Star Wars T. 1 : Skywalker passe à l’attaque - Par Jason Aaron, John Cassaday, Simone Bianchi & Stuart Immonen - Panini Comics

3 mai 2021 0
  • Qui est ce jeune pilote ayant réussi à détruire l'Étoile noire, fleuron de la flotte galactique de l'Empire ? Comment un jeune fermier de Tatooine a pu devenir le héros de l'Alliance Rebelle ? Tout le monde connaît aujourd'hui la lutte héroïque de Luke Skywalker et ses amis contre les forces de l'Empereur Palpatine et son bras armé Dark Vador. Mais il existe cependant des zones d'ombre, des aventures inconnues qui ont pourtant mené les membres notre cellule rebelle à devenir les plus grands héros de la galaxie. Découvrez l'autre histoire de Star Wars, celle qui se déroule en marge des films.

Nous sommes le 30 octobre 2012 et l’information tombe : Lucasfilm est racheté par Disney. La firme aux grandes oreilles -et aux dents longues- se paye alors les droits de nombreuses franchises, dont certaines des plus cultes de l’histoire du cinéma : Star Wars et Indiana Jones. L’univers spatial imaginé par George Lucas dans les années 1970 s’apprête à connaître un nouveau départ. Les fans de la saga sont alors pris par un mélange d’excitation et d’appréhension, tandis que sont annoncés des films, des séries TV, des jeux vidéo, des romans et bien sûr des comics, pour prolonger l’histoire d’une galaxie lointaine, très lointaine...

Trois ans auparavant, l’entreprise californienne s’était déjà offert un morceau de choix en rachetant la Maison des Idées : Marvel. C’est donc tout naturellement vers cet éditeur nouvellement acquis que Disney va se diriger pour publier ses nouveaux comics Star Wars jusque là publiés par Dark Horse (et Delcourt en France). Une sorte de retour aux origines, puisque c’était Marvel qui avait édité les toutes premières bande dessinées de La Guerre des étoiles en 1977 avec, une série écrite par le grand Roy Thomas et dessinée par l’immense Howard Chaykin.

Star Wars T. 1 : Skywalker passe à l'attaque - Par Jason Aaron, John Cassaday, Simone Bianchi & Stuart Immonen - Panini Comics
La toute première série Star Wars écrite par Roy Thomas et dessinée par Howard Chaykin en 1977.

Mais depuis ce premier volume en 1977, la saga s’est développée à travers de nombreuses œuvres et de nombreux supports, on parle alors "d’univers étendu", ou UE pour les intimes. Face au défi de relancer la franchise suite au rachat, il sera alors décidé de remiser l’UE au placard afin de laisser les coudées franches aux futurs artistes amenés à travailler sur la licence. Il est aussi annoncé que toutes les productions Star Wars qui sortiraient feraient désormais partie de la continuité au même niveau que les films, ce qui n’avait jamais été vraiment officiel avec l’ancien univers étendu, aujourd’hui connu sous le nom de "Legends".

Nous sommes désormais en 2015 et, alors que le septième opus de Star Wars s’apprête à sortir sur les écrans pour la fin d’année, Marvel publie sa première vague de titres consacrée à la Guerre des étoiles avec en figure de proue une série sobrement intitulé Star Wars. Dans une volonté de renouer avec la trilogie originale (1977-1983), nous y retrouvons les personnages de Luke Skywalker, Leïa Organa, Han Solo et leurs amis juste après la fin du premier volet. Tout juste auréolé de la destruction de l’Étoile noire, notre petit groupe de rebelles va poursuivre sa guérilla contre l’Empire tout en recherchant une nouvelle base pour l’Alliance rebelle suite à la découverte de la précédente. Bien évidemment, tout ne se passera comme prévu et nos héros vont se retrouver embarqués dans des situations de plus en plus périlleuses...

L’effroyable Dark Vador est bien évidemment de la partie, ici dessiné par John Cassaday.

