Tardi, pour enseigner la souffrance et la mort

12 avril 2009 0 commentaire
  • Lire (ou relire) « C’était la guerre des tranchées » de Tardi pour mieux comprendre les enjeux et les ravages provoqués par la Première guerre mondiale, tel est l’un des objectifs de cette étude présentée par le CRDP de Poitou-Charentes

Réduire la collection « la BD de case en classe » produite par le Scérén CRDP (Centre Régional de Documentation pédagogique) de Poitou-Charentes à un recueil de méthodes d’exploitation de la BD à l’école serait méconnaitre la qualité et l’érudition des ouvrages qui y sont publiés. S’ils sont prioritairement destinés aux enseignants ces livres séduiront aussi les bédéphiles soucieux de prolonger la lecture de leurs albums favoris. De ce point de vue le pari de Vincent Marie est largement gagné.

En revenant sur l’œuvre-culte de Jacques Tardi, l’auteur entreprend d’évaluer les difficultés d’enseigner la souffrance et la mort tout en allant bien au-delà d’un simple guide de lecture pour prof d’histoire soucieux d’illustrer ses cours par de la BD, histoire de faire jeune ou chic !

Si depuis 1918, le monde a plus d’une fois eu l’occasion de faire reculer toujours plus loin les limites de l’horreur, il n’empêche que plus de quinze ans après sa publication l’album de Tardi garde toute sa force et une valeur pédagogique intactes. Le choix de Vincent Marie n’est donc pas dû au hasard mais l’intérêt de son travail réside sans doute dans la capacité d’associer à la BD une réflexion riche de documents iconographiques et une sérieuse documentation. Méthode habile et efficace pour dresser des ponts entre histoire officielle, récits et témoignages et démarche artistique !

Le livre est articulé autour de trois thématiques. L’approche artistique pose avec acuité les problèmes de représentation de l’indicible ou de l’insupportable [1].

Une autre approche, plus historique jette des ponts entre témoignage et traitement réaliste du récit.

Enfin, un dernier axe privilégie l’apport au travail de mémoire auquel contribue de manière efficace l’œuvre de Tardi. Sur ce dernier point , outre sa grande richesse iconographique et le choix pertinent des extraits littéraires on appréciera l’abondante bibliographie et la filmographie importante qui concluent cet album.

Vincent Marie termine une thèse sur la BD en histoire culturelle à l’Université de Montpellier et est l’un des principaux animateurs du site
enseigner-autrement.com.. Il a aussi contribué à la réalisation d’une grande exposition consacrée au traitement de la guerre de 1914-1918 pour l’historial de la Grande guerre de Péronne dont nous vous reparlerons.
Tardi, pour enseigner la souffrance et la mort

Constatant que Tardi était souvent utilisé dans les classes de lycées et qu’il n’y avait pas d’outil pour appréhender son œuvre, ce jeune professeur d’histoire s’est attelé à la tâche et produit là non seulement un support fort utile pour ses collègues mais aussi un ouvrage qui aura toute sa place dans la bibliothèque de l’honnête bédéphile.

(par Patrice Gentilhomme)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Enseigner la souffrance et la mort - Par Vincent Marie - Editions Scérén CRDP Poitou-Charentes

Pour découvrir la collection la BD de case en classe

[1problème souvent évoqué dans le traitement de la Shoah, par exemple.

  Un commentaire ?