Swinging London - T2 : « Dead End Street » - Par De Metter & Benet - Soleil

15 février 2005 0 commentaire
  • [Nous vous parlions->1708"target="_blank] en septembre 2004 des débuts de la captivante et subtile série {Swinging London}. {{Christian De Metter}} et {{Thomas Benet}} y avaient bâti une intrigue envoûtante autour du milieu du rock londonien au cœur des sixties.

Les auteurs publient aujourd’hui Dead End Street, le deuxième album de la série. Nous y retrouvons le médium Indranath Ray. Celui-ci découvre que son ami assassiné, la star de rock Jasper Brown, a probablement violé de nombreuses jeunes femmes. Brown lui-même a envoyé à son ami, juste avant de mourir, une pellicule où l’on voit des personnalités abusant d’adolescentes. Brown découvre l’identité du mystérieux groupe qui organise ces orgies.

Le trait brut, pictural et puissant de Christian De Metter, rehaussé par des couleurs sombres et presque jetées, convient étrangement à ce type de récit. Le dessinateur renforce avec beaucoup de naturel les ambiances - souvent glauques - de l’histoire.

Dommage que les auteurs aient provisoirement mis de côté la représentation de ce Swinging London [1] psychédélique. Mais ne boudons pas pour autant cet album qui possède une force narrative inhabituelle et une histoire diablement intrigante.

(par Nicolas Anspach)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Lire un extrait

[1Un titre de série qui n’est pas choisi au hasard : les auteurs rappellent que cette expression a été employée par le Time pour parler du bouillonnement culturel du Londres des années 60.

  Un commentaire ?