Super Coin Coin - T1 : Partition à quatre mains - Par Vincent Rioult - La Boîte à Bulles

13 janvier 2005 0 commentaire
  • Contrairement à ce que pourrait laisser croire le titre, cet album n'est pas une énième parodie de BD de super-héros. D'ailleurs, Super Coin Coin est tout sauf un héros...

Dans un monde d’animaux anthropomorphiques aux comportements on ne peut plus humains, Thibaud, un canard maigrelet, rêve d’un super-héros de rouge et de noir vêtu qui sauve une pauvre prostituée... pour ensuite la battre sauvagement. Mais un rêve n’a jamais fait de mal à personne. Et quand l’un des employés de son petit journal people en ligne mentionne un meurtre qui rappelle son rêve, il n’y fait même pas attention. D’autres événements vont cependant le pousser à s’interroger sur la réalité de Super Coin Coin, le personnage de ses songes.

Vincent Rioult a réussi à fusionner deux univers a priori complètement distincts : la chronique urbaine réaliste européenne, et le fantastique à l’américaine (on ne peut pas s’empêcher de voir du Frank Miller dans les passages les plus noirs). Et tout ça en utilisant les gentils petits animaux anthropomorphes peu habitués à cette histoire de sang et de cauchemars.

Super Coin Coin - T1 : Partition à quatre mains - Par Vincent Rioult - La Boîte à Bulles

Son dessin est tout aussi hybride : une narration très régulière fait parfois place à une page sans cases ou à une utilisation très efficace de grandes cases. Son trait met à contribution les ombres inquiétantes et les juxtapositions d’ambiances variées pour rendre ce mélange de monde réel et d’éléments fantastiques introduits petit à petit.

Super Coin Coin est une des meilleures surprises de ce début d’année. Gageons que le deuxième album prévu pour juin ne déméritera pas.

(par François Peneaud)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

- Site de l’éditeur.
- Site de l’auteur.

  Un commentaire ?