Actualité

Terry & les Pirates, le chef-d’œuvre de Milton Caniff, enfin en intégrale en France

Par Didier Pasamonik (L’Agence BD) le 25 juillet 2010               Terry & les Pirates, le chef-d’œuvre de Milton Caniff, enfin en intégrale en France" data-toggle="tooltip" data-placement="top" title="Linkedin">       Lien  
C’est un évènement d’une ampleur considérable car, avec Milton Caniff, on tient ici un des génies les plus importants de la BD du 20e Siècle. BDartiste, une galerie du 9e arrondissement de Paris transformée en maison d’édition, nous proposera cet automne une édition intégrale d’une œuvre qui n’a été que partiellement publiée en France et qui a reçu l’Eisner Award « patrimoine » en 2008. Du beau travail !
<i>Terry & les Pirates</i>, le chef-d'œuvre de Milton Caniff, enfin en intégrale en France
Une édition définitive, restaurée d’après les originaux.
Editions BDartiste

On est souvent subjugués par les graphismes éblouissants d’un Winsor McCay, d’un Feininger ou d’un George McManus, et on a raison de l’être face à des précurseurs qui ont atteint rapidement le sommet de l’art graphique de leur temps. Mais dans le domaine de la bande dessinée réaliste, il a fallu quelques génies comme Harold Foster, Alex Raymond ou encore Roy Crane et Noel Sickles pour écrire une grammaire dont s’inspire bon nombre d’artistes de nos jours. On peut parler de Milton Caniff sur le ton de Boileau dans L’Art poétique : Alors Malherbe vint…

Disciple de Sickles (il partagea son atelier) qui, avec Scorchy Smith va véritablement forger ce style, il va avec Terry and the Pirates, une série entamée le 22 octobre 1934, dominer pendant trente ans le dessin réaliste américain.

Il le doit à un sens inouï de la lumière et des cadrages qui fit l’enthousiasme des premiers historiens de la bande dessinée comme Pierre Couperie : « Utilisant alternativement la plume et le pinceau, Caniff passa maître dans l’emploi des éclairages savants, des clairs-obscurs étudiés, des contrastes violents de blancs et de noirs, donnant à son récit un climat caractéristique qui est aussi celui des films de l’époque…  »

Un strip admirable de Milton Caniff. Il est l’inventeur de toute une grammaire de la bande dessinée réaliste.
DR. (c) KFS — IDW publishing

À propos de son apport scénaristique, il ajoute : « Excellent conteur, Caniff sut joindre à ses qualités graphiques une incontestable virtuosité narrative. […] Le dialogue, parfois dur, parfois lyrique, parfois plein d’humour présente des qualités littéraires que bien des auteurs dramatiques pourraient [lui] envier comme ils pourraient envier la diversité et l’attrait de ses créatures féminines : de la voluptueuse et implacable Eurasienne, Dragon Lady, et de Burma, l’aventurière à la chevelure éclatante et au cœur d’or, à Normandie Sanhurst, héroïne cornélienne déchirée entre son amour pour Pat Ryan et ses devoirs envers son mari, elles sont tout simplement inoubliables. » [1] On ne peut mieux dire. Couperie considère que Caniff est le fondateur du « style classique de la bande dessinée ». La série dura 12 ans et totalisa jusqu’à 31 millions de lecteurs à travers le monde.

Ce premier volume de 400 pages, dans une nouvelle traduction signée Michel Pagel (quelle lourde responsabilité !) compile les strips des années 1934 à 1936. Il est le premier d’une publication en six volumes réalisée en partenariat avec université d’Ohio State et publiée par l’éditeur IDW. Cette édition réhabilite toutes les Sunday Pages [2] méticuleusement restaurées d’après les originaux.

L’éditeur français ne s’est pas contenté d’une traduction à l’identique de l’édition américaine. Il a recueilli les hommages graphiques de quelques-uns des plus grands auteurs de BD contemporains qui nous expliquent pourquoi Caniff est admirable. Une façon remarquable de montrer à quel point l’influence de Caniff est encore présente de nos jours. Parmi les auteurs de ces hommages inédits, on compte François Boucq, Juillard, Guy davis, Floc’h, François Avril, Nicolas De Crecy…

Bravo !

Une page du dimanche de Terry & The Pirates
DR. (c) KFS — IDW publishing

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

🛒 Acheter


Code EAN :

L’album sera publié cet automne et diffusé auprès des libraires par Makassar

Le site de BDArtiste

Bientôt une page sur Facebook.

[1Bande dessinée et figuration narrative, catalogue du Musée des Arts décoratifs, avril 1967, page 65.

[2« Page du dimanche ». Pleine page paraissant une fois par semaine dans le supplément du dimanche du quotidien, en couleurs, contrairement à la bande quotidienne qui est publiée en noir et blanc.

🛒 Acheter 📖 Feuilleter
 
Participez à la discussion
11 Messages :
  • Bonjour , et merci pour l’info.
    Auriez vous une idée du prix
    Merci d’avance

    Répondre à ce message

    • Répondu par Didier Pasamonik (L’Agence BD) le 25 juillet 2010 à  15:51 :

      Je crois que c’est aux alentours de 30 euros. Nous vous tiendrons informé dès que nous aurons des précisions. Pour l’heure, l’album n’est pas référencé ni à la Fnac, ni sur Amazon, ni même sur le site de Makassar. Je comprends votre impatience, mais je crois savoir que la communication commence cette semaine avec le lancement d’une page Facebook.

