Teenage Mutant Ninja Turtles Classics : L’éclosion d’une légende

10 décembre 2019 0 commentaire
  • Avant d'être l'une des licences les plus emblématiques de la Pop Culture, « Les Tortues Ninja » était l'une séries indés les plus marquantes des années 1980, issues des cerveaux déjantés de deux jeunes auteurs souhaitant percer dans l'industrie des comics : Kevin Eastman et Peter Laird. Après presque 30 ans d'absence, HiComics, l'éditeur français des Tortues, vous propose de redécouvrir ces premiers épisodes, aujourd'hui entré dans la légende.

Tout a commencé un soir de 1983, avec un simple croquis, celui d’une tortue un peu pataude en train de pratiquer les arts martiaux à la manière de Bruce Lee. Une idée complètement absurde, la tortue, symbole de la lenteur est certainement le dernier animal que l’on imaginerait pratiquer le ninjitsu. Pourtant, Kevin Eastman et Peter Laird, les deux jeunes auteurs derrière ce concept, vont décider d’aller au bout de leur idée, en auto-éditant le premier du numéro de la série, Teenage Mutant Ninja Turtles, tout en étant persuadé que cela sera voué à l’échec. L’histoire leur donnera tort.

Teenage Mutant Ninja Turtles Classics : L'éclosion d'une légende

Profitant d’un concept loufoque mais totalement génial, les deux auteurs décident que cette série sera le melting-pot de tout ce qu’ils aiment. Les Tortues Ninja, c’est comme si vous preniez Bruce Lee, Jack Kirby, Frank Miller, Star Wars, que vous balanciez tout ça dans un mixeur, avant d’y ajouter une pincée de dinosaures et beaucoup de robots.

Ce qui rend l’univers des TMNT (Teenage Mutant Ninja Turtles) si unique et génial, c’est qu’il est un hybride de tout ce que la Pop Culture peut apporter, car après tout, lorsque votre concept de base est celui de quatre tortues ninja fan de pizza, élevés dans des égouts par un rat, rien ne pourra paraître plus étrange. Au sein des sept premiers épisodes publiés dans ce volume, vous passerez ainsi de la plus débridée des SF au film de Kung-Fu, il y a même une petite dose de péplum.

La première apparition de nos quatre Chevaliers d’écailles et de vinyles...

Les origines de nos quatre héros chéloniens qui, ont mutés grâce à des produits chimiques, rappellent le trope de « l’accident scientifique », fréquemment utilisé par Stan Lee et Jack « King of comics » Kirby au début des années 1960, lorsqu’ils ont créés Hulk, Spider-Man ou encore les Quatre Fantastiques. Eastman et Laird s’inspirent d’ailleurs du King Kirby pour construire leurs épisodes.

Nos jeunes tortues évoluent aussi dans une jungle urbaine New-Yorkaise où se croisent des gangs de délinquants et des organisations ninja ancestrales, une hybridation entre la culture occidentale et orientale qui doit tout au travail de Frank Miller sur la série Daredevil. L’organisation japonaise The Hand, qu’affronte le justicier aveugle est d’ailleurs parodié dans l’univers des Tortues par le Clan Foot, dirigé par l’infâme Shredder. Casey Jones, un jeune justicier ultra-violent obsédé par la loi du talion et les séries policières, est une parodie des anti-héros comme l’Inspecteur Harry, dont Miller est un grand fan, ou au Punisher que le même Miller avait brillamment écrit dans Daredevil #183 et #184.

Au fil des pages, on pourra d’ailleurs s’amuser à repérer quelques clins d’oeil, comme un véhicule alien ressemblant au Fantasticar, le véhicule utilisé par les Quatre Fantastiques, ou encore un poster de Ronin, série écrite et dessinée par Frank Miller, dont la publication est quasi-contemporaine à la création des Tortues Ninja. Sans oublier de multiples références à Star Wars, nos quatre guerriers reptiliens vivant pratiquement un remake de la légendaire scène de la cantina et explorant une pseudo-Étoile de la Mort.

