Newsletter ActuaBD

Spirou en Amérique

  • {{Johnny Dollar}}, détective pour les compagnies d'assurance, descend du taxi et se dirige vers la réception de l'hôtel. Là, Spirou lui remet une enveloppe qui lui est destinée... Avons-nous bien vu? Siprou aurait donc travaillé dans un hôtel autre que le célèbre {{Moustic Hotel}}?

Dans la grande ville américaine, Johnny Dollar, détective pour les compagnies d’assurance, descend du taxi et se dirige vers le comptoir de la réception de l’hôtel. Là, Spirou lui remet une enveloppe qui lui est destinée...

Avons-nous bien vu ? Siprou aurait donc travaillé dans un hôtel autre que le célèbre Moustic Hotel ? Officiellement, non. Mais le bédéiste québécois Éric Thériault s’est fait plaisir en faisant faire au héros de Marcinelle une brève apparition dans ce polar.

Spirou en Amérique
Johnny Dollar et Spirou
Extrait de la plache d’Éric Thériault dans laquelle on voit Spirou. (Thériault / Gallaher / Moonstone)

"J’étais à régler les détails du scénario au téléphone avec David Gallaher, le scénariste de l’album Johnny Dollar et nous devions décider qui remettait l’enveloppe au détective. J’ai proposé un groom, mais Gallaher ne savait pas, à mon étonnement, ce que c’était. Après quelques explications, nous sommes tombés d’accord : ce que j’appelais un groom était pour lui un bellhop, une fonction presque similaire dans les hôtels américains", raconte Éric Thériault. Mais pour Éric, la référence visuelle, puisée dans son patrimoine francophone demeurait un groom, et un groom, c’est Spirou.

Cet album format comic book de 48 planches en noir et blanc vient tout juste d’être publié, en anglais, chez l’éditeur américain Moonstone, dans la collection "Moonstone Noir". David Gallaher s’est inspiré de l’ambiance de l’émission policière Yours truly, Johnny Dollar diffusée chaque semaine sur les radios américaines de 1949 à 1962 - 648 émissions en tout ! Johnny Dollar est devenu la transposition radiophonique du "privé" tel qu’imaginé par Dashiell Hammett et Raymond Chandler. Le dessin d’Éric Thériault, assisté de Serge Lapointe à l’encrage pour les 21 premières planches, donne pour la première fois un visage à ce héros radiophonique ; d’ailleurs, l’utilisation du noir et blanc rend bien les ombres et l’atmosphère mystérieuse de ce récit campé dans le milieu du théâtre. Pour voir quelques planches

(par Le Bédénaute)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Newsletter ActuaBD