      Répondre à ce message

      • Répondu par Michel Dartay le 25 juillet 2010 à  16:48 :

        Bonjour Didier. En fait, le prix devrait être de 46 euros. L’édition américaine était déjà fort belle, l’ajout de témoignages d’auteurs français renforcera encore l’intérêt de cette édition (on espère juste que traduction et lettrage seront à la hauteur de l’évènement). Voila pour patienter un descriptif de l’ouvrage réalisé par son éditeur

        "BD Artiste est heureuse de proposer la réédition intégrale et définitive en France de ce morceau de bravoure réalisé par Milton Caniff, 76 ans après le démarrage de Terry et les Pirates en VO. Ce premier volume de 400 pages compile les années 34 à 36 et bénéficie d’une nouvelle traduction signée Michel Pagel. En quelques années Milton Caniff, cet illustrateur talentueux devient un raconteur de génie, cet artiste que ses pairs ont surnommé le Rembrandt du comic strip . Terry et les Pirates était lu par 31 millions de lecteurs entre 1934 et 1946. Dans ce premier volume, découvrez les premières aventures du jeune Terry Lee, son coéquipier l’aventurier et protecteur ’Pat Ryan’, le fidèle Connie, ainsi qu’une galerie inoubliable de brigands tous plus fourbes les uns que les autres tels que Capitaine Juda et Blaze, ainsi que les 2 femmes les plus envoutantes jamais créés par Caniff, la distinguée et sublime Burma ainsi que la manipulatrice et redoutable Dragon Lady.
        Format : 240 x 165, 400 pages couleur et n&b, couverture cartonnée."

        Répondre à ce message

        • Répondu le 25 juillet 2010 à  18:25 :

          pour répondre à la question de Michel,
          nous avons vectorisé la typo de Milton Caniff ce qui nous permet de conserver l’esprit graphique de la version originale.
          Nicolas

          Répondre à ce message

        • Répondu le 25 juillet 2010 à  18:34 :

          Ha non, personnellement je préfère un ouvrage moins cher et sans témoignages d’auteurs français contemporains. 400 pages et cartonné ? Ma foi voilà qui va être fort maniable...

          Répondre à ce message

          • Répondu par Michel Dartay le 25 juillet 2010 à  21:49 :

            Si vous n’aimez pas les bonus français, vous pouvez toujours vous offrir les VO, parues chez IDW Publishing. Le premier tome est proposé à 49,99$ pour 358 pages en anglais.

            Je milite depuis des années contre la médiocrité des traductions française de comics. De nombreux prétendus éditeurs de comics en français sont en fait de simples imprimeurs de traductions bâclées et parfois mal imprimées. Ils n’apportent aucune valeur ajoutée à l’oeuvre, qui aurait pourtant besoin de mise en perspective, d’introduction et de contextualisation.

            Donc pour une fois qu’une jeune maison d’édition propose davantage, pour la présentation définitive en français de ce chef d’oeuvre de la BD au niveau mondial qui a notamment inspiré Hugo Pratt, Hubinon ou le Marcello des débuts (j’en oublie des dizaines d’autres !), il me semble qu’il ne faut pas rater l’occasion, même si la BD évoquera sans doute des souvenirs aux lecteurs des Pieds Nickelés Magazine, et autres.

            J’ai pu apprécier la VO de ce livre et je peux vous garantir qu’un soin extrême y a été apporté. Les fameuses planches en couleurs du Dimanche ont été scannées à partir des documents d’époques, mais un véritable travail de restauration a aussi été accompli (un peu comme par Niffle pour ses intégrales noir et blanc de classiques franco-belges).

            Maintenant si au lieu de 400 pages de chef d’oeuvre, vous préferez 4 albums francobelges moyens de 44 pages, c’est votre droit !

            Répondre à ce message

            • Répondu par danielsansespace le 28 juillet 2010 à  17:53 :

              wouaouh, voilà Marcello que j’adore en bonne place :
              "ce chef d’oeuvre de la BD au niveau mondial qui a notamment inspiré Hugo Pratt, Hubinon ou le Marcello des débuts...".

              Répondre à ce message

        • Répondu le 27 juillet 2010 à  09:08 :

          "Format : 240 x 165"… Je ne sais pas si cette édition de poche séduira les bibliophiles…

          Répondre à ce message

      • Répondu le 27 juillet 2010 à  13:30 :

        Le livre sera à l’identique de la version de chez IDW et sera à 46 euros.

        un proche de l’éditeur

        Répondre à ce message

    • Répondu par Francois Boudet le 25 juillet 2010 à  21:46 :

      Excellente nouvelle. Bravo à l’éditeur pour cette courageuse initiative.
      Et pour parfaire notre connaissance autour du style de Caniff sur "Terry & les pirates", nous avons à disposition en édition originale l’intégrale en un volume des aventures de "Scorchy Smith" par Noel Sickles : "Scorchy Smith and the art of Noel Sickles" (superbe), et à paraître en septembