Tarzan, succès de l’été

3 août 2009 9 commentaires
  • Elle ne désemplit pas, l’exposition « Tarzan ou Rousseau chez les Waziri » au Musée des Arts premiers du Quai Branly. Un succès qui est dû autant à la force de la « marque » qu’à une programmation riche où la bande dessinée n’est pas laissée de côté.
Tarzan, succès de l'été
La catalogue de l’expo.
Ed. Somogy

Co-produite avec le Musée d’Angoulême où elle devrait se rendre en 2010, comme au Canada et en Allemagne, l’exposition Tarzan au Musée du Quai Branly feit son plein de visiteurs cet été. D’abord en raison d’une promotion généreuse (affichage sur les bus, dans le métro, annonce dans les salles de cinéma et une couverture de presse exceptionnelle) et de la force d’une marque qui n’a pas perdu de sa fraîcheur. Mais aussi en raison de la qualité d’une exposition qui a creusé le propos et qui a dégotté un bon nombre de « pièces rares » qui réifient d’autant mieux le mythe de l’homme-singe.

Un ensemble impressionnant d’originaux de bande dessinée au milieu d’objets africains authentiques.
Photo : D. Pasamonik (L’Agence BD)
Le premier auteur de Tarzan en bande dessinée : Harold Foster. Des coudées au-dessus de ses suiveurs.
Photo : D. Pasamonik (L’agence BD)

Organisée en neuf sections (Tarzan au Panthéon d’Hercule – Les origines d’un héros – bandes dessinées – cinéma – L’Afrique de Tarzan – Les 36.000 travaux de Tarzan – Le protecteur de la jungle – Le héros nu et les robots et jeux de masques, retour à l’état animal), le parcours permet de découvrir de nombreuses planches de bande dessinée, des planches originales le plus souvent issues de la collection de la galerie de Bernard Mahé, 9ème art à Paris, signées Harold Foster, Burne Hogarth ou Joe Kubert.

Si l’on regrette l’absence de certains des illustrateurs historiques de l’homme-singe (notamment Buscema), on ne peut être que séduit par le classicisme et la douceur du travail de Foster qui ridiculise le plus souvent par sa justesse le travail emphatique, ampoulé et presque toujours erroné de Burne Hogarth.

Un dessinateur que des critiques imprudents ont surnommé « le Michel-Ange de la bande dessinée », ce qui est une insulte, et pour Michel-Ange, et pour la bande dessinée. Certes, certaines planchent en « jettent », mais quand le « Michel-Ange » est peu appliqué (presque toujours), cela donne des images vraiment médiocres, en dépit de leur caractère prétentieux. Jo Kubert, à côté, passe pour un génie.

Une planche de Tarzan par Burne Hogarth. Une réputation surfaite.
Photo : D. Pasamonik (L’Agence BD)
Une couverture du comics Tarzan par Joe Kubert
Photo : D. Pasamonik (L’Agence BD)
L’Oeil a consacré un numéro spécial à Tarzan

L’amateur de BD sera également intéressé de voir les premières publications de Tarzan en France dans les revues Junior ou Tarzan, et notamment les retouches généreuses de la censure (ou plutôt de l’auto-censure des éditeurs français) en application de la célèbre Loi de 1949 dont la commission s’était montrée particulièrement vétilleuse avec l’homme de la Jungle.

Le petit raté de cette exposition est la discrétion donnée aux hommages au « chevalier crispé » faits par une série de dessinateurs contemporains : Mathieu Lauffray, André Juillard, Frank Pé, François Avril, Frank Cho, Kei Acedera, Stan & Vince et qui se trouvent exposés au centre de documentation située à quelques dizaines de mètres de l’exposition.

Si vous avez raté ces dessins magnifiques (et c’est presque inévitable car personne ne vous renseigne sur ce « bonus »), il ne vous reste plus qu’à acquérir le catalogue de l’expo, Tarzan ! (Éditions Somogy). Des textes lumineux de Roger Boulay, le commissaire de l’expo, Pascal Dibie, Louis-Jean Calvet, Serge Tisseron ou Pascal Ory viendront compléter votre intelligence de cet incroyable mythe.

Les premières publications de Tarzan en France dans Junior. Les planches de Foster ont séduit des milliers de lecteurs et contribué à la perpétuation du mythe.
Photo : D. Pasamonik (L’Agence BD)
Après-guerre, le titre "Tarzan" sera tourmenté par la censure.
Photo : D. Pasamonik (L’Agence BD)

On notera également un Tarzan… de A à Z par Roger Boulay (Éditions L’étrave) et un numéro spécial de la revue L’œil sur les aventures du seigneur de la jungle.

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Tarzan ! ou Rousseau chez les Waziri. Musée du Quai Branly, du 16 juin au 27 septembre 2009.

Lire aussi sur ActuaBD Tarzan ! ou Rousseau chez les Waziri. : Autopsie d’un mythe

 
Participez à la discussion
9 Messages :
  • Tarzan, succès de l’été
    4 août 2009 08:59, par Jocko

    Il est vrai que Burne Hogarth est parfois un peu maladroit, mais il y en a tellement qui sont incapables de faire le quart de ce qu’il a fait ! Ses dessins sont remplis de générosité et son encrage est très appliqué ! Je trouve votre article très partial et diffamant.

