Newsletter ActuaBD

Terres d’origines : une nouvelle collection chez Vents d’Ouest

  • Chassant les nuages parfois trop présents actuellement, Terres d'Origine regroupe des récits hauts en couleurs, situés dans une région choisie. Une invitation au voyage...

Valérie Aubin, responsable éditoriale de Vents d’Ouest, aspirait à retrouver la magie des récits de Marcel Pagnol, ancré dans un cadre typique, apportant simultanément la découverte des paysages et des coutumes d’une région et un regard nostalgique vers une jeunesse aventureuse aux accents de Paradis perdu. Tel est le projet de la collection Terres d’Origine ! Pour la lancer, deux récits sont déjà disponibles, qui seront rejoints dans quelques semaines par un troisième.

Les Yeux d’Edith, tome 1 : Canbremer - par Djian & Ryser

Calvados, au début des années cinquante. Deux jumeaux d’une dizaine d’années sont aussi semblable physiquement que différents de caractère : Fernand est un petit roublard déluré alors que son frère Gérard, bègue et renfermé, est peu à l’aise en société. Un jour, des Parisiens viennent s’installer dans la région. C’est le coup de foudre pour Gérard, ébloui par leur fille Edith. Mais son bégaiement reste un obstacle insurmontable. Gérard propose à son frère de séduire Édith en se faisant passer pour lui, le temps de surmonter son handicap grâce à un orthophoniste. Une manière de se réserver la jeune fille... Mais guérira-t-il ? Et la bonne entente des deux frères résistera-t-elle à cette douteuse expérience ?

Terres d'origines : une nouvelle collection chez Vents d'Ouest
Au coeur des villages normands

Djian, à qui on doit entre autres le grand mort avec Loisel et Tard dans la nuit, nous prouve une fois de plus son talent incontestable de conteur. Malgré un thème plus qu’usé (la gémellité provoquant un quiproquo souhaité ou non), on rentre directement dans ce récit intimiste, en partageant les états d’âmes des personnages : une disparité physique focalisant le regard des autres, un déménagement qui bouleverse la vie d’adolescent, le besoin d’être écouté, valorisé, aimé. L’introduction de ce thème se dramatise d’entrée avec la mort d’un des frères, le récit n’étant qu’un long flash-back.

Dans un cadre très épuré, le dessin de Ryser tient fort compte de l’aspect simple des vies de campagne. Dans notre contemporain où l’accumulation semble prouver son existence, ces grandes pièces et les cadres ouverts jouent très subtilement sur les images de l’époque : une fort belle évocation des villages d’antan. On se réjouit déjà à découvrir le second tome concluant ce diptyque.

Et si... - par Marie Jaffredo

Septembre 1961, dans un village des coteaux du Lyonnais, les vendanges viennent de commencer et tout le village s’affaire dans les vignes de l’aube au coucher du soleil. Secrètement amoureux, Jeannot et Mounette, 9 ans, peuvent se promener tranquillement, car personne ne se soucie d’eux ! Seuls leurs grands-parents respectifs ont le temps de les écouter ! Le problème c’est que ces derniers sont brouillés pour une raison inconnue. Quand un matin, Mounette tombe par hasard sur une photo de soldat de la guerre 14-18. Subitement, ce simple cliché jauni va bouleverser toutes ces vies, en faisant remonter un passé que chacun avait tenté d’oublier …

Et si ... on s’enfonçait dans les coteaux ?

Jeune auteure, Marie Jaffredo signe un premier scénario prévisible mais touchant : l’histoire se met doucement en place pour un ’drame’ familial qui remonte à la surface, changeant la donne de tout un village. On tombe néanmoins sous le charme de cette belle histoire, invitant à suivre les vagabondages de ces jeunes enfants entre les vignes, tout en échafaudant des hypothèses sur les liens unissant ce beau petit monde.

Le grand atout de ce conte est avant tout son dessin léger et ses superbes couleurs,proches des livres d’enfant : on se surprend alors à se rappeler sa propre enfance et les aventures magnifiques que l’on a pu vivre lors de certaines journées de la fin de l’été.

L’été 63, tome 1 - par Marc Bourgne & Voro - A paraître

Parti d’un Viêt-Nam en proie à la guerre, le récit entamé dans l’été 63 nous emmène du Paris des “Yéyés” avant d’aboutir à Saint-Roch, un village au cœur de l’Auvergne. C’est là que Linh, jeune Eurasienne déracinée, découvre les membres de sa famille française, avec qui elle va devoir apprendre à vivre : son père Paul, un médecin militaire incapable d’exprimer ses sentiments, sa grand-mère Louise, fermière auvergnate solide et douce, et son demi-frère, qui accepte difficilement l’irruption dans sa vie d’une sœur dont il ignorait jusqu’alors l’existence. L’histoire touchante d’un fils qui découvre la vérité sur le passé de son père…

On pourrait s’étonner de découvrir un scénario de ce style de la part de Marc Bourgne, mais ce serait oublier que cet auteur très éclectique nous avais déjà gratifié de belles histoires intimistes dans Etre libre, réédité sous le titre Dernière frontière. On attend donc impatiemment de pouvoir lire ce diptyque, mis en image par le jeune auteur canadien Voro, qui a déjà collaboré avec Djian pour Tard dans la nuit (voir ci-dessus).

Voilà donc une nouvelle collection sans prétention qui nous propose de découvrir des régions au travers d’histoires familiales intimistes. Le ton est délicat et les dessins couleur pastel. On se prend à rêver en parcourant les pages de ces enfances qui évoquent les nôtres.

(par Charles-Louis Detournay)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Newsletter ActuaBD