Newsletter ActuaBD

Spirou, personnalité BD de l’année 2013

  • S'il est vraiment un personnage qui a émergé cette année de la production éditoriale francophone, c'est bien Spirou : lancé sur Arte avec un documentaire, le 75e anniversaire du groom a couru toute l'année, en France et à l'étranger, multipliant les événements et les avatars. Une réussite incontestable qui a été remarquée par notre rédaction.

Les années précédentes, nos personnalités de l’année, dont l’action a marqué le monde de la bande dessinée, étaient en chair et en os : en 2010, Jean Van Hamme, assurait la succession de XIII et de Thorgal et marquait les esprits en lançant simultanément les adaptations audiovisuelles de XIII, de Rani et de Largo Winch ; en 2011 : Fanny Rodwell parce que deux ans après avoir inauguré à ses frais le Musée Hergé, elle concrétisait le rêve de son premier époux de voir Tintin porté à l’écran par Spielberg ; En 2012 : Albert Uderzo, changeant subitement d’avis, décidait de passer la main sur Astérix et de vendre sa maison d’édition à Hachette...

Cette année, en consultant les différents membres de notre rédaction, c’est Spirou qui marquait les esprits. Le personnage créé par Rob-Vel fêtait ses 75 ans et les éditions Dupuis se sont arrangées pour nous le rappeler toute l’année, avec constance et talent. Nous avons considéré que cette action sur la construction d’une marque forte et le déploiement d’une stratégie de communication aussi marquante était exemplaire pour la profession.

Spirou, personnalité BD de l'année 2013
Deux générations d’auteurs de Spirou : Tome (à l’avant-plan), Fabien Vehlmann et Yoann
Photo : D. Pasamonik (L’Agence BD)

Pourtant, l’affaire n’était pas évidente. En matière de jubilé, ce sont les 50 et les 100 ans qui sont célébrés. Lors des 50 ans de Spirou, en 1988, le personnage était en pleine crise et les éditeurs pensaient sincèrement que fêter cet anniversaire allait souligner que le personnage était "trop vieux". Aujourd’hui, la marque propriétaire des éditions Dupuis est mieux assumée. Il faut dire que depuis que Tome & Janry, puis Jean-David Morvan, Munuera, Ooshima et bien d’autres l’ont pris en main, les choses ont bien changé.

Jusque là, Spirou était une statue de commandeur, une marque-maison et on ne touche pas à une marque. Son usage était précautionneux : on avait écarté Fournier pour son prétendu régionalisme, Broca et Cauvin pour qualité insuffisante, Yves Chaland parce qu’il était trop nostalgique... Spirou était devenu le label réservé à Tome & Janry. Pourtant, ceux-ci ont très vite senti que pour inscrire Spirou dans la modernité, il lui fallait un soupçon de distance, d’approche déconstructrice : ce sera la création du Petit Spirou, version fluideglacialesque du groom, dont les ventes dépassèrent bien vite celles de la version originale. Elle fait actuellement l’objet d’une série de dessins animés de 78 épisodes de 7 minutes qui passe sur M6Kids, comme ce fut le cas naguère pour la série-mère.

La Véritable Histoire de Spirou par Christelle et Bertrand Pissavy-Yvernault
Ed. Dupuis

Ce sont les mêmes qui, en 2005, déclenchent la révolution en décidant de passer la main sur la série régulière. On a beaucoup critiqué Munuera et Jean-David Morvan pour avoir "cartoonisé" Spirou, et surtout ce dernier pour sa version manga d’un Spirou ado dessinée par Hiroyuki Ooshima, mais cette démarche facilita par la suite la prise en charge du personnage du groom par toute une série de dessinateurs et de scénaristes dans une collection "Spirou par..." qui offrait une relecture décalée de l’univers du groom (on a tous en mémoire la grande réussite du Spirou d’Émile Bravo qui travaille d’ailleurs sur une suite à son premier album avec ce personnage), tandis qu’elle servait de banc d’essai aux nouveaux titulaires de la série : Yoann & Vehlmann. C’est fort de ces succès, commerciaux et critiques, que se profilait le 75e anniversaire personnage emblématique des éditions Dupuis, seul personnage de BD, avec Mickey (1934), à publier continûment un hebdomadaire en kiosque depuis 1938.

"L’année Groom" se concrétisa d’abord par un documentaire sur Arte (que vous pouvez voir intégralement ci-dessous), annonciateur d’une Véritable Histoire de Spirou par Christelle et Bertrand Pissavy-Yvernault, la réédition des Spirou de Rob-Vel, puis un méga-anniversaire à l’Atomium de Bruxelles, un Spirou-Tour où les auteurs de Spirou firent le show dans un bon nombre de grandes villes (Liège, Bruxelles, Lille, Paris, Lausanne, Lyon, Montpellier, Bordeaux, Nantes, Rennes), soutenu par des numéros spéciaux du journal, des expos à Bruxelles, Paris, Angoulême, Versailles, Nérac et même Istanbul !... Aucun autre personnage de bande dessinée, même Tintin !, n’a eu droit à un anniversaire aussi fastueux !

La conclusion de ces efforts est l’annonce d’un Parc à thème Spirou, consécration dont seuls Disney et Astérix sont les bénéficiaires dans l’Hexagone.

D’autres jubilaires

Si l’on devait le comparer à un autre jubilaire qui fêtait ses 75 ans cette année-ci, le fringant Superman que DC Comics célébrait en le faisant dessiner par Jim Lee, tandis qu’un film, Man of Steel, sortait en salle, l’homme d’acier -qui avait fait ses débuts en français dans Spirou entre 1939 et 1947 sous le titre de "Marc, Hercule moderne" et fut même un temps dessiné par Jijé !- a une figure bien pâle.

