Suicide Squad T4 - Par Matt Kindt & Patrick Zircher - Urban Comics

22 mai 2017 0 commentaire
  • Dans ce dernier tome de la série, qui s'avère ne pas l’être véritablement, cette fois-ci notre bande d’épouvantables criminels doit sauver le monde en empêchant qu’une arme surpuissante tombe entre les mains du Syndicat du Crime. Un final à l’image de la série : fun, violent, mais aussi à l’intérêt très inégal, réservé à un public qui ne répugne pas à la « série B ».

Pour ce quatrième et dernier tome [1] le lecteur a droit à une histoire complète et de longue haleine qui fait partie de l’évènement « Forever Evil » dont l’intrigue principale pourra être retrouvée dans les tomes six et sept de Justice League version « The New 52 ».

Rappelons que durant cet évènement, le Syndicat du Crime, une version maléfique de la Ligue de Justice venue d’une Terre parallèle, réussit à neutraliser la fameuse équipe de super-héros, instaurant un règne de terreur où les criminels prirent le pouvoir.

Dans ces épisodes, Amanda Waller doit faire face à la prise de contrôle par les prisonniers de la prison de Belle Reve qui sert de QG à ses opérations et à la Suicide Squad. Heureusement, elle peut compter sur certains de ses « habitués » comme Deadshot et Harley Quinn, moins pour leur sens de la justice que pour leur logique propre, l’argent pour le premier et le fun pour la seconde.

C’est ainsi qu’une équipe se trouve improvisée, regroupant d’autres criminels : Captain Boomerang, King Shark et James Gordon Jr., mais aussi certains héros comme Power Girl, Steel, Warrant et le Soldat Inconnu.

Suicide Squad T4 - Par Matt Kindt & Patrick Zircher - Urban Comics
Harley Quinn et Deadshot, le cœur de cette Suicide Squad
© DC Comics / Urban Comics

Cette Suicide Squad de circonstance doit d’abord retrouver une arme secrète dont veut s’emparer le vilain contrôlant Belle Reve pour le compte du Syndicat du Crime. Actions et trahisons sont au programme comme de coutume, mais de nombreux petits flashbacks viennent agrémenter le récit. Ils servent à cerner la personnalité et les motivations de cette troupe hétéroclite.

Nous n’allons pas tergiverser : cette aventure sous la plume de Matt Kindt ne fait guère dans la subtilité en dépit de ses efforts de « retour sur le passé » des personnages, ce qui ne surprendra pas le lecteur désormais habitué au ton gore et fun, entre burlesque et absurdité, du titre qui assume plus ou moins son côté « série B ».

Comme toujours, quelques bonnes idées et séquences apparaissent ici et là, comme les prestations du tueur en série James Gordon Jr. ou celles d’Harley Quinn, espiègle et imprévisible, ou encore l’étrangeté du personnage de King Shark, qui symbolise sans doute le mieux l’esprit du titre : sauvage et infantile !

C’est lorsqu’elle assume son côté « série B » que cette Suicide Squad apparaît la plus plaisante et les tentatives de Matt Kindt de donner une épaisseur aux personnages échoue parfois car le ton de la série ne s’y prête pas, du moins dans la forme qu’il tente de l’aborder, de façon trop dramatique.

James Gordon Jr., très à l’aise dans cet univers
© DC Comics / Urban Comics

Reste une série fun et divertissante si on l’assume comme telle, avec des personnages et des situations violents et hauts en couleur qui s’embarrassent de pas grand-chose, afin de produire des effets immédiats sans réel souci de ce qui vient après.

Comme nous l’avons signalé il s’agit du dernier tome de la série, mais qui n’a d’autre objet que de mieux la faire repartir ! En effet aux États-Unis, il fut relancé immédiatement sous le titre de New Suicide Squad, avec une nouvelle équipe artistique aux commandes mais toujours construite autour du duo désormais incontournable formé par Deadshot et Harley Quinn.

Cependant, ce n’est pas celle-ci qu’Urban Comics va prochainement nous proposer dès le mois prochain : l’éditeur débutera la publication de la toute dernière version de Suicide Squad, de la ligne éditoriale « DC Rebirth », lancée en octobre 2016 aux US.

Amanda Waller dans ses œuvres
© DC Comics / Urban Comics

(par Guillaume Boutet)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album:
BDfugue FNAC Amazon

Suicide Squad T4. Scénario : Matt Kindt, Jim Zub & Sean Ryan. Dessin : Patrick Zircher, André Coelho & Collectif. Traduction Benjamin Rivière. Urban Comics, collection "DC Renaissance". Sortie le 3 mars 2017. 256 pages. 22,50 euros.

Commander cet album chez Amazon ou à la FNAC

Suicide Squad sur ActuaBD :
- Lire la chronique du tome 1 de la série New 52
- Lire la chronique du tome 2 de la série New 52
- Lire la chronique du tome 3 de la série New 52
- Lire la chronique de La Légende de Darkseid
- Lire la chronique du tome 1 des Archives de la Suicide Squad

[1Les épisodes contenus dans Suicide Squad T4 : Entre les murs sont :
- Suicide Squad #24-30 (octobre 2013 à avril 2014),
- Justice League of America #7.1 (septembre 2013),
- Detective Comics #23.2 (septembre 2013),
- Suicide Squad:Amanda Waller #1 (mars 2014).

  Un commentaire ?