Spirou, une marque d’excellence

16 mai 2006 0 commentaire
  • La bande dessinée a souvent été utilisée dans la communication. Une campagne de la Caisse d'Épargne destinée à recruter ses cadres l'utilise pour la première fois comme une valeur d'excellence en la comparant à Einstein et à la Joconde.

L’efficacité de son graphisme et le caractère affectif de ses univers ont depuis longtemps suscité l’intérêt des publicitaires pour la bande dessinée. Dès les années 30, Mickey, Zig & Puce ou Bécassine sont utilisés pour vendre des produits à leur effigie. Alain Lachartre a naguère fait un inventaire très éclairant à ce sujet. [1]

Des grandes marques ont également associé leur nom à la bande dessinée pendant de longues années. Récemment, la BNP utilisait l’image de Blake & Mortimer et Laurent Gerra, celle de Lucky Luke. Dans le domaine de la banque, cependant, on ne connaît pas de partenariat plus long et plus profitable que celui qu’entretient en France la bande dessinée et la Caisse d’Épargne. La marque à l’Écureuil est partenaire du Festival de la Bande dessinée à Angoulême depuis plus de vingt ans. Elle avait financé l’exposition Blake & Mortimer au Musée de l’Homme et est également partenaire de la Fête de la BD qui aura lieu ces prochains jours.

Sans doute pour marquer le coup à cette occasion, elle vient de lancer une campagne, conçue par l’agence Euro-RSCG, qui est très flatteuse pour le petit monde de la bande dessinée. Dans un visuel publié dans les plus grands quotidiens français, sous le slogan « Nous prenons le meilleur partout pour vous offrir le meilleur de nous », le chapeau et la mèche rousse de Spirou sont associés au regard d’Einstein, symbole d’intelligence et au sourire de la Joconde, symbole du raffinement. Sous l’image, cette baseline : "Bienvenue dans la plus jeune des banques universelles". Spirou symboliserait quoi, en fait, dans ce contexte ? La jeunesse, l’humour, la fantaisie, l’originalité. Si on fait référence à son statut de groom, la qualité de service peut-être ?

Ce qui est amusant pour l’expert en BD, c’est le raffinement de ce choix. Spirou est un mot wallon qui veut dire... écureuil. Il désigne dans cet idiome un enfant espiègle et malin (voir notre article sur les origines de Spirou). Le choix de l’écureuil, pour une banque, fait appel évidemment aux qualités d’épargnant de cet animal qui accumule les noisettes pour subsister pendant l’hiver. Le surintendant des Finances Nicolas Fouquet (1615-1680) avait pour emblème l’écureuil et comme devise « Quo Non Ascendet ? » (Jusqu’où ne monterais-je ?), ce qui assigne à l’écureuil une qualité supplémentaire à celles déjà évoquées tout à l’heure et finalement assez centrale dans une campagne de recrutement : l’ambition.

Spirou, une marque d'excellence
Les deux visuels de la campagne conçue par Euro-RSCG
(c) Caisse d’Epargne

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

En médaillon : le visuel de la campagne conçue par Euro-RSCG. (c) Caisse d’Epargne

[1Lacharte, Alain. Objectif pub : la bande dessinée hier et aujourd’hui. Robert Laffont, Magic-Strip, 1986. Epuisé.

  Un commentaire ?