Sunstone | Tome 1 – Par Stjepan Sejic (trad. Stéphane Sarrazin) – Panini Comics

7 septembre 2015 0 commentaire
  • Référence inattendue de la Rentrée s'il en est chez l'éditeur Panini Comics, voici que débarque « Sunstone », une nouvelle série visant résolument un public adulte car son intrigue s'articule autour d'une romance naissante entre deux jeunes femmes sur fond de sadomasochisme. S'agit-il là d'un album uniquement racoleur avec son sulfureux sujet ou bien d'une agréable découverte ?

Sunstone est la création de l’artiste croate Stepan Sejic, qui assure ici les planches et le scénario de la série. Avant de se lancer dans ce projet en solitaire, le dessinateur s’est fait un nom aux États-Unis grâce à ses illustrations, que ce soit pour les éditeurs Marvel, Dynamite ou bien notamment Image Comics (Witchblade) ; ce dernier éditeur publiant outre-Atlantique la série.

Le projet artistique derrière Sunstone est très bien expliqué par son auteur à la fin de l’album. À travers une bande dessinée où il se met en scène ainsi que sa femme, il explique de quelle manière une série de strips parfois érotiques sur l’un de ses comptes secondaires sur DeviantArt a commencé à rencontrer un écho auprès du public et ses nouveaux personnages à prendre de l’importance à ses yeux. La série Sunstone vient donc donner une vie littéraire en bonne et due forme à deux personnages que se plaisait de plus en plus à diriger leur créateur, à savoir Lisa et Ally.

Le propos de Sunstone est étroitement associé au destin de ces deux jeunes femmes. Nous rencontrons tout d’abord Lisa, une jeune écrivaine qui n’a pas encore percé. Une rupture vieille de deux ans avec son ex l’a laissée insatisfaite, notamment dans sa recherche de la personne qui pourrait concrétiser ses fantasmes sadomasochistes où elle serait totalement dominée.

De l’autre côté, nous rencontrons Ally, une jeune femme qui a réussi dans le monde des affaires mais qui cultive elle aussi un profond manque dans son existence : elle n’a pas encore trouvé la personne qui accepterait une relation sentimentale qu’elle dominerait dans un cadre sadomasochiste.

Une rencontre sur un forum spécialisé et deux mois de discussions plus tard, Lisa et Ally décident de se rencontrer pour de vrai et d’expérimenter la chose ensemble...

Comme la quatrième de couverture de l’album l’indique, le contenu de celui-ci est réservé à un public averti. En effet, les moments d’intimité de Lisa et Ally sont explicites et marquent l’album d’un érotisme certain, quoique sans vulgarité. Néanmoins, comme s’en amuse Lisa au début de l’album, cette facette de l’histoire est loin d’être son principal attrait.

Derrière une façade sulfureuse, le lecteur trouve très rapidement un récit sentimental bien mené entre deux personnages qui recherchent avant tout l’âme sœur. Par exemple, le récit de l’attente du premier rendez-vous par Lisa et Ally est très amusant et remémorera sans peine à de nombreux lecteurs des souvenirs personnels amusants liés au stress de ce genre d’exercice.

Comme il l’indique à la fin de l’album, Stepan Sejic est appuyé par sa femme pour élaborer ses personnages et tisser des relations entre eux. Peut-être est-ce là une aide bienvenue car à aucun moment les personnages ne semblent adopter des attitudes caricaturales qui n’auraient comme seul but d’amener une scène érotique aux yeux du lecteur.

Les deux jeunes femmes vivent avec leur temps et c’est ainsi, par exemple, que leurs week-ends peuvent être occupés par des parties de jeux vidéo : ce n’est pas tous les jours qu’Ivy et Voldo du jeu de combat Soul Calibur peuvent servir de métaphores savoureuses aux connaisseurs au regard du thème sadomasochiste qui parcourt l’album... Pour l’occasion, l’auteur parvient à peindre de manière crédible une vie de jeune couple de notre époque.

Autre point fort de Sunstone : ses planches. Le talent de dessinateur de Stepan Sejic saute très vite aux yeux avec ses personnages aux traits finement exécutés. Une qualité indéniable qui sert bien évidemment ici l’exercice.

Alors, sans défaut ce premier tome ? Eh bien, non. Il y a quand même un manque que l’on peut ressentir à la lecture de cette première itération : on a peine à se convaincre que l’intrigue a servi à autre chose qu’à présenter les personnages et leur passion commune. Il n’y a pour l’instant pas d’élément perturbateur qui vienne mettre du sel à la recette ! Les scènes se déroulent sans accroc, l’ambiance est sympathique mais on peut attendre davantage que des stratégies pour avouer ou non ses sentiments à son partenaire afin de maintenir notre intérêt de lecteur. À voir si les prochains tomes proposeront un quelconque enjeu qui permettra de faire évoluer la situation initiale.

Le premier tome de Sunstone est une lecture qui peut valoir le coup d’œil en cette Rentrée, notamment si vous êtes partis à la découverte de nouveaux personnages sympathiques ou si le thème très atypique de l’album a suscité votre curiosité. Par contre, si vous êtes à la recherche d’une histoire enlevée ou pleine de rebondissements, la série ne semble pour l’instant pas armée pour vous convenir. Enfin, les amateurs de jolies planches pourront assurément y jeter un coup d’œil car le talent graphique de Stepan Sejic est indéniable !

(par Romuald LEFEBVRE)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

RÉSERVÉ À UN PUBLIC ADULTE AVERTI.

Commander cet ouvrage sur Amazon ou à la FNAC

  Un commentaire ?