Sumomomo, Momomo T12 – Par Shinobu Ohtaka – Kurokawa

5 septembre 2010 0
  • Kôshi deviendra-t-il un vrai martialiste ? Acceptera-t-il l'amour incommensurable de Momoko pour donner naissance à l'héritier le plus fort du monde ? Réponse dans le dernier acte de cette comédie sentimentalo-virile, sympathique mais pas inoubliable.

C’est l’heure de l’affrontement final. L’issue du duel entre Kôshi Inuzuka et Yûsuke Endô déterminera le prochain chef de l’armée de l’Est. Malheureusement, l’héritier du clan Inuzuka ne fait pas le poids face à un martialiste qui a des années d’entrainement derrière-lui. Il ne reste plus qu’un espoir pour renverser la vapeur et empêcher que Momoko ne soit mariée à Yûsuke : que Kôshi affronte à nouveau l’ennemi et utilise une technique qui peut s’avérer très dangereuse.

Voilà le final de Sumomomo, Momomo avec une évolution intéressante du personnage de Kôshi. Alors qu’il était faible et rejetait totalement les arts martiaux, il est désormais capable de mettre sa vie en jeu pour faire tomber le clan Endô. L’histoire d’amour à sens unique installée par Shinobu Ohtaka dès le premier tome trouve ici son ultime réponse qu’on pourra trouver surprenante ou non. Toujours rien de révolutionnaire côté scénario qui comporte des éléments assez farfelus, comme d’habitude, mais cette fin répond correctement à nos attentes. Le dessin vif et exubérant de la mangaka n’a pas beaucoup bougé depuis le début de la série, mais il collait plutôt bien avec son ambiance survoltée.

Ainsi s’achève ce manga divertissant, bien que répétitif. Un douzième tome à l’image des précédents : ça ne laissera pas de souvenir impérissable, mais ce n’est pas si mal quand même.

(par Baptiste Gilleron)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?