Spirou inaugure un nouvel atelier lancé par Trondheim

6 août 2011 50 commentaires
  • Sorti en kiosque ce mercredi, le magazine de Spirou inaugure une nouvelle vision de la vie des auteurs. Après {Pauvre Lampil} ou {le Gang Mazda}, voici que débarque l’atelier {Mastodonte} ! Une idée de Trondheim où l’on voit se côtoyer des auteurs tels que Julien Neel, Yoann, Alfred, Guillaume Bianco, Cyril Pedrosa ainsi que d’autres invités prestigieux !

Alors que les prochaines sorties de Lewis Trondheim sont déjà attendues impatiemment (notamment son prochain Donjon, la série tentaculaire co-créée avec Joann Sfar, et son récit biographique d’auteur et cofondateur de L’Association), le créateur du défunt Lapinot étonne en inaugurant un atelier virtuel avec quelques auteurs réputés de bandes dessinées.

Une palette d’auteurs

Ont en effet répondu présents à la demande de Trondheim :

Spirou inaugure un nouvel atelier lancé par Trondheim Alfred est un explorateur autodidacte au sein de la bande dessinée : il multiplie les essais, et brouille les pistes pour mieux appréhender le genre. On a pu le lire dans des adaptations réussies de romans d’atmosphères, tels que Je mourrai gibier ou Café panique. On se souvient également du Pourquoi j’ai tué Pierre avec Olivier Ka, un album primé à Angoulême et récemment mis en avant lors de l’anniversaire des 25 ans de Delcourt.

© Trondheim - Spirou 2011

- Guillaume Bianco a été révélé au grand public par son étonnante série Billy Brouillard, et par le scénario d’Ernest et Rebecca. Depuis lors, il multiplie les récits, en particulier pour la collection Métamorphose de Barbara Canepa et Clothilde Vu. Signe particulier : il s’attache aux différentes peurs de l’enfance en les affrontant de face (la mort, la maladie, le divorce des parents, le mensonge, etc.)

- Cyril Pedrosa est un dessinateur reconnu de Delcourt-Jeunesse. Dans un autre registre, on se souvient en particulier de son talentueux roman graphique, Trois Ombres, primé à Angoulême. Ce succès ne l’empêche pas de continuer à dessiner le genre qu’il apprécie le plus, avec La Brigade fantôme publiée chez Dupuis, toujours avec son complice Chauvel. L’auteur d’Auto bio sort par ailleurs un nouvel album chez Aire libre pour la rentrée.

- Enfin, après son premier succès avec Toto l’Ornithorynque, Yoann s’est essayé à divers genres, dont celui d’une Aventure de Spirou et Fantasio avec Fabien Vehlmann pour Les Géants pétrifiés. Bien leur en a pris, car ils sont actuellement les auteurs de la série-mère. Ils ont d’ailleurs prouvé leur talent avec une première Alerte aux Zorkons plus que réussie.

© Trondheim - Spirou 2011

Un atelier dans le magazine de Spirou

Mise à part la réputation déjà acquise de ces auteurs, qu’est-ce qui particularise cet atelier à distance qu’ils constituent ? C’est que ces auteurs traduisent leur quotidien dans les pages de Spirou, en partageant un atelier virtuel, et en distillant ce vécu imaginaire au travers de gags d’une demi-planche.

« Cet atelier est effectivement virtuel explique Frédéric Niffle le rédacteur-en-chef de Spirou, mais chacun des auteurs a déjà connu l’expérience de l’atelier. Ils parviennent à faire vivre cette communauté, car ils se connaissent bien, plongent dans leurs des souvenirs, explorent le vécu de leur métier et ont surtout beaucoup de talent ! »

Les auteurs vus par eux-mêmes

« Techniquement, explique-t-il, ils ont créé un site juste privé où ils placent leurs demi-pages. Dès qu’une page est envoyée par un auteur et est en ligne sur le site (tout à fait top secret et non ouvert au public), une alerte est envoyée par mail à chaque auteur (et au rédac’ chef aussi bien entendu) : chacun d’entre eux peut donc rebondir dessus ou faire un commentaire. C’est ainsi qu’il y a des enchaînements de demi-pages où les auteurs font le lien avec ce qu’a fait ou dit leur collègue dans un des gags précédents. Les exemples seront plus parlants dans les prochaines semaines. » Une approche interactive tout à fait originale.