Que serait les tortues sans l’infâme Shredder ?

Mais derrière cet amas de références, Kevin Eastman et Peter Laird n’oublient pas de raconter une histoire, dont le thème principal est bien sûr la famille. On sent une véritable passion et une sincérité forte dans le travail des auteurs qui sont ici libres d’exprimer tout ce qui leur passe par la tête, bien que cela reste encore perfectible. On sent toutefois qu’au fur et à mesure de la série, le scénario prend de l’ampleur et les auteurs maitrisent mieux leurs personnages, d’ailleurs, si vous êtes habitués aux versions animées de nos chevaliers d’écailles, soyez prévenus, elles possèdent ici toutes le même bandeau rouge, elles sont très en colère et jurent comme des charretiers !

La partie graphique, le fruit d’une étroite collaboration entre les deux artistes pourra par contre rebuter certains lecteurs, surtout les plus novices. Les planches apparaissent parfois un peu brouillon et sont quelquefois difficilement lisibles, l’absence de couleurs rend parfois difficile l’identification de l’action, surtout si vous n’êtes pas habitué à lire des cases de bandes dessinées. Cependant, Eastman et Laird font preuve d’un véritable sens de la mise en scène et du storytelling, certaines planches sont incroyablement détaillées, preuve de l’immense travail fourni par les deux compères. Mais ce dessin, brut, renforce finalement le côté punk et culture underground qui se dégage de la série.

On ne peut que louer le travail éditorial de HiComics, qui proposent enfin ces épisodes près de 30 ans après leur dernière publication en France, un éditeur qui fait un excellent travail pour faire vivre l’univers des Tortues Ninja. Cette édition, propose les notes et les commentaires des deux auteurs après chaque épisode, permettant de mieux comprendre l’état d’esprit dans lequel ils étaient à l’époque, des bonus non négligeables qui font de cet ouvrage un véritable objet patrimonial. Un très grand soin a d’ailleurs été apporté à cet album, avec des pages de gardes illustrées et une couverture faisant le tour du livre.

Pour les nouveaux lecteurs, on vous conseillera plutôt de démarrer par la nouvelle série, elle aussi publiée chez HiComics, une véritable petite pépite. Mais pour tous les fans des TMNT, Teenage Mutant Ninja Turtles Classics T. 1 : Les Origines est un must-have absolu, une pièce historique, témoignage d’une autre époque, l’origine d’un phénomène mondial qui n’était pourtant que les délires de deux jeunes auteurs voulant vivre de leur passion.

Voir en ligne : Teenage Mutant Ninja Turtles Classics T. 1 : Les Origines sur le site de HiComics

(par Vincent SAVI)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album:
BDfugue FNAC Amazon

Teenage Mutant Ninja Turtles Classics T. 1 : Les Origines - Par Kevin Eastman et Peter Laird (scénario, dessin et notes) - Justin Eisinger & Alonzo Simon (révisions) - Shawn Lee (assistante de production) - Philippe Touboul (traduction) - cartonné - 17 x 26 cm - 350 pages - 39,90 € - HiComics - sortie le 30 octobre 2019

Contenu VO : Teenage Mutant Ninja Turtles : The Ultimate Collection Vol.1 publié par IDW

Illustrations © IDW

Les Tortues Ninja sur ActuaBD sur ActuaBD :

- Lire la chronique de Les Tortues Ninja T. 0 : Nouveau Départ
- Lire la chronique de Les Tortues Ninja : L’histoire secrète du clan Foot

Lire La Fantastique Histoire des Tortues Ninja sur ActuaBD :

- Partie 1 : "Si Bruce Lee était un animal..."
- Partie 2 : "cowabungaaaaaaaaaaaaaa"
- Partie 3 : De l’édition artisanale à la grosse entreprise
- Partie 4 : Le revers de la médaille du succès
- Partie 5 : L’ascension
- Partie 6 : Licences et merchandising
- Partie 7 : Le commencement du déclin
- Partie 8 : Déclin et renaissance de quatre chéloniens mutants

  Un commentaire ?