Steel Ball Run T2 – Par Hirohiko Araki – Tonkam

4 mars 2013 0 commentaire
  • Suite et fin de la première étape de la Steel Ball Run, cette course dont l'enjeu est la traversée des États-Unis. Alors pied-tendre, qui à ton avis pour s'imposer dans ce sprint inaugural?

Ce deuxième volume de Steel Ball Run se trouve donc entièrement dévolu au parcours des quinze premiers kilomètres d’une course qui doit en compter six mille ! Sprint effréné, rythme haletant, chaque détail donne lieu à des péripéties inattendues, à des retournements de situation improbables.

C’est surtout l’occasion pour les principaux personnages de déployer leurs étonnantes compétences aux yeux du lecteur. Jayro et ses boules tournoyantes, Pocoloco et sa chance insolente, Sandman et sa technique de course extraordinaire, Johnny et Diego et leur science du cheval. L’intensité dramatique et narrative est tout bonnement fabuleuse d’un bout à l’autre du volume, pour peu que l’on se prête au jeu de ces bizarreries propre à l’univers d’Hirohiko Araki.

Steel Ball Run T2 – Par Hirohiko Araki – Tonkam

Surtout, d’un point de vue graphique, le mangaka amorce sa mue et commence à mettre en place ce qui est appelé à devenir une des figures majeures de cette partie de sa saga : la double-page. Celle-ci, bien sûr déjà utilisée auparavant par l’auteur, prend, aussi bien quantitativement que qualitativement, une ampleur particulière dans Steel Ball Run dont la composition des planches, et donc la narration, se trouvent bouleversées.

Les double-pages se multiplient, envahissent peu à peu le récit. Elles ne servent plus uniquement comme ponctuation, pour magnifier tel ou tel moment, pour signifier un climax dramatique, elles deviennent le principe même à partir duquel l’histoire est narrée. On observe ainsi déjà plusieurs double-pages successives : chacune constitue alors à la fois une scène entière à décrypter et un élément qui s’insère dans une trame d’ensemble.

Steel Ball Run T1 – Par Hirohiko Araki – Tonkam

Les possibilités ouvertes sont colossales et par la variété des découpages qu’il propose Hirohiko Araki se saisit pleinement de l’opportunité. En espérant que l’exemple qui encadre ce paragraphe - deux double-pages successives représentant le saut d’un ravin par deux concurrents - puisse donner à la fois une idée du furieux processus engagé et une furieuse envie de découvrir la série !

Steel Ball Run T1 – Par Hirohiko Araki – Tonkam

(par Aurélien Pigeat)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?