Tas de beaux saints

19 septembre 2001 0 commentaire
  •   Et si le paradis n'était pas ce qu'on raconte au cours de religion, un espace de pureté, de sagesse... et d'ennui? Et si on nous apprenait soudain que la sainteté n'exclut ni la gaudriole, ni l'amour de la bonne chère ni celui des belles chairs? Et que ce bon Saint Pierre, qui filtre les tout frais défunctés, n'est finalement qu'un plaisantin, grivois et bon vivant? Vous ne croyez pas que les lieux de culte retrouveraient tout à coup leur attrait?

"On ira tous au paradis, on ira ! Qu’on soit saucisse à coktail ou éléphant, on ira…" Ça, c’est ce que dit (à peu près) la chanson. Encore faut-il avoir l’heur de plaire à monsieur saint Pierre. Quelle que soit votre destination, paradis des sapins de Noël ou des mouches à bouse, il y aura toujours un zélé cerbère pour en garder les portes. Et au premier écart de conduite, direction "chez Satan" où un châtiment taillé sur mesure vous attend…

Après deux premiers tomes aux ventes miraculeuses, le céleste duo Stuf et Janry revient du plus haut des cieux pour nous narrer les nouveaux exploits du deuxième portier le plus célèbre de la BD : saint Pierre. Entre deux pages du grand et du petit Spirou, ces vrais amis de vingt ans s’amusent comme des petits fous à inventer de nouveaux coups fourrés entre le Ciel et l’Enfer. Janry, qui signe ici sa première série en tant que scénariste, met tout son humour au service de Stuf, qui laisse de temps en temps ses couleurs pour dessiner avec une joie de vivre communicative. Vous le verrez, ces bons petits diables sont prêts à se damner pour un bon gag !

(par Patrick Albray)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Irrévérencieux, d’accord, mais hilarant ! La vision de Stuf et Janry du paradis et de ses principaux occupants, loin des tristes clichés religieux, a tout pour réjouir. Saint Pierre, gaffeur devant l’Eternel et prêt à tout pour commettre les pires péchés avec ses potes Satan et la Mort, est irrésistible. En passant, les deux auteurs se foutent allégrement de nos tics, de nos modes et des petits et grands travers de notre monde moderne. Réjouissant !

  Un commentaire ?