Dans Spirou cette semaine, en guise de lancement, on retrouve tous les faciès des divers intervenants, croqués par ceux-ci, mais également une dizaine de gags qui laissent présager la bonne humeur régnant dans cette nouvelle team.

© Julien Neel - Spirou 2011

L’envers du décor, en droite ligne d’une tradition devenue caractéristique

Le journal de Marcinelle a toujours été friand dans la présentation de face cachée romancée de leur petit monde. Dès 1957, un certain garçon de bureau apparaissait entouré de traces de pas bleues. Bien plus tard, le Gang Mazda et Pauvre Lampil (dont l’intégrale est parue il y a peu) abordaient un aspect plus réaliste de la fonction d’auteur. Plus proches de nous, des séries comme le Boss ou la Spirou dream team dressèrent un tableau à la fois fidèle et acide du monde de la bande dessinée. L’Atelier Mastodonte hérite de ceux qui l’ont précédé en osant l’autodérision, tout en rapportant un vécu d’auteur contemporain relevé par un humour souvent mordant !

« Nous présenterons une page par semaine, continue Niffle, Nous avons d’ailleurs déjà de quoi tenir six mois ! D’autres invités se rajouteront. Il y en a déjà un qui va bientôt faire son apparition. Il est caché sous la table sur la couverture et les indices avec son dessin permettent aux fins observateurs de bande dessinée de deviner son identité. C’est un gros calibre ! »

Difficile de pronostiquer l’avenir de cette face cachée, mais la bonne humeur des auteurs est communicatrice, ce qui permet de maintenir le ton bon enfant du magazine, tout en l’adressant également aux plus expérimentés des lecteurs.

(par Charles-Louis Detournay)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Spirou n°3825 - en kiosque depuis le 3 août

 
Participez à la discussion
50 Messages :
  • Spirou inaugure un nouvel atelier lancé par Trondheim
    6 août 2011 09:26, par Yaneck Chareyre

    serait-ce l’auteur de raymond calbuth, le prochain invité ? vu ce que dessine la main sous la table, sur la cover.

    Répondre à ce message

  • Mon dieu.On en est là.

    Répondre à ce message

    • Répondu le 6 août 2011 à  17:13 :

      Je ne vois pas ce que dieu vient faire là-dedans, mais vous vous en êtes encore là.

      Répondre à ce message

  • et qui va mettre au propre les roughs de trondheim ?

    Répondre à ce message

  • J’aime bien Trondheim, surtout Lapinot, mais lui et sa bande devrait prendre le temps parfois de faire une vrai bonne bande dessinée avec des jolis dessins et pas juste du propos. Surtout pour un magazine pour enfant toute cette suggestion dans les planches est fatigante. Je ne suis pas pour un trait parfait à chaque case mais là ça fait "aller à la va vite". J’ai baucoup de mal avec cette bd simpliste surtout depuis que Trondheim a fait il y a quelques années son affiche pour le festival d’Angoulème lors de sa présidence. Il avait fait une espèce de main que tout le monde pourrait dessiner avec un crayon et de très mauvaises couleurs. Ce n’était ni original, ni osé, c’était facile et nul. Et j’en profite pour une petite critique du Spirou prépublié et dessiné par Yohan, autant je n’ai rien à lui reprocher sur ses personnages autant je pense qu’il faudrait changer son décorateur, les décors font cartoons sont moches et pas en accord avec le reste du dessin. A changer d’urgence.

    Répondre à ce message

    • Répondu le 6 août 2011 à  18:21 :

      Ca fait "aller à la va vite". Il le faut, le prix à la planche est si bas que la multiplications des pains ; euh des planches s’impose, allez 12 par jour !

      Répondre à ce message

  • Cette volonté de se mettre en scène en boucle commence à devenir carrément vulgaire je trouve.

    Répondre à ce message

    • Répondu le 6 août 2011 à  15:40 :

      oui, bientôt ils vont se couler des statues en or.Seulement il n’y aura pas de public pour leur dorer la pilule

      Répondre à ce message

  • Spirou inaugure un nouvel atelier lancé par Trondheim
    6 août 2011 16:19, par aristo romantique

    Moi je trouve que La Ferme Célébri...heu, l’atelier, lancé par Trondheim est une super idée, pour les amateurs de stars qui aiment idolâtrer les vedettes dans leur quotidien, le tout avec un croustillant humour, so-branché...

