Star Wars en BD ? Une affaire rentable...

18 juin 2005 0
  • Quelle que soit la nature du produit dérivé, Star Wars est une manne financière pour toutes les entreprises qui s'associent à la saga de Georges Lucas. La bande dessinée n'échappe pas au phénomène.

Selon la société spécialisée Exhibitor Relations, l’épisode III de Star Wars est devenu cette semaine le treizième plus gros succès de tous les temps au box-office américain avec 332,1 millions de dollars. Les trois épisodes de George Lucas s’imposent avec 1,1 milliards de dollars comme la trilogie la plus lucrative de tous les temps outre-Atlantique devant... les 1,06 milliards de dollars de la trilogie originelle de la saga ! En tête du box-office français pour la quatrième semaine consécutive, La Revanche des Sith est déjà créditée de plus de 6 millions de billets vendus ! Les cinq premiers films de la saga ont rapporté en tout près de 3,4 milliards de dollars au box-office pour un coût de production total de 291,5 millions de dollars.

Star Wars en BD ? Une affaire rentable...
© Editions Delcourt

Mais le succès n’est pas seulement sur les écrans. Le merchandising est une affaire très, très juteuse : les produits dérivés de l’univers Star Wars représentent à ce jour un chiffre d’affaires global de 9 milliards de dollars. Selon les estimations d’analystes, La Revanche des Sith pourrait rapporter jusqu’à 1,5 milliards de dollars supplémentaires en merchandising. Cette réussite commerciale repose entièrement sur le contrat conclu en 1975 par George Lucas et le studio 20th Century Fox.

Car c’est bien là le trait de génie (marketing) du réalisateur.

En 1977, le jeune Georges Lucas renonce, lors du tournage du premier épisode, à son salaire afin de conserver les droits dérivés... Un pari risqué, car le merchandising cinématographique est à l’époque quasi-inexistant. Depuis, il n’a pas eu à le regretter. Star Wars est pratiquement devenu une marque. Le calendrier est ponctué de sorties de produits frappés du label Star Wars (DVD, jeux vidéos, jouets, livres etc...), évitant qu’en trente ans le mythe ne s’essouffle.

La bande dessinée n’est pas en reste. A la fin des années 1990, l’éditeur Guy Delcourt acquiert la licence et succède ainsi à l’éphémère Dark Horse France et à Soleil pour la publication des versions françaises des comics Star Wars.

La revanche des Sith
© Editions Delcourt

Bénéficiant du retour sur grand écran de l’étonnante geste galactique de Georges Lucas, les adaptations des 6 films remportent un franc succès. "Avant la sortie de La Revanche des Sith, nous avions vendu plus de 98.000 exemplaires des 5 épisodes déjà sortis en salle", nous déclare Emmanuelle Klein, l’attachée de presse de Delcourt. "Début mai, nos lecteurs ont pu découvrir l’épisode III en avant-première. En un mois, le stock (35.000 ex) a été épuisé ! Nous allons procéder à un retirage."

Même destin pour le coffret "I, II, III". Les librairies ont été prises d’assaut et les 15.000 exemplaires se sont vendus comme des petits pains. Mais l’engouement ne se limite pas aux 6 albums tirés des films. La force de la saga est aussi de laisser place aux histoires se situant avant, pendant ou après chaque épisode de la double trilogie. La bande dessinée (comme le livre) est un des moyens utilisés pour enrichir l’univers Star Wars de révélations exceptionnelles incontournables pour tous les fans. Certaines de ces histoires sont directement liées à la chronologie des films. D’autres permettent d’approfondir le destin de certains personnages.

Le destin de la galaxie est donc révélé en 6 séries :
- Jedi : aventures complètes se déroulant entre les épisodes I et II (3 tomes parus) ;
- Clone wars : 7 tomes se déroulant entre les épisodes II et III ;
- Les films en BD : 6 tomes parus ;
- Le cycle de Thrawn : aventures se déroulant 5 ans après l’épisode VI (5 tomes parus) ;
- Le côté obscur : chaque plus grand méchant de la saga a droit à une histoire complète (4 tomes parus) ;
- Les films en manga : 7 tomes parus.

Star wars en manga
© Editions Delcourt

Le lecteur retrouve dans ces albums les principaux protagonistes de la saga. La stabilité et la qualité de l’équipe artistique confirment l’attention portée par Dark Horse (l’éditeur US) à ces adaptations de la licence Star Wars. Les séries jouent sur plusieurs styles : manga, comics ou dessins réalistes basés sur les films. Tous les moyens sont bons pour assouvir la soif des fans... qui en redemandent !

© Delcourt

Avec près de 35 titres Star Wars dans son catalogue, Delcourt a vendu plus de 300.000 albums. Le prix de la licence reste confidentiel, mais l’affaire est forcément rentable... Surtout que l’éditeur parisien n’est pas obligé de publier l’intégralité des comics issus du catalogue de Dark Horse. Il a le choix parmi la centaine de titres existants, ce qui lui permet de faire le tri car la qualité des publications est très inégale.

George Lucas a prévenu qu’il ne réaliserait pas les épisodes VII, VIII et IX, contrairement à ce qu’il prévoyait en 1975. Mais il est fort probable qu’un jour quelqu’un le fasse à sa place. Lucas Licensing a encore de beaux jours devant elle. Et les produits dérivés aussi...

Voir en ligne : Pour en savoir plus :

(par Laurent Boileau)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?