spider-Man est dans la Collection Verte d'Hachette. L'abum de coloriage, pour un Spider-Man de toutes les couleurs. (...)

(par Vincent SAVI)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album:
BDfugue FNAC Amazon

"Spider-Man : New Generation" en salle depuis le 12 décembre 2018
Réalisation : Peter Ramsey, Bob Persichetti et Rodney Rothman
Scénario : Phil Lord et Chris Miller
Musique : Daniel Pemberton

Les albums et romans du film sont publiés par Hachette-Disney.

 
Participez à la discussion
2 Messages :
  • Spider-Man : New Generation, un merveilleux hommage aux comics
    14 décembre 2018 21:14, par Henri Khanan

    Assez étonné par cette critique élogieuse, j’ai vu la première heure de ce long métrage, et en suis vite sorti ! Il me semble que le dernier DA d’Astérix est bien meilleur. Plus accessible, plus drôle... Une excellente surprise ! En plus l’histoire est inédite !

    Répondre à ce message

    • Répondu par spiderman le 16 janvier à  00:47 :

      Muais bonne critique, mais ta pas assez d’entusiasme... Je blague, c’est un excellent film (qu’on le compare a un film live ou d’animation) a faire voir de force a toute la famille.

      Répondre à ce message