    Plus sérieusement, Franquin,Hergé,Greg etc... revenez, vite !

    Répondre à ce message

  • Spirou inaugure un nouvel atelier lancé par Trondheim
    6 août 2011 16:36, par joyeux pirate.

    Le dessin de L.T est très révélateur...

    Première idée : on y voit la bande de potos dans un resto plutôt chic, si on en juge le servie en arrière plan. Mais les potos, tellement impertinents, virent les assiettes et les couverts et se fichent de déguster les mets, préférant tels les rebelles artistes, occuper l’espace nappe avec leur expression dessinée... Genre, voyez,on s’en cogne, on est des artistes,des auteurs en dehors des conventions.

    Mais : en définitive, ce rôle d’artiste rebelle a évidement besoin du système et ne peut évidement pas exister en dehors du restaurant, toute l’idée de l’image reposant sur la relation antagoniste entre les potos et le service chic ...

    On a donc à faire à des rebelles de pacotille complètement intégré au système.Qui en ont besoin pour mieux se démarquer et exister.

    La vrai révolte et la vraie transgression se trouvant, à mon sens, ailleurs que dans cette posture caricaturale.

    PS : y a bien un type qui tripe sur les hommes en bleu, je ne vois pas pourquoi le lecteur lambda que je suis n’aurai pas le droit de faire part de son analyse. Vive le net.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Alex le 6 août 2011 à  21:34 :

      je ne vois pas pourquoi le lecteur lambda que je suis n’aurai pas le droit de faire part de son analyse

      Le droit, vous l’avez. Cela ne rend toutefois pas votre commentaire intéressant.

      Votre analyse de l’image est partiale, aucunement objective. Ce n’est pas une analyse d’ailleurs, c’est une interprétation. Vous avez bien entendu le droit de l’exposer. Mais n’attendez aucune admiration ou révélation soudaine pour ces qq lignes vengeresses écrites à la hâte de ma part. Hop, à la trappe ! Vive le net !

      Répondre à ce message

  • Spirou inaugure un nouvel atelier lancé par Trondheim
    6 août 2011 17:15, par Toledano

    En lisant ces commentaires affligeants je me dis que le talent et le succès attirent bien des jalousies et des rancœurs...

    Répondre à ce message

    • Répondu par joyeux pirate le 6 août 2011 à  17:37 :

      affligeants parce qu’anonyme ?

      Parce que dans l’histoire de l’art, des avis radicaux et durs je t en trouve à la pelle...

      On va donc dire qu’il s’agit d’un lieu commun de plus. Avec en toile de fond, interdiction pour le gus lambda de donner son avis légitime...

      vive le net.

      Répondre à ce message

    • Répondu par Max le 6 août 2011 à  17:51 :

      "Le talent et le succès".... Wouah, ah,ah !!! C’est surtout has been au possible ce genre de trip... C’est dépassé, ringard, et prétentieux alors que ça se voudrait Moooderrrrnnne et avant gardiste... Ca y est, ils sont dépassés.... Et c’est pas plus mal...

      Répondre à ce message

  • Tiens, Trondheim a emprunté à Dupuy-Berberian
    6 août 2011 18:03, par Oncle Francois

    leur stock de couleur bleue pour le fond de la couverture ?

    Répondre à ce message

    • Répondu par Herv22 le 6 août 2011 à  18:30 :

      En parlant de couleur bleue, quelqu’un a t’il lu Ralph Azham, les aventures de l’homme au cheveux bleu de Trondheim ? Non ? Bé c’est pas grave.

      Répondre à ce message

      • Répondu par Chris64 le 6 août 2011 à  19:59 :

        En parlant d’humour, quelqu’un a t’il trouvé drôle ta remarque ? Non ? Bé c’est pas grave.

        Niveau zéro de l’analyse !

        Répondre à ce message

        • Répondu le 8 août 2011 à  10:21 :

          Personnellement, je l’ai trouvée très drôle ! Brève certes, mais il n’en faut parfois pas plus pour démolir une "oeuvre" inconsistante.

