Star Wars Comics Collector - N°1 à 6 - Atlas + Delcourt

19 juin 2010 0 commentaire
  • Depuis février dernier, les Editions Atlas, en collaboration avec les Éditions Delcourt, rééditent la série historique « Star Wars »publiée aux États-Unis à partir de 1977 par Marvel Comics, qui démarra deux mois avant la sortie du film en salles pour appuyer celui-ci.

Chaque numéro de la présente édition reprend deux titres de la série initiale, au format comics d’origine. Nous parlerons donc ici de la numérotation de l’édition Atlas.

Star Wars Comics Collector - N°1 à 6 - Atlas + DelcourtLES TROIS PREMIERS NUMÉROS de la série sont une adaptation fidèle du film, reprenant tous les personnages, l’intrigue, etc. Pour ceux qui n’auraient jamais entendu parler de « Star Wars », voici un rapide résumé de l’intrigue :

Luke Skywalker, un jeune fermier de Tatooine, a fui sa planète en compagnie de Ben Kenobi, un ancien Chevalier Jedi, et de deux droïdes, C-3PO et R2D2. Il a rejoint les rangs de l’Alliance Rebelle emmenée par la Princesse Leia Organa.

Au cours d’un raid désespéré, les pilotes de l’Alliance, aidés par le contrebandier Han Solo et Chewbacca le wookiee qui pilotent le Faucon Millenium, sont parvenus à détruire l’Étoile noire, la monstrueuse station spatiale de l’Empire, gigantesque machine de guerre destinée à asservir la galaxie. Les héros de l’Alliance ont également mis en fuite le terrible Dark Vador, suppôt de l’Empereur.

Si le dessin peut paraître aujourd’hui un peu daté voire maladroit, il est à noter qu’il est réalisé par Howard Chaykin, futur auteur des très remarqués « American Flagg ! » ou encore « Black Kiss ».

La première partie (premier numéro de la version américaine) est entièrement dessinée et encrée par Chaykin lui-même, ce qui donne un rendu plutôt réussi. Mais dans les numéros suivants, Chaykin est assisté au dessin par Steve Leialoha, nettement moins talentueux. Le dernier numéro, dessiné par Chaykin et encré par Rick Hoberg et Bill Wray, est plus convaincant. Tout cela ne nous empêche pas de replonger avec délice dans l’action du film, adapté en bande dessinée par le grand Roy Thomas déjà réputé pour son adaptation en comic book de « Conan the Barbarian ».

LES NUMEROS SUIVANTS, 4 à 6 de la présente édition, marquent une seconde étape. Ce sont en effet les tous premiers à raconter une SUITE INÉDITE au film « Star Wars » de George Lucas
Il s’agira tout d’abord, dans la première partie du numéro 4 (soit le comics n°7 de la version américaine), d’une histoire de transition dessinée par Carmine Infantino qui reprendra par la suite la série. Le scénario est de Archie Goodwin qui reprendra également les rênes de la série avec Infantino un peu plus tard. L’encrage des dessins est assuré par Gene Day. L’histoire, intitulée « Le jour qui suivit l’Étoile noire », raconte la journée de Luke Skywalker après les événements du premier film et la victoire sur l’Étoile noire détruite… Une journée de repos, si ce n’est un vaisseau ennemi qui trainait encore par là après la bataille.

Le cycle qui suit (de la 2ème partie du numéro 4 jusqu’à la première moitié du numéro 6) est repris en mains par Roy Thomas et Howard Chaykin qui signent en commun le scénario ! L’encrage est assuré par Frank Springer (n°4) puis par Tom Palmer (n°5 et 6).
Après avoir dit adieu à leurs amis de l’Alliance, Han Solo et Chewbacca se mettent en route pour Tatooine afin de payer leur dette à Jabba le Hutt. Ils sont malheureusement arraisonnés en cours de route par le pirate Jack Le Rouge et ses troupes, qui leur dérobent ce qu’ils avaient gagné en délivrant la Princesse Leia. Obligés de se cacher afin d’échapper à Jabba qu’ils ne peuvent plus rembourser, Han et Chewbacca trouvent refuge sur la planète Aduba-3. Là, ils sont engagés par un fermier afin de protéger un village d’une bande de gangsters locaux. Pour cela, ils recrutent une bande de mercenaires afin de les aider dans leur tâche.

Tout comme Georges Lucas s’était inspiré pour son film du maître du cinéma japonais Akira Kurosawa (avec « La Forteresse cachée »), Roy Thomas agit de même et s’inspire d’un autre film célèbre de Kurosawa : « Les sept samouraïs » (qui avait déjà inspiré « Les 7 mercenaires » de John Sturges, avec Charles Bronson, Steve McQueen, James Coburn, Yul Brynner, Eli Wallach…). Roy Thomas multiplie même les références à la culture populaire, de Bugs Bunny à Godzilla… Le résultat est assez sympathique même si le personnage de Jaxxon, l’homme-lapin (vert), aux allures de Bugs Bunny, détonne aujourd’hui par son aspect comique par rapport aux règles établies ultérieurement de l’univers « Star Wars »

Enfin, la deuxième partie du numéro 6 voit l’arrivée de l’équipe Archie Goodwin / Carmine Infantino (ici encré par Terry Austin) qui assurera le succès et la gloire de la série… Suite aux prochains épisodes…

La parution est prévue en 81 numéros (80 comics + 1 hors série). Les fans de la première heure se souviendront que ces épisodes furent édités à l’époque en français dans la défunte revue « Titans » des éditions LUG, des numéros 18 à 95.

(par François Boudet)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?