    Répondre à ce message

  • Tarzan, succès de l’été
    5 août 2009 06:14, par alain

    Je trouve les critiques a l’egard de ce bon Burne un peu exagerees !!! il faut croire que son prenom le prete a la critique...En revanche, quand on encense Buscema, il faudrait peut etre jetter un cop d’oeil au recueil de ses Tarzan compile par Soleil et ou il est loin d’etre a la hauteur de ses Conan !!
    Je m’etonne de l’absence de toute mention a l’egard de Russ Manning qui fait pour moi partie des grands dessinateurs de Tarzan. Qu’a-t-il donc fait ou pas fait pour etre ainsi exclu ?

    Répondre à ce message

    • Répondu le 5 août 2009 à  10:18 :

      Russ Manning est formidable oui. Il y eut beaucoup d’autres dessinateurs sur Tarzan, par exemple : Warren Tufts, Dan Spiegle, Doug Wildey, Joe Kubert, José Ortiz, Alberto Giolitti, Paul Reinman, Bob Lubbers, Guido Zamperoni (qui a dessiné quelques Rahan aussi parait-il), Michael Royer, Paul Leroy Norris, Fernando Fusco, Nick Cardy, John Celardo, etc. Sans oublier donc évidemment les incontournables Burne Hogarth et Harold Foster (le meilleur).
      Plus de détails sur ce site :

      Voir en ligne : http://dessine.blogspot.com/2006/10...

      Répondre à ce message

    • Répondu par Alex le 5 août 2009 à  11:56 :

      Je m’etonne de l’absence de toute mention a l’egard de Russ Manning qui fait pour moi partie des grands dessinateurs de Tarzan.

      Je partage votre point de vue. Et j’ose espérer qu’il s’agisse d’une omission de Mr Pasamonik, plutôt que d’une mise à l’écart de son travail par les organisateurs de l’expo. L’oeuvre de Russ Manning étant inexplicablement sous-estimée.

      Le travail de Kubert ou Buscema sur Tarzan est peu inspiré, voire bâclé -de "l’alimentaire" probablement pour ces 2 grands artistes par ailleurs.

      A mon avis les histoires de Manning sont les plus imaginatives de la série. Je dirais qu’il a fait sortir Tarzan de la salle de gym pour le replonger dans la jungle de l’imagination (...comment je cause des fois !!!)

      Quand à Burne Hogarth, je partage l’avis de Mr Pasamonik. A vrai dire j’éprouve la même circonspection face à l’oeuvre d’Alex Raymond. C’est souvent d’une exécution magistrale mais le "tout" ne fonctionne pas, c’est plus un étalage de virtuosité qu’autre chose. J’oserais le terme "Art Pompier".

      Répondre à ce message

    • Répondu par Th. le 5 août 2009 à  12:10 :

      Russ Manning est présent dans l’expo.

      Répondre à ce message

      • Répondu par Michel Dartay le 25 août 2009 à  19:13 :

        Puisque Tarzan semble intéresser, je signale l’existence du numéro 50 de Scarce qui présente un important dossier sur le personnage : dossier Tarzan (de 1929 à 1997 : Jesse Marsh, Russ Manning, Joe Kubert, John Buscema, etc etc), mais aussi articles sur Dick Giordano, rétrospective Thor de 1962 à 1997 (tableau des traductions françaises), articles sur le Starman de Robinson, fin du dossier Avengers ( de 1982 à 1997 : Roger Stern, The Last Avengers Story, West Coast Avengers, etc). Maxi-Portfolio Tarzan. 132 pages. Il doit en rester chez l’association SAGA.

        Répondre à ce message

  • Tarzan, succès de l’été
    25 août 2009 02:20, par Maey

    je confirme ; aucune indication concernant les illustrations d’auteurs comme Lauffray...dommage (pour rester poli, parce que franchement...)
    l’expo reste sympathique, toute la famille s’y retrouve et s’instruit...à conseiller donc...
    il ne me reste plus qu’à retrouver les "super tarzan"...

    Répondre à ce message

  • Tarzan, succès de l’été
    9 septembre 2009 16:01, par Jean-no

    Burne Hogarth comme Michel-Ange de la bande dessinée, ce n’est pas idiot : le protégé de Jules II pratiquait sur ses figures humaines des déformations physiques impossibles mais ne relevant pas pour autant de la caricature...

    Pour ma part je n’ai pas aimé l’expo, mais il faut dire que les trois quarts des planches originales avaient été enlevées pour des raisons que je ne connais pas.

    Je suis assez impatient de lire le catalogue qui, vu son sommaire, est généreux en idées et en informations, contrairement à l’expo que j’ai jugé confuse.

    Voir en ligne : Tarzan au musée des arts premiers

    Répondre à ce message

  • Tarzan, succès de l’été
    21 février 2018 22:24, par CHRIS

    Il faut-être d’une redoutable prétention pour porter un tel jugement sur une légende de la BD œuvrant dans les années 30/40… Hogarth est un des pionniers de la BD US au même titre que Foster, Raymond, Caniff, etc… son art n’est nullement une escroquerie intellectuelle, on aime ou on n’aime pas. C’est sûr, son Tarzan n’est pas du graphisme rondouillard à 2 balles !!

    Répondre à ce message