          Répondre à ce message

          • Répondu par chris64 le 8 août 2011 à  14:51 :

            Inconsistante, : sans logique, sans cohérence.

            Merci de développer ...

            Répondre à ce message

    • Répondu par joel le 6 août 2011 à  18:31 :

      après pauvre Lampil et le gang Mazda et 33 rue carambaum (ou qq chose comme ca) le sujet n’est plus nouveau, de nouveau des bd baclées alors que niffle à ses débuts critiqué son prédécesseur ovv sur les pages baclées du spirou de 68 pages ben finalement on en retrouve pasmal dans un spirou de 52 pages !

      Répondre à ce message

  • Que de haine ou jalousie dans ces commentaires ! Aurait on oublié que la BD est faite pour divertir comme l’art en general et que tous les gouts étant dans la nature, si vous n’aimez untel, et bien passez votre chemin. L’époque actuelle de surproduction devrait vous offrir de quoi assouvir votre soif de BD quelle qu’elle soit. Et si pour vous tous, la BD c’était mieux avant, restes y ! Libre à vous. Cet atelier virtuel n’a d’autre ambition que d’offrir de l’humour. Aprés ... Les auteurs engagés dans cette aventure ne font que s’amuser et je ne crois pas que passer des heures sur une ligne d’une de leur strip soit dans leur priorité qui est toute autre mais vous devez sûrement être plus intelligent que ça pour croire le contraire ! Bref ...

    Répondre à ce message

    • Répondu par Alex le 6 août 2011 à  20:39 :

      Que de haine ou jalousie dans ces commentaires !

      Absolument. Et on parle d’1/2 planche par semaine...! Le fandom bd est le plus intolérant et fermé qu’il se puisse rencontrer. Une tentative d’animation même très restreinte au sein d’un titre de légende -et dynamique, et toujours novateur- se fait proprement assassiner dans ces commentaires.

      Je crois que cela à moins avoir avec Spirou que Trondheim et plus généralement L’Association. Des auteurs qui se prennent en mains...pff, pour qui se prennent-ils ? Et ils ont du succès en plus et réinvestissent les magazines qu’ils ont pourtant critiqués !...Les sagouins ! Sagouins...? Ou ne serait-ce plutôt une véritable prise de responsabilité : nous avons critiqué, maintenant montrons ce que nous savons faire.

      J’étais aussi abonné à Spirou il y a... qq années dirons-nous. Je me souviens de qq bd absolument sinistres parmi la quantité de séries plutôt bien faites, voire géniales (ps:j’étais abonné au temps du "Trombone")

      C’est la vie d’un magazine d’expérimenter, de ne pas stagner. Personne n’a prétendu que c’était avant-gardiste ou révolutionnaire. Tout cela c’est dans vos têtes d’insatisfaits constants, toujours grommelant. XIII, grmmpff mais qui il est ? Fournier, pff c’est pas Franquin ! Wasterlain : les dessins sont pas finis et on y comprend rien !

      Heureusement pour la création et la survie d’un magazine, ces commentaires bien que catégoriques et déclamés avec emphase par une clique restreinte de "spécialistes" improvisés n’entament en rien et jamais la volonté de renouvellement d’une équipe rédactionnelle.

      Répondre à ce message

      • Répondu par jp le 6 août 2011 à  22:15 :

        Intolérant, jaloux, etc...

        Sérieusement, on a pas le droit de dire, d’un qu’on trouve l’idée toute pourrie, pas originale et avec un goût de tv réalité qui passe mal, deux, qu’on attends d’un journal comme Spirou autre chose que le cynisme petit bourgeois d’un Trondheim dont l’humour formaté ne m’a jamais fait rire sauf dans Lapinot ( le strip présenté ici confirmant mon ressenti), et trois, la sensation un peu malsaine qu’on nous vend " de la star" avant même de plancher véritablement sur du contenu..

        Mais je dois être un affreux psychopathe. ou pas trop con et ressentant bien les coulisses de l’opération com ?

        Répondre à ce message

        • Répondu par Chris64 le 7 août 2011 à  12:11 :

          Bien sur que vous avez le droit de l’écrire mais il y a une différence entre exprimer une opinion, ce que vous faites, et injurier sans arguments !!!