Il n’est pas jusqu’aux 75 ans de Raoul Cauvin qui ne viennent prolonger l’anniversaire avec une biographie signée Patrick Gaumer qui est une espèce d’écho à celle de l’hebdomadaire de la bonne humeur. Des ouvrages comme Franquin et les Fanzines ou encore les rééditions de la Rubrique auto de Starter, les Spirou nostalgiques de Chaland et Alec Severin publiés cette année sont également de prodigieux prolongements.

Seul regret dans ce concert de louanges : les jumeaux astraux de Spirou, le glabre et le barbu Tif & Tondu, nés pourtant le même jour, sont passés un peu sous silence. Heureusement que, grâce à Colman & Maltaite, le maléfique Monsieur Choc, du regretté Maurice Rosy qui a tant fait pour le rayonnement du magazine, s’est rappelé à notre souvenir.

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
11 Messages :
  • Où va-t-on si il y a des suites aux one-shots maintenant ? Déja que les lecteurs n’achètent plus de Tome1 parce qu’il n’y a le plus souvent pas de tome2, les lecteurs vont peut-être ne plus acheter de one-shot avant d’être sûrs qu’il n’y a pas une suite (surtout que souvent cette suite n’est disponible que dans une "intégrale" reprenant le début que le lecteur imprudent a déjà acheté par confiance). Et après on s’étonne qu’il y ait une crise de confiance...

    Répondre à ce message

    • Répondu par Bob le 1er janvier 2014 à  21:59 :

      Heureusement ils se sont calmé chez Dupuis pour les Spirou par..."
      Au départ plein étaient annoncés et il y en avait un presque tout les 6 mois. C’était trop. Peut être cela a-t-il pesé sur la série principale dessinée par Munuera (que je regrette contrairement à Morvan).
      Ces albums "par" n’ont aucun intêrét pour la série spirou sinon lui faire perdre sa cohérence et son identité.
      Tout ces Spirou ça devient n’importe quoi. Alors certes on peut saluer le travail de Emile Bravo par exemple, mais franchement j’aurai préféré que ce ne soit pas Spirou le personnage de son histoire.

      Répondre à ce message

      • Répondu le 2 janvier 2014 à  00:09 :

        Alors certes on peut saluer le travail de Emile Bravo par exemple, mais franchement j’aurai préféré que ce ne soit pas Spirou le personnage de son histoire.

        Stupide. Si ce n’est pas Spirou, où est l’intérêt.

        Répondre à ce message

        • Répondu par Bob le 2 janvier 2014 à  15:52 :

          De un le "stupide" est vite dégainé monsieur. Sans doute êtes vous une de ces personnes qui prennent le net pour une boîte à vomi.
          De deux, l’histoire très bonne de Bravo aurait pu se faire avec un autre personnage que Spirou puisqu’il ne ressemble pas beaucoup au personnage de la série actuelle.
          Sinon en effet si vous parlez d’intêrét il est certain que pécunièrement prendre le groom Spirou pour cette histoire est très intéressant.

          Répondre à ce message

          • Répondu le 2 janvier 2014 à  17:40 :

            On a reproché la même chose à Valérie Mangin pour Alix Sénator et à Colonnier pour sa bio d’Hergé, mais si le personnage n’a pas déja un background, l’histoire n’a plus rien à voir.

            Répondre à ce message

    • Répondu le 3 janvier 2014 à  14:09 :

      Déja que les lecteurs n’achètent plus de Tome1 parce qu’il n’y a le plus souvent pas de tome2

      Moi non seulement j’achète plus de tome 1 mais j’achète plus non plus quand la série est complétée, j’attends le coffret ou intégrale de fin d’année qui reprend tout moins cher avec bonus, à chaque fois ceux qui ont financé une série tome par tome se sont fait bananer par le coffret même sur du Schuitten ! Et si pas de coffret on finit par le trouver pas cher chez Gibert ou Amazon...

      Répondre à ce message

      • Répondu par Jacques le 21 janvier 2014 à  21:13 :

        C’est avec des gens comme vous que le marché de la BD s’enfonce dans la crise.

        Répondre à ce message

  • Spirou, personnalité BD de l’année 2013
    31 décembre 2013 17:27, par jacques langlois

    Il serait plus conforme à la vérité "historique" d’écrire : "En 2011, Fanny fêtait les deux ans de son Musée" !
    Allez, bon repos ami Didier et très bon 2014 !

    Répondre à ce message

    • Répondu par Didier Pasamonik (L’Agence BD) le 31 décembre 2013 à  18:23 :

      Effectivement, j’aurais dû me relire : c’était bien l’adaptation de Tintin à Hollywood par le réalisateur américain Spielberg qui était le fait marquant qui avait justifié son élection. Meilleurs voeux à toi aussi.

      Répondre à ce message

  • Spirou, vieille franchise commerciale
    3 janvier 2014 10:02, par Simon

    Il me semble qu’un paysage créatif vivant et dynamique devrait pouvoir voir émerger une « personnalité de l’année » qui soit une vraie découverte ou une vraie révélation.

    Le fait que 2013 n’ait selon vous pas eu mieux à offrir qu’une vieille franchise commerciale déclinée sur tous les tons, cela évoque la décadence d’un francobelge décati aussi commercial que momifié.

    Par Jijé demeure ! Par Franquin demeure ! Par Fournier demeure !

    Répondre à ce message

  • Spirou, personnalité BD de l’année 2013
    18 janvier 2014 14:47, par Vincent

    Héhéhé... non. Mon équipe à rattrapé le coup pour Tif et Tondu, en organisant à notre échelle les 75 ans de la série.

    Répondre à ce message

Newsletter ActuaBD