Ten Grand T1 - Par J. Michael Straczynski, Ben Templesmith & C.P. Smith (Trad. Benjamin Rivière) - Delcourt

17 juillet 2014 0
  • Après sa mort, un homme de main de la mafia fait un pacte avec les anges pour passer un instant encore avec l'amour de sa vie. Devenu un mercenaire, traquant pour le compte du Paradis démons et amateurs de magie noire, Joe se voit confier une nouvelle affaire qui le replonge dans son douloureux passé.

Après la réédition récente en France de Midnight Nation, également chez Delcourt, J. Michael Straczynski [1] nous revient avec une nouvelle création personnelle, hors du carcan des grandes maisons d’édition. Pour cela il a redonné vie au label Joe’s Comics, sous lequel il avait publié au début des années 2000 Rising Stars, Midnight Nation et Delicate Creature. Ten Grand constitue le premier titre de ce revival [2].

Pour ce récit, JMS s’associe à l’artiste australien Ben Templesmith, au style particulier et détonnant, connu entre autres pour 30 jours de nuit, Fell ou encore Wormwood. Cependant, ne faisons pas durer le suspense plus longtemps : Ben Templesmith a abandonné, pour raisons personnelles, la série au bout du quatrième épisode. C.P. Smith le remplace à partir de l’épisode cinq avec un style radicalement différent. Ce moment de changement d’illustrateur coïncide cependant aussi avec une nouvelle étape du voyage du héros, ce qui confère tout de même, et par chance, à cette rupture graphique un sens narratif.

Ten Grand T1 - Par J. Michael Straczynski, Ben Templesmith & C.P. Smith (Trad. Benjamin Rivière) - Delcourt
Rien n’est gratuit en ce monde... sauf lorsqu’il s’agit de vengeance
Ten Grand © Straczynski / Templesmith

Joe Fitzgerald est un détective très spécial, le genre auquel on fait appel pour résoudre des problèmes « anormaux », où il est question de fantômes, de magie et de forces obscures en tout genre. Le récit débute lorsqu’il est engagé par une jeune femme, portant un peu trop de tatouages et de piercings, pour retrouver sa sœur dont elle est sans nouvelle depuis qu’elle a intégré un groupe mystique franchement louche.

Joe va en faire une affaire personnelle en découvrant que le gourou de cette secte ressemble trait pour trait à un homme, serviteur des démons, qui n’est autre que le responsable de sa propre mort et de celle de sa bien-aimée, Laura. Or, Joe pensait l’avoir tué d’une balle dans la tête.. après avoir ressuscité.

Joe face à un monstre typique de Templesmith : passage oppressant par excellence !
Ten Grand © Straczynski / Templesmith

En réalité Joe est mort et a été ramené à la vie par un ange, avec la promesse de revoir Laura un court instant chaque fois qu’il trépasse à nouveau – car c’est là sa « malédiction » : Joe revient à la vie systématiquement, condamné à servir toujours et encore les desseins des anges, mais durant le court instant où il est mort, il peut passer ce moment avec Laura. Une consolation à la fois dérisoire et essentielle pour Joe, qui ne vit que dans l’espoir de revoir sa bien-aimée.

Les quatre premiers épisodes jouent la carte de l’enquêteur de l’occulte, et cela, de façon très efficace mais aussi classique : secte, boîte de nuit pour trouver des indics, un peu de magie ici et là, une connivence avec un médecin de la morgue pour faire parler les morts, mais aussi les fantômes, etc.

L’univers n’est pas sans rappeler Hellblazer d’Alan Moore mais également une autre œuvre de JMS : Midnight Nation. Néanmoins l’aspect enquête apparaît rapidement comme un trompe-l’œil, une simple amorce à un récit qui se révèle au final un road-movie infernal.

En effet suite à un jeu de manipulations, Laura est enlevée et emportée en Enfer, forçant Joe à entreprendre un périple qui n’est pas sans évoquer celui d’Orphée, mais également un peu l’Enfer de Dante comme le revendique l’accroche de la série.

Les deux derniers épisodes du tome démarrent ce qui semble être le véritable récit : celui d’un homme allant chercher sa bien-aimée au fin fond de la Géhenne, affrontant non seulement des âmes perdues, mais aussi ses propres démons et rencontrant un passeur de fleuve.

Côté dessin Ben Templesmith s’est chargé d’illustrer la première partie. Son style demeure particulier et ne sera pas au goût de tout le monde. Son trait apparaît grossier et caricatural, et fait la part belle aux déformations en tout genre. Et c’est à travers une colorisation très travaillée qu’il donne véritablement vie à ses planches. L’ensemble installe une ambiance et une atmosphère toute particulière, glauque, grotesque et dérangeante dont toute la puissance se révèle en particulier lors des scènes de « monstres ».

C.P. Smith qui prend sa suite propose un dessin plus propre, plat, moins expressif et au final très « numérique ». Si ce style semble moins intéressant, il répond néanmoins assez bien à l’ambiance onirique de cette seconde partie du récit.

Changement d’ambiance pour le début du voyage de Joe vers l’Enfer
Ten Grand © Straczynski / Smith

Avec ses dialogues et les monologues intérieurs à la fois ironiques et spirituels, un univers maîtrisé, et diablement bien décrit et illustré, ce premier tome de Ten Grand se révèle une lecture très agréable. L’ensemble dégage néanmoins une petite impression d’exercice de style, en raison sans doute d’un sujet proche de celui de Midnight Nation, ce qui dénote d’un certain manque d’originalité de la part de l’auteur.

Néanmoins ce n’est pas une raison pour bouder son plaisir. L’envie de lire la suite, de savoir si Joe retrouvera Laura, est belle et bien présente, ce qui constitue tout de même un gage de réussite.

(par Guillaume Boutet)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Ten Grand T1. Par J. Michael Straczynski, Ben Templesmith & C.P. Smith. Traduction Benjamin Rivière (Studio Makma). Delcourt, collection "Contrebande". Sortie le 18 juin 2014. 160 pages. 15,95 euros.

Commander cet album chez Amazon ou à la FNAC

Concernant J. Michael Straczynski :
- lire la chronique de la réédition de Midnight Nation
- lire la chronique de la réédition du tome 1 de Rising Stars

Concernant Ben Templesmith :
- lire son interview
- lire la chronique du tome 1 de 30 Jours de nuit
- lire la chronique du tome 3 de Wormwood

[1surnommé également JMS.

[2Joe’s Comics a été relancé sous Image Comics en 2013 et propose les titres suivants :
- Ten Grand par JMS, Ben Templesmith & C.P. Smith,
- Sidekick par JMS & Tom Mandrake,
- Protectors Inc. par JMS & Gordon Purcell,
- The Adventures of Apocalypse Al par JMS & Sid Kotian,
- Dream Police par JMS & Sid Kotian,
- Alone par JMS & Bill Sienkiewicz (prévu pour 2014)
- The Book of Lost Souls par JMS & Colleen Doran (prévu pour 2014).

  Un commentaire ?