          Répondre à ce message

          • Répondu le 7 août 2011 à  14:12 :

            on a le droit d’avoir la langue de bois, quoi. Ben Ali a fait des petits en France on dirait

            Répondre à ce message

            • Répondu par chris64 le 8 août 2011 à  14:17 :

              Relisez moi et vous verrez que ce n’est pas ce que j’écris. Bref, je trouve cette réponse plus que douteuse et il faut avoir peu de conscience politique et en tous les cas de conscience tout court pour oser créer un amalgame avec M. Ben Ali. Bref, bien fait pour moi qui ait pu croire que nous pouvions avoir des discussions sur ce site. On a les réponses que l’on mérite et actua BD a les contributeurs qu’il mérite !!!

              Répondre à ce message

      • Répondu le 7 août 2011 à  01:19 :

        En résumé,la nouvelle vague bd,c’est carrément "Old School"...
        d’ailleurs,les plus représentatifs d’entre eux(Sfar,Satrapi Satouf,etc) s’égaient ,avec bonheur d’ailleurs,au cinéma ou dans l’animation.
        la vraie "nouvelle BD" aura du "fond" mais devra aussi soigner la "forme" et s’adapter aux nouvelles technologies.
        le public est noyé d’images et d’informations,on ne peut plus s’adresser a lui comme il n’y a que ne fut-ce dix ans.
        et cela,si les éditeurs l’ont compris,ils n’ont malheureusement pas encore trouvé comment.
        Lewis Trondheim est a la BD ce que Patrick Juvet est a la chanson francaise.

        Répondre à ce message

        • Répondu par lebon le 7 août 2011 à  09:46 :

          Je m’associe à vos critiques à propos de ce "spouri", mais bon, si quelques dessinateurs maladroits occupent pour l’instant tout l’espace, c’est heureusement momentané et pour un temps marketing compté, donc patiente. Des gros talents par contre il y en a, mais plus dans la BD, vu les rémunérations ridicules, ben oui certains ont plus de dignité que d’autres. Je voudrais vous parler de la merveilleuse Aurore Damant et vous inviter à faire un tour sur son blog... S’il te plaît Aurore ne vient jamais perdre ton temps et ton talent dans ce petit milieu de la BD, regarde ce qu’ils ont fait de Fabrice Parme ou d’Etienne Jung. Le lien de son blog, bonne visite et c’est en Anglais of course.
          http://auroredamant.blogspot.com/

          Répondre à ce message

          • Répondu par Ihsahn le 7 août 2011 à  10:35 :

            merci de votre lien et votre message plein de bon sens. Après cette pollution mentale et visuelle, ça lave les yeux et l’esprit.

            Répondre à ce message

          • Répondu par Bor le 7 août 2011 à  11:26 :

            Très beau lien : Mais ... Jusqu’ou peut on aller dans l’indignité pour être édité ou continuer à l’être, compromissions, bassesse, semblent rêgner en maître dans le milieu de la BD ces derniers temps. Oh, celà ne se veut pas polémique, mais un simple constat et une grande tristesse vis à vis des auteurs, de leurs pauvres revenus, et de tout ce qu’ils ont à subir. Il manque pas mal de Solidarność dans ce miscrocosme ;)

            Répondre à ce message

            • Répondu le 7 août 2011 à  16:39 :

              Bon, très bien, cette dame fait de jolis dessins comme on peut en trouver à la pelle dans x agence mais elle ne raconte pas d’histoires que je sache...

              Après, le truc mastodonte là, je crois que ça n’a pas de réelle prétention. Ca anime le journal et c’est déjà pas si mal. Ca ne devrait aps non plus durer éternellement. Évidemment, si on n’aime pas Trondheim ça fait un peu beaucoup mais ça ne doit pas faire oublier l’excellent Jules ou Le Royaume de Féroumont quand il reviendra, ou les Nombrils...

              C’est quand même bien vivant Spirou je trouve. Par contre le Spirou de Yoann aïe !! C’est d’un creux ! Surtout comparé à Jules. Y’a comme un méchant trou d’air entre ce qui est offert au lecteur dans ces deux séries...

