Stravaganza : La Reine au casque de fer T5 & T6 - Par Akihito Tomi - Casterman

10 avril 2018 0 commentaire
  • Dernier acte des aventures de la reine Viviane : au programme la formation d’une alliance entre toutes les races pour contrer la folie destructrice des Orghs. Un final type « grande bataille » plutôt bien mené à l’image d’une série simple, efficace et extrêmement sympathique.
Stravaganza : La Reine au casque de fer T5 & T6 - Par Akihito Tomi - Casterman

Capturée par les Orghs, puis secourue par ses alliés, la reine Viviane rentre enfin à Mitera pour rapporter à ses ministres et à ses généraux tout ce qu’elle a vu. Et face à un tel adversaire, si nombreux, puissant, et dénué de toute empathie, elle ne voit qu’une seule solution : une alliance de tous les peuples civilisés !

Les différentes races du monde de Stravaganza vivent de façon plus ou moins autarcique, limitant leurs interactions au minimum diplomatique. En somme ils se connaissent mais se désintéressent des affaires des autres, au point que Viviane aura des difficultés à faire comprendre à certains qu’ils doivent travailler ensemble afin d’avoir une chance de survie.

Dans ces deux derniers tomes Akihito Tomi s’amuse à mettre en scène une galerie d’une dizaine de races de fantaisie assez classique, même si les premiers « arrivés », comme ses « géants » et ses « homme à queue » restent relativement originaux.

© 2012 Akihito Tomi / ENTERBRAIN

Suit donc ce qui constitue l’apogée de la série : une grande bataille rangée entre l’alliance des races et les terribles Orghs. Son déroulement apparaît classique mais efficace, à l’image de la série, avec cette pointe de cruauté caractéristique car bon nombre de personnages secondaires y trouveront la mort.

Un bilan élevé, en particulier lors de l’affrontement de la reine Viviane, accompagnée de sa garde, contre le leader des Orghs. Un long et désespéré combat, comptant bon nombre de sacrifices, mais également de puissants moments de bravoure de notre héroïne, sublimés par le trait du mangaka très à l’aise dans les scènes d’action et l’anatomie en général.

La fin fait la part belle au « vivre ensemble » et à l’émergence d’un âge nouveau de coopération entre les peuples, après avoir évité de justesse l’extermination. Morale simple pour un titre qui aura proposé un récit d’heroic-fantasy sur le thème d’une reine voyageant incognito dans sa ville et de par le monde.

Un bon titre de genre, dans la fibre classique et traditionnelle, un peu coquine, qui ravira sans aucun doute les amateurs du genre et d’héroïne forte et jolie. Preuve du bon accueil de la série au Japon, un « spin-off » a démarré : il devrait être publié en tomes reliés dans la continuité de la série principale, et sans doute chez nous d’ici un an.

© 2012 Akihito Tomi / ENTERBRAIN
© 2012 Akihito Tomi / ENTERBRAIN

(par Guillaume Boutet)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album:
BDfugue FNAC Amazon

Stravaganza : La Reine au casque de fer T5 & T6. Par Akihito Tomi. Traduction Sébastien Ludmann. Casterman, collection "Sakka". Sortie le 17 mai 2017 & le 11 avril 2018. 200 pages. 8,45 euros.

Commander le tome 5 chez Amazon ou à la FNAC

Commander le tome 6 chez Amazon ou à la FNAC

Stravaganza sur ActuaBD :
- Lire la chronique des tomes 1 & 2
- Lire la chronique des tomes 3 & 4

  Un commentaire ?