Stalingrad Khronika (seconde partie) - Par Bourgeron & Ricard - Dupuis

10 octobre 2013 0
  • Suite et fin de cette chronique ubuesque en temps de seconde guerre mondiale. Où les auteurs poussent jusqu'au bout une logique de jeu de massacre, chaque personnage prêt à tout pour sauver sa peau et le glorieux camarade Staline prétexte aux pires règlements de compte.

Coincés dans un bâtiment en ruines, l’équipe de cinéma censée honorer le grand leader du communisme se retrouve entre deux feux. L’armée russe est toute proche, tandis que les allemands rôdent. On se guette, on se surveille, et bien plus que le gain du combat, c’est la survie qui obsède chacun. Et quand les soldats soviétiques capturent nos cinéastes au rabais, le soupçon s’installe immédiatement : espions ennemis ? taupes de Beria, le chef de la police secrète ? Un véritable jeu d’échecs se met en place entre compatriotes rongés par le doute. Un jeu de dupe plein de rebondissements qui finira en carnage.

Alors que la première partie jouait surtout la carte de la dérision et de l’absurde, ce second volume évolue vers un drame cynique. Dans une mise en image encore plus théâtrale (et des couleurs fines et sobres de Claire Champion), Ricard et Bourgeron nous rappellent la sauvagerie des armées sous le joug d’une dictature. L’absence de contour de cases permet d’éclairer les scènes, comme des projecteurs constamment rivés sur l’objectif et l’action. Le Graal en jeu dans cette histoire, une bobine de film, recèle toute la noirceur sarcastique de l’intrigue : l’outrage qui a été immortalisé sur la pellicule contient la puissance nocive d’une bombe. Et la conclusion d’enfoncer le clou : ceux qui s’en sortent ne sont pas les plus vaillants, mais les plus malins.

Stalingrad Khronika (seconde partie) - Par Bourgeron & Ricard - Dupuis
Stalingrad Khronika par Bourgeron Ricard © Dupuis 2013

(par David TAUGIS)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

- lire la chronique de la première partie

Commander l’album sur Amazon.fr ou sur FNAC.com

  Un commentaire ?