              Répondre à ce message

              • Répondu par lebon le 7 août 2011 à  19:20 :

                En vous confiant le lien du blog d’Aurore Damant je voulais vous montrer comment on peut sauvegarder son enthousiasme pour le dessin de création, et je l’espère vous faire découvrir une excellente artiste.
                C’est un fait, on ne peut pas totalement ignorer les merdes du tout publiable parce qu’on nous les mets sous le pif en permanence, par contre on peut faire preuve d’hygiène et refuser de grogner bêtement en redevenant curieux, plus expert, et moins dupe des impostures et du marketing.

                Répondre à ce message

                • Répondu le 7 août 2011 à  21:26 :

                  Parce que le dessin de madame Diamant c’est pas du marketing ? Vous trouvez ça innovant peut-être ? Ca ne fait pas 20 ans que vous voyez ce genre de dessin ?

                  Répondre à ce message

                  • Répondu par lebon le 7 août 2011 à  23:41 :

                    ho mais ça fait bien plus de 20 ans qu’on voit ce style, comme un hommage permanent à Chuck Jones entre autre, c’est un travail qui a des bases, des racines et c’est là que réside la difficulté, il faut tout recréer. C’est la démarche de Chaland ou par exemple aussi celle de Warnant qui tente de réinventer le style Franquin.
                    Un lien vers le blog de l’excellent Bill Wray, c’est du décor et ça ne devrait pas créer de la polémique en principe.
                    http://madaboutcartoons.blogspot.com/2007/07/samurai-jack.html

                    Répondre à ce message

                  • Répondu le 8 août 2011 à  09:02 :

                    Aurore Damant travaille principalement pour l’animation. Elle a debute sur la Famille Pirate sur les design de Fabrice Parme. Aujourd’hui, enormement de bons dessinateurs font du dessin anime et se desinteresse de la BD. A votre avis, pourquoi ?

                    Répondre à ce message

                    • Répondu par Laurent Colonnier le 8 août 2011 à  17:17 :

                      Aujourd’hui, enormement de bons dessinateurs font du dessin anime et se desinteresse de la BD. A votre avis, pourquoi ?

                      Parce qu’il ne suffit pas de savoir dessiner pour être un auteur de BD, banane. Là en l’occurence ce n’est pas particulièrement un bon dessinateur, elle rabâche son petit cartoon illustré maintes fois repris.

                      Tous les intervenants incultes qui considèrent les Yoann, Pedrosa, Trondheim, Alfred comme des bâcleurs ne connaissent vraiment rien au dessin, quelle pitié...

                      Répondre à ce message

                      • Répondu le 8 août 2011 à  19:28 :

                        Pour commencer, je ne parlais pas d’auteurs mais de dessinateurs. Ensuite, je crois simplement que beaucoup de bons dessinateurs ont ete plus marques par le dessin anime et les livres illustres pour enfants que par la BD. La BD n’etant pas pour eux la seule discipline obligatoire pour s’exprimer avec une histoire et des dessins. De plus, le franco-belge et même la BD inde en noir et blanc etc... ne sont pas leurs références. Leurs influences sont plus americaines et cartoon et pourquoi pas ? Ils ont d’autres sources mais ne font pas de la copie, ils modernisent les formes avec de l’informatique...
                        Ensuite, si vous n’appreciez pas, c’est votre droit, mais d’autres peuvent apprécier.

                        Répondre à ce message

                        • Répondu par Laurent Colonnier le 9 août 2011 à  00:31 :

                          Pour commencer, je ne parlais pas d’auteurs mais de dessinateurs

                          En BD le dessinateur est un auteur, même s’il a un scénariste. Dessiner une BD ce n’est pas un travail d’illustrateur, mais de raconteur. Tout le travail de mise en scène, de faire jouer les personnages, d’enchainer les cases pour que la narration fonctionne est à mille lieues du travail d’illustrateur. C’est pour ça qu’un bon dessinateur n’est pas forcément un bon auteur de bd et qu’un dessinateur moyen peut être un auteur de bd génial, mais ça, ça vous passe largement au-dessus...

                          Répondre à ce message

                          • Répondu le 9 août 2011 à  13:32 :

                            Laurent Colonnier vous avez raison, les auteurs dont il est question sont des conteurs, oui, mais précisément, ils racontent selon moi, avec la facilité du mental, utilisation d’un espace temps caricatural,en mode pure communication , le tout avec une thématique sèche.
                            Etre un bon conteur ça n’est pas seulement faire passer une idée, c’est se poser les question sur le véhicule vibratoire qui sous tend le message. Et là, caca.

