Tanganyika - Par Attilio Micheluzzi – Ed. Mosquito

9 mai 2015 0
  • Mosquito nous propose une nouvelle fois de (re-)découvrir les œuvres du maître italien Attilio Micheluzzi (1930-1990). Cet album nous emmène au début de la Seconde Guerre Mondiale, au large de l’actuelle Tanzanie, dans une histoire où les pionniers de l'aviation chers à l'auteur italien ont une nouvelle fois la part belle.

Zanzibar, Novembre 1914. Le haut commandement de la marine britannique est préoccupé par la présence du Könisberg, un croiseur de bataille allemand. Il faut le retrouver et le couler. Commence alors une partie de cache-cache dans le delta du Refugi. Dans cette traque, les Anglais vont recevoir l’aide inattendue d’un aéroplane, piloté par un aventurier américain…

Comme dans chacune des histoires de Micheluzzi, l’Aventure souffle fort. Cette fois-ci, elle arrive donc avec un aéroplane, merveille technologique pour les uns, œuvre du diable pour d’autres. C’est surtout une machine faite de bois, de toile et de métal, livrée dans une dizaines de malles, que le pilote monte et démonte à chaque transport.

Le pilote, c’est Ian Fermanagh, un aventurier américain venu chercher on se sait quoi, ou venu fuir on ne sait qui. Peu importe, pourvu qu’il nous débarrasse de ce maudit croiseur !

Tanganyika - Par Attilio Micheluzzi – Ed. Mosquito

Cette histoire est portée par une maîtrise graphique époustouflante. La gestion des contrastes, des nuances, fait de cet album un chef-d’œuvre du Noir et Blanc.
Dès les premières cases, la comparaison avec Hugo Pratt est pratiquement inévitable, que ce soit graphiquement ou simplement par le thème de l’histoire. Il serait néanmoins injuste de confondre Tanganyika avec un simple ersatz d’album de son contemporain.

Le rythme narratif est très différent, plus rapide, bourré d’ellipses dont Micheluzzi est friand. Il en ressort un album à l’histoire cadencée comme un métronome. Les instants de contemplation sont rares et précieux, mais l’aventure et l’action n’attendent pas. Alors n"hésitez pas, embarquez à bord de cet album étonnant.

(par Gallien Chanalet-Quercy)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?