Tangomango T1 : Les premiers pirates - Par Adrián - Ankama Editions

15 mai 2013 0 commentaire
  • Un récit de pirates faisant feu de tous bois et mettant en scène de drôles d'aventuriers.

L’an 982 de l’univers Wakfu, dans les Eaux Tièdes, la contrée la plus australe du Monde des Douze : constituée de milliers d’atols, des criques paradisiaques, une eau peu profonde autrefois sillonnées par les pirates. Mais ces derniers ont tous disparus, anéantis par le nouveau Gouverneur, Poupo Mogrovejo.

Nous suivons un drôle de duo : un poulpe rose nommé Encre Noire, secondé par la fougueuse Elaine.

Alors que le gouverneur recherche avidement un mystérieux talisman afin de donner le coup de grâce aux derniers pirates, nos deux héros assoiffés d’aventure tentent de retaper un vieux navire.

Décidément abonné à la collection Wakfu Heroes des éditions Ankama, l’artiste espagnol Adrián, déjà dessinateur du Corbeau Noir et du premier arc de Remington, signe cette fois-ci également le scénario.

Tangomango T1 : Les premiers pirates - Par Adrián - Ankama Editions
©Adrián/Ankama Editions

En plus de quelques références à Astérix (deux pirates, dont un petit teigneux, luttant contre la toute puissance de Poupo, gouverneur tyrannique), l’auteur adresse aussi un clin d’œil à la comédie des frères Coen The Big Lebowsky, dont les personnages incarnés par Jeff Bridges, John Goodman, et Steve Buscemi se retrouvent ici en... pingouins lors de scènes hilarantes. Car ces trois bestioles, au lieu d’obéir bêtement au gouverneur, rêvent surtout de créer un... restau grill !

Les paysages paradisiaques et les compositions mettant en avant les bateaux pirates remplissent leur office. Mais ce sont surtout les personnages pleins de dynamisme qui remportent l’adhésion, offrant un panel très original de trognes attachantes, du poulpe rose râleur aux créatures surnaturelles apparaissant en fin d’album, en passant par le trio déluré de pingouins.

Une belle brochette de mascottes qu’on espérerait presque retrouver en peluches.

Voilà un album qui respire la bonne humeur et donne furieusement la patate. Espérons que les futures péripéties en "Eaux Tièdes" sauront concrétiser ces belles promesses.

©Adrián/Ankama Editions

(par Thomas Berthelon)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?