                            Répondre à ce message

                      • Répondu par lebon le 8 août 2011 à  19:49 :

                        En fin de compte, je regrette infiniment d’avoir évoqué le travail d’Aurore Damant pour lire un peu plus tard tous ces commentaires dénigrants à son égard.

                        Répondre à ce message

                        • Répondu par f*Parme le 14 août 2011 à  10:18 :

                          Aurore Damant dessine très bien et est une très bonne coloriste. C’est un auteur graphique pour l’animation, un auteur de livres pour enfants et une illustratrice. La BD ne semble pas l’intéresser mais cela ne remet pas en cause son talent. L’histoire du dessinateur de BD qui est auteur, on a compris. Les prix à Angoulême ont été modifié par Lewis pour aller dans ce sens... Mais ce n’est pas parce qu’un auteur est complet qu’il est excellent dessinateur. On peut juger un dessin à part, un scénario à part, des dialogues à part, des couleurs à part. Il y a aussi de bons raconteurs d’histoires qui sont de médiocres dessinateurs. J’en connais des tas. Il y a aussi de médiocres raconteurs avec des dessins médiocres qui font des livres cohérents. Du coup, ça passe.

                          Le truc qui me fatigue le plus dans le petit microcosme qu’est la BD, c’est l’étroitesse d’esprit : tout juger en fonction de la même petite lorgnette : la BD ! La BD ! La BD !
                          Quelle truc de malade !

                          Perso, j’aime bien faire des dessins animés avec des équipes composées de talents divers. j’aime bien illustrer des livres pour enfants dans mon coin, faire des trucs dans tous les sens et écrire des histoires pas forcément pour la BD. J’aime bien travailler avec quelqu’un d’autre pour apprendre. J’aime bien changer de techniques, utiliser mes mains ou des ordinateurs... J’aimerais bien faire des dessins animés en image de synthèse et fabriquer des nutcrackers avec les artisans des montagnes d’Erzgebirge... Je trouve juste que la BD est un moyen parmi tant d’autres et si ça m’a façon de penser et mes productions ne plaisent pas, je m’en fiche, du moment que je fais ce dont j’ai envie.

                          Et Aurore, elle fait de belles choses et en plus, elle est jolie.

                          f*

                          Répondre à ce message

  • En lisant les "gags" présentés ici, j’ai une question.
    Est que le prochain Spirou sera livré avec une chaussure de maître Lewis, de la crême à briller et une brosse ?

    Et pour répondre à un commentaire, non, comparer ce qui va être fait à Gaston ou à un Gotlib n’est pas idiot, il s’agit sur le plan de la thématique d’une mise en abîme dans chaque cas. A voir si la nouvelle génération va, comme celle de leur ainé, réussir à parler d’eux en rendant le truc universel, ou si,au contraire, on aura droit à la private joke pour se faire mousser , ou à un truc bof bof...

    Répondre à ce message

    • Répondu le 7 août 2011 à  20:03 :

      la,c’est plutot bof,bof,non ?

      Répondre à ce message

    • Répondu par Oncle Francois le 7 août 2011 à  23:36 :

      Vous avez raison, c’est de la private-joke pour adultes matures et tolérants et cultivés dont je suis, mais totalement inaccessible au gamin de 8 à 13 ans qui lit Spirouuuu.Alerté par l’article d’actuabd (et appréciant plutôt l’humour et le cynisme de Laurent Le Vice, un des rares auteurs encensés à Angougou à avoir fait de la pub pour des institutions comme le Minitel, le Crédit mutuel ou la Poste), je me suis fait l’effort d’aller acheter le Spirou 3825. Pas facile, on en trouve de moins en moins, à croire qu’ils les réservent pour leurs recueils (grrr !!). Passons sur le gag drole de l’ami-cordial Salma (Pour un samedi c’est calme...). Outre la couve de LT, on y trouve une demie-page d’interview du Maitre page 18, accompagnée de la lettre d’un fan en page 19 (1 tiers de page). Page 40 l’Atelier Mastodonte, caricatures croisées des hauteurs, puis cinq pages de publications de l’AM sans e. cela fait quand même beaucoup AMHA.

