Suicide Squad T1 - Par Glass, Dallocchio & Henry - Urban Comics

25 avril 2016 0 commentaire
  • Lorsque des super-vilains se voient confier des opérations clandestines par une organisation gouvernementale en échange de remises de peine, il ne peut s’agir que d’un marché de dupe et de missions suicides ! Gore et action non-stop sont au programme de cette série mettant en scène d’improbables anti-héros !

A l’occasion de la sortie cette été du film basé sur les aventures de cette équipe très particulière, Urban Comics nous propose cette itération moderne, lancée lors du relaunch The New 52 [1]. Que les amateurs se rassurent : la période de John Ostrander (1987-1992) est également annoncée dans un avenir prochain.

La Suicide Squad, c’est quoi ? Une équipe mise en place par une agence gouvernementale secrète, dirigée par l’impitoyable Amanda Waller, et composée de super-vilains. En échange de remises de peine, ces derniers effectuent des missions clandestines très dangereuses aux objectifs forts discutables.

Imaginée en 1959, dans un numéro de The Brave and the Bold -le vingt-cinq- il faut cependant attendre 1987 pour que la Suicide Squad obtiennent sa première série, lancée à l’occasion du cross-over Legends de John Ostrander qui préside à sa destinée jusqu’en 1992.

Suicide Squad T1 - Par Glass, Dallocchio & Henry - Urban Comics
© DC Comics / Urban Comics

Par la suite, comme cela arrive pour les séries mineures Suicide Squad, qui continue d’apparaître régulièrement dans de nombreux comics, connaît diverses relances, plus ou moins heureuses : de 2001 à 2002 par Keith Giffen, puis de 2007 à 2008 John Ostrander reprend du service pour huit numéros, avant que la série soit relancée en 2011... et cette dernière itération qui nous intéresse aujourd’hui.

© DC Comics / Urban Comics

Sous la plume de Adam Glass, cette version « moderne » propose un casting mélangeant vétérans et nouvelles recrues. Sans le révéler, le va et vient des membres faisant partie de la dynamique du récit, notons tout de même la présence de l’inévitable Deadshot, tireur d’élite officiant généralement comme chef de l’équipe, et celle de la « star » DC Comics du moment : Harley Quinn qui signe sa première participation à cette « équipe ».

Du côté des missions et de l’ambiance, ce premier tome [2] se caractérise par son rythme sans temps mort et son ton de série B assumée. En effet, dès le premier épisode nous sommes plongés dans l’action, avec une séance de torture et une première mission d’extermination « sans prisonnier »... La suite se révélant à l’avenant.

Sans véritablement pause, les missions ainsi que les personnages s’enchaînent -rappelant que le taux de survie d’une mission reste faible !- à un rythme effréné, sur fond de manipulations et de « coups de pute » en tout genre.

Le lecteur n’a guère le temps de souffler et les tueries de diverses natures se succèdent sous la forme d’une sorte grande kermesse de violence et de gore. La dimension chaotique se trouve de plus renforcée par la valse des dessinateurs qui donne le sentiment d’une absence de véritable projet artistique, aussi modeste soit-il.

Cependant, en dépit d’un récit qui part dans tous les sens, dans une violence et une dérive narrative facile et gratuite, l’ensemble tient en haleine et même semble tenir tout court. Sans doute grâce à son propos de base : une bande de criminels aux obsessions très divergentes et intéressés avant tout à sauver leurs miches.

Qu’attendre d’une telle association, si ce n’est un spectacle sanglant et déviant ? De ce point de vue, Suicide Squad ne déçoit pas !

© DC Comics / Urban Comics

(par Guillaume Boutet)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Suicide Squad T1. Scénario : Adam Glass. Dessin : Federico Dallocchio, Clayton Henry & Collectif. Traduction Benjamin Rivière. Urban Comics, collection "DC Renaissance". Sortie le 8 avril 2016. 160 pages. 15,00 euros.

Commander cet album chez Amazon ou à la FNAC

[1Redémarrage éditorial de l’univers super-héroïque de DC Comics, qui a eu lieu en septembre 2011.

[2Les épisodes contenus dans Suicide Squad T1 : Têtes Brûlées sont :
- Suicide Squad #1-7 (septembre 2011 à mars 2012).
Signalons que cette édition se trouve dépourvue d’une préface présentant le comics et les personnages, fait suffisamment rare chez Urban Comics pour être relevé.

  Un commentaire ?