Tanya The Evil T1 - Par Chika Toujou & Carlos Zen - Delcourt/Tonkam

13 décembre 2017 0 commentaire
  • Un homme réincarné en femme devient à neuf ans un officier d’élite dans une uchronie, alignant les succès et devenant une légende. Adaptation manga d’un « Light Novel » et d’un « animé » à succès, voici une œuvre qui mêle satire et récit de guerre impitoyable d’une façon étonnante !

C’est un nouveau titre à l’aspect relativement sérieux, voire dramatique, au fond très classique, mais qui propose une inattendue distanciation grâce à un personnage principal improbable mais si typique de ce que peuvent proposer les auteurs japonais.

À l’origine, un Light Novel [1] débuté en 2013 chez Enterbrain, comptant pour l’heure huit tomes, qui a donné lieu à une adaptation manga en 2016 et à une adaptation animé de 13 épisodes, diffusée de janvier à mars 2017.

Tout commence par un employé de bureau cynique et égoïste, pas spécialement brillant, mais qui mène sa carrière un peu mieux que la moyenne. Sa spécialité se révélant d’annoncer leur licenciement aux employés de sa société, il finit par arriver un grand classique : il est poussé sous un train par un employé qu’il venait de mettre à la porte.

Tanya The Evil T1 - Par Chika Toujou & Carlos Zen - Delcourt/Tonkam
Notre héros, être de raison, face à son Créateur.
Youjo senki © 2016 Chika TOJO © 2013 Carlo Zen / KADOKAWA CORPORATION

C’est alors qu’il se retrouve devant ce qui pourrait être Dieu, mais notre homme n’étant guère croyant, il préfère le nommer « Entité X », ne lui montrant d’ailleurs que peu d’égard. Pour lui apprendre l’humilité et la foi, « Entité X » décide de le réincarner en tant que femme dans un monde en guerre où la magie existe.

C’est ainsi que notre héros renaît en tant que bébé. Orpheline et élevée par des sœurs, elle est nommée Tanya. Elle découvre un monde rappelant l’Europe des années 1920, dans un Empire qui apparaît y être la version de l’Allemagne mais toute puissante, sans cesse en guerre avec ses voisins.

À l’âge de neuf ans, Tanya présentant des dispositions exceptionnelles pour la magie se trouve appelée sous le drapeau dans l’unité des mages volants. Pour notre héros/héroïne plus qu’une seule chose ne compte : monter en grade pour obtenir un poste loin du champ de bataille et couler une vie paisible d’officier.

Cependant Tanya va se montrer bien trop efficace, enchaînant les succès. De plus, ses supérieurs vont se méprendre sur ses réelles ambitions. En effet, et c’est là qu’apparaît en quelque sorte le côté satirique de l’œuvre : il s’agit d’un malentendu basé sur l’image que Tanya s’est créée !

Les grandes puissances de cette Europe sont grimées à l’aide de caricatures bien connues
Youjo senki © 2016 Chika TOJO © 2013 Carlo Zen / KADOKAWA CORPORATION

Tanya cherche constamment à faire bonne impression et y réussit un peu trop bien. Ainsi, son comportement et ses réflexions qui ne sont pas en accord avec son âge subjuguent ses supérieurs qui y voient un ange exterminateur envoyé par Dieu. C’est ainsi qu’ils pensent réellement que cette infernale petite fille vit uniquement pour la guerre et la gloire de l’Empire !

Et comme notre héroïne s’en sort toujours grâce à un mélange entre son caractère impitoyable et une lucidité crue des événements, elle se retrouve prise à son propre piège ! Le parti-pris de l’œuvre, étrange s’il en est, fonctionne ainsi parfaitement très bien.

Associer la question du soldat élu et providentiel à un caractère cynique n’est guère nouveau, mais le faire par l’intermédiaire d’un « persona » allant jusqu’à la réincarnation apparaît comme une formidable idée. La série accorde une grande place aux dialogues intérieurs, et l’un des plaisirs de l’œuvre est d’assister au décalage entre Tanya et ses interlocuteurs.

Si nous ajoutons un univers uchronique efficace doublé d’un récit de guerre tout aussi convaincant, sans oublier un graphisme de qualité, voici une œuvre étrange que cette Tanya The Evil, qui réussit à donner corps à un propos fascinant, pour peu qu’on soit amateur de récit de guerre et d’uniforme allemand !

Tanya en mode « visage fermé », un procédé qui fait toujours son effet !
Youjo senki © 2016 Chika TOJO © 2013 Carlo Zen / KADOKAWA CORPORATION

(par Guillaume Boutet)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album:
BDfugue FNAC Amazon

Tanya The Evil T1. Par Chika Toujou (dessin), Carlos Zen (auteur original) & Shinobu Shinotsuki (design des personnages). Traduction Patrick Alfonsi. Delcourt/Tonkam, collection "Seinen". Sortie le 2 novembre 2017. 160 pages. 7,99 euros.

Commander ce livre chez Amazon ou à la FNAC

[1Petits romans publiés en feuilleton illustrés formellement très simples et très populaires, notamment auprès du jeune public.

  Un commentaire ?