      Monsieur Niffle, avant d’être rédac-chef de Spirou, vous avez publié de beaux petits livres en noir et blanc dédiés aux classiques de la BD : Spirou, Blueb, Van Hamme, Felix de Tillieux. A l’époque, vous aviez fort bon goût ! Que vous est t’il arrivé depuis ? Ne voyez vous pas qu’à force de vouloir rattraper les modes, vous étes en train de faire perdre son âme à ce journal vénérable, le plus ancien des hebdos BD ???

      Répondre à ce message

      • Répondu par chris64 le 8 août 2011 à  17:50 :

        Il est vrai que Franquin quant il créa Gaston et lui fit vivre ses aventures au journal ne faisait aucune private-joke sur Spirou et que tout n’était que pure imagination. Allons, l’exercice est celui-ci, vous avez en d’autres temps été plus clairvoyant cher Oncle François. Mais, me direz vous, Franquin avait du génie, soit, il ne faut donc plus rien faire alors ... et puis le génie pour certains lecteurs est parfois plus facile à reconnaître quant tout le monde le lui dit. Souvent d’ailleurs quant l’auteur lui même n’est plus là pour se l’entendre dire. C’était tellement mieux avant ...
        Bon, je vous laisse, ils repassent Thierry la Fronde à la télé, c’est tellement mieux que ces séries américaines actuelles ...

        Répondre à ce message

        • Répondu par Giff-Wiff le 8 août 2011 à  18:09 :

          Sans doute cela vous paraitra-t-il "vieux jeu", mais à l’époque des Franquin, Roba, Tillieux, Morris, Jijé..., le journal vivait par lui-même, l’album n’était vécu que comme un aboutissement. On ne demande pas de revenir à ces temps héroïques (et d’ailleurs, il est trop tard), mais on ne niera pas que ces facétieux auteurs avaient encore une "âme".
          Où est-elle aujourd’hui (coincée sur quelque divan de psy ?)...

          Répondre à ce message

        • Répondu le 8 août 2011 à  18:11 :

          chris64, ancien nouveau, on s’en tape.
          La question ici, dans le champ artistique sera :
          est ce qu’en parlant d’eux et de leur vie, ils seront capable d’universaliser leur propos avec vitalité,poésie,humour, ou folie... et donc entrer de plein pied dans une dimension artistique, comme on peut le dire d’un Franquin ou d’un Gotlib , ou bien, comme on peut le craindre en lisant les gags ici, s’agira t’il d’un énième ronflement auto centré visant à se regarder dans la glace et faire exister leur petit personnage scénique...
          Peut être que je me trompe sur la saveur à long terme du " produit" , affaire à suivre donc.
          Mais par pitié ne faîtes pas semblant de ne pas comprendre et d’invoquer ces notions de passé,futur, réaction,progrès etc, pour vous donnez une légitimité, parce que là ça n’est juste pas le débat.

          Répondre à ce message

          • Répondu par Chris64 le 8 août 2011 à  19:41 :

            Et bien je suis d’accord, laissons leur le temps et ne nous faisons pas d’opinion préconçue et partiale (et je reconnais que je le suis complètement aussi mais je crois au moins que donner une chance à une initiative et ne pas la juger sur à peine quelques strips est plus honnête). Quant à l’opposition passé - présent, elle correspond à ce que j’ai pu lire dans certaines remarques ...
            Après l’universalité d’un propos, sa poesie, l’humour etc, c’est une lecture suggestive et il faut avant accepter d’enlever ses œillères pour en prendre conscience.
            En tout cas merci pour cette vraie proposition et opinion !

            Répondre à ce message

            • Répondu le 19 novembre 2011 à  12:23 :

              Pourquoi tant de plaintes ? Il y a des remarques que je lis sur cette page qui font penser a des vieux snobs , préférant le "bon vieux temps ". Cette série n’est pas original mais les gags sont plutôt drôles , le concept que chaque tranche soit dessiné par un auteur différent est vraiment sympa . Cette série apporte un peu plus d’humour a Spirou , aprés Ralph Azam ( vraiment nul ) ou la vie en slip ( réservé aux 2 ans maximum ).

              Répondre à ce message