En confiant les rênes de la série aux bons soins du scénariste Jason Aaron et du dessinateur John Cassaday, Marvel souhaite clairement donner une place de premier plan à sa ligne de comics Star Wars. Des élucubrations de C-3PO au badinage entre Han et Leïa, le scénariste américain montre très rapidement qu’il est familier avec cet univers. Le phrasé si particulier de la saga y est retranscrit avec une fidélité rare et l’on y entendrait presque les voix de nos héros favoris résonner dans notre tête, ainsi que les bruitages si caractéristiques de la saga. Bien qu’un peu figé, les dessins de John Cassaday retranscrivent avec précision le physique des acteurs et les designs des différentes armures et vaisseaux. L’esprit Star Wars résonne ainsi dans cet ouvrage, mais à trop vouloir coller à l’œuvre originale et caresser les fans dans le sens du poil, l’équipe créative se heurte rapidement à certaines limites.

Même s’il connaît tous les codes de la saga sur le bout des doigts, Jason Aaron ne parvient pas à éviter l’écueil du fan service qui, même s’il tombe parfois à propos, se montre un peu trop souvent téléphoné. L’auteur aligne les références à la trilogie originale comme une liste de choses à faire, donnant une désagréable impression de cahier des charges. Même constat côté dessin, à trop vouloir ressembler aux films, les planches de Cassaday, dessinateur talentueux, perdent de leur charme et sont bien trop statiques. On préférera la prestation de Stuart Immonen qui illustre la seconde partie de l’album. L’artiste canadien dont le talent n’est plus à prouver se montre bien plus juste dans son travail, hybridant à merveille l’identité visuelle de La Guerre des étoiles avec les codes du comic-book.

Stuart Immonen, un régal pour les yeux.

Les lecteurs pourront ainsi découvrir certains évènements importants pour le développement de nos personnages mais qui n’avaient pas été abordés au cinéma. On pense par exemple à la révélation finale de l’Épisode V, paroxysme de la saga où Luke Skywalker découvre que l’infâme Dark Vador n’est autre que son père. Cette scène-culte plonge désormais ses racines au sein de cet album où l’on y trouve la scène inverse : Vador apprend que le jeune pilote ayant détruit l’Étoile noir n’est autre que son fils qu’il pensait mort-né il y a 19 ans. Avec ce genre de scènes poignantes, Aaron montre que la série peut se montrer pertinente et n’est pas qu’une accumulation de clichés bien connu des fans.

Pour résumer : en voulant jouer à tout prix la carte de la fidélité et de l’hommage, cette série s’inscrit pleinement dans la continuité et l’esprit de la première trilogie, mais ce qui est à la fois l’une des plus grandes qualités du titre aussi son plus grand défaut. On peut toutefois comprendre que pour le grand lancement de ce nouvel univers étendu Marvel ait choisi de miser sur la sécurité. L’album reste globalement de très bonne facture. Les fans de la première heure seront comblés, tout comme ceux qui souhaiteraient découvrir l’univers au-delà des longs-métrages.

Premièrement édité en deux albums ; il y a maintenant près de six ans, rappelons que ces épisodes s’inscrivent dans la grande relance de Star Wars en 2015, une période durant laquelle Disney n’osait encore pas s’affranchir de l’ombre du travail de George Lucas. Mais après des années d’exploitation, il semble que les nouveaux ayants droit de la saga osent enfin s’émanciper avec l’évènement éditorial de "la Haute République" dont nous aurons tout le loisir d’en reparler prochainement.

La quête de Luke Skywalker pour devenir un Chevalier Jedi ne fait que commencer...

Voir en ligne : Star Wars Deluxe T. 1 sur le site des éditions Panini Comics

(par Vincent SAVI)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album:

BDFugue FNAC Amazon

Star Wars T. 1 : Skywalker passe à l’attaque - Jason Aaron (scénario) - John Cassaday, Simone Bianchi & Stuart Immonen (dessin) - John Cassaday, Simone Bianchi & Wade von Grawbadger (encrage) - Laura Martin & Justin Sponsor (couleur) - Thomas Davier (traduction) - cartonné - 296 pages - 32,00 € - Panini Comics - Star Wars Deluxe - sortie le 17 février 2021

Contenu VO : Star Wars Vol.2 #1-12 (2015) publié par Marvel Comics

Illustrations : © Marvel Comics / Panini Comics

  Un commentaire ?