Surréalisme de Masse

18 septembre 2011 11 Actualité par Charles-Louis Detournay
  • Une publication de Masse est toujours un événement, mais celle-ci ! À côté d'une réédition des "Deux du balcon" dans une version colorisée, Masse publie chez Glénat pour la première fois un album tout en couleur directe, où ses qualités de peintre rejoignent une nouvelle fois son questionnement surréaliste en quête d'une autre vérité. Déroutant et confondant !

Masse : un auteur qui manque cruellement à la bande dessinée depuis qu’il a décidé de se consacrer à une autre forme artistique en 1990. Dernièrement, il n’y a eu que l’intégrale d’On m’appelle Avalanche (L’Association, 2007) et un recueil de ses histoires inédites datant des années 1980, L’Art Attentat, paru la même année au Seuil pour rappeler au public la contribution de ce grand artiste.

Masse n’a jamais eu peur de la couleur comme en témoignent ses pages délavées dans le magazine, alors Underground, Actuel. Il a aussi massivement publié dans les fanzines et dans la presse alternative des années 1970 et 1980, que ce soit dans Zéno, Gonocoque, Zinc ou dans Le Canard sauvage, dans Charlie Mensuel, Hara Kiri ou La Gueule ouverte, dans Pilote, Fluide Glacial, L’Écho, Métal Hurlant, BD, Rigolo, Zoulou ou (A Suivre). Masse est la coqueluche des années 1980. Et puis en 1990, plus rien. Mais comme après une symphonie de Mozart, le silence est encore de lui.

L’aspect novateur, voire anticonformiste, de ces revues convenait particulièrement à Masse. Dans son noir et blanc confondant de précision avec un encrage fourmillant de traits et de détails, de grattages et de collages, il exprimait une autre réalité surréaliste et philosophico-humoristique,teinté d’une pointe de cynisme.

Surréalisme de Masse

Ce nouvel opus n’y échappe pas. Masse en rajoute d’ailleurs une couche : abandonnant son noir et blanc caractéristique, il se jette avec frénésie dans la couleur directe pour nous livrer « ce que les livres de sciences appellent une "(vue d’artiste)" : une parenthèse de poésie qui nous fait voir l’inobservable, avec un souci d’observation confondant ! »

Masse, ce n’est rien de moins que la cosmologie que ses deux personnages tentent de nous expliquer à leur manière. Pour éviter l’aspect hermétique de l’œuvre, il convient comme toujours de s’en imprégner doucement afin d’en retirer la quintessence humoristique et philosophique. Dans une longue poursuite visuelle et orale, les deux personnages reviennent sur la création de l’univers, son actualité et son futur. Loin de l’aspect scientifico-technique, Masse nous livre une pépite de poésie où ses couleurs directes font merveille. Sa bonne humeur est d’ailleurs contagieuse, car on se demande par moment de qui il se moque le plus : du lecteur, ou de lui-même ?

La sortie de cette nouveauté est doublée de la réédition des Deux du balcon qui donne une idée de son influence profonde et multiforme. Ainsi, l’envahissement par les dunes de sable de cette ville à la Piranese, que l’on retrouve dans le récit El Niño et le rhino, a-t-il peut-être inspiré La Théorie du grain de sable de Schuiten & Peeters.

Cette réédition bienvenue est directement liée à la (Vue d’artiste) : chaque album évolue à sa propre vitesse, pour évoquer une part du monde de l’auteur, mais c’est en les mettant côte à côte qu’on en comprend tous le sens. Et multipliés par (la) Masse, ils dévoilent une incroyable énergie, qui mériterait d’être plus reconnue.

(par Charles-Louis Detournay)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

(Vue d’artiste) - Par Francis Masse - Glénat
Les Deux du balcon - Par Francis Masse - Glénat

Commander :
- (Vue d’artiste) chez Amazon ou à la FNAC
- Les Deux du balcon chez Amazon ou à la FNAC

Voir les premières planches de (Vue d’artiste) et des Deux du balcon.

 
Participez à la discussion
11 Messages :
  • Surréalisme de Masse
    18 septembre 2011 15:03, par lebon

    "Masse : un auteur qui manque cruellement à la BD", vous savez des artistes dans la bd actuelle ’y pas vraiment de place pour eux. Au fait, quand parlez-vous du dernier Blutch ?

    Répondre à ce message

  • Surréalisme de Masse
    18 septembre 2011 16:45

    Sauf erreur de ma part, la version Casterman, collection Studio (à suivre) de l’album "les deux du balcon" était déjà en couleurs.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Charles-Louis Detournay le 18 septembre 2011 à  20:37 :

      Effectivement !
      Merci de votre attention, c’est corrigé.

      Répondre à ce message

  • Surréalisme de Masse
    18 septembre 2011 19:48, par coco

    Quand on a ouvert un livre de Francis Masse, on s’en souvient, alors qu’il y en a tant qu’on oublie à peine refermés....

    Répondre à ce message

    • Répondu par Oncle Francois le 18 septembre 2011 à  20:59 :

      Dans les années quatre-vingt, Francis Masse a publié dans quasiment tous les journaux de BD adultes. Et avant, dans Actuel première série. Ses histoires restent inoubliables quand on a lu les revues en question, plus de vingt ans après. En revanche, je ne suis pas sûr que la couleur apporte quelque chose... Dans tous les cas, ce "come-back" est plus que justifié.

      Répondre à ce message

  • Surréalisme de Masse
    18 septembre 2011 21:39, par Gerald

    C’est illisible ce gribouilli de couleurs, pire que du Dumontheuil !

    Répondre à ce message

    • Répondu par Olé le 19 septembre 2011 à  14:22 :

      Rhhhhhaaaaaaaaaaa ! !
      Touche pas à Dumontheuil ! !

      Répondre à ce message

    • Répondu par hankey le 19 septembre 2011 à  18:35 :

      j’aime bien, ça me fait penser à Sfar

      Répondre à ce message

      • Répondu le 20 septembre 2011 à  00:20 :

        Tiens, c’est vrai. Masse sans hachures et avec de la couleur, ça ressemble à du Sfar !

        Répondre à ce message

        • Répondu par olé le 20 septembre 2011 à  12:57 :

          Vous n’êtes vraiement pas sympa avec Masse !

          Répondre à ce message

          • Répondu le 21 septembre 2011 à  12:07 :

            Dumontheuil c’est mieux, mais ça veut pas dire que c’est bien.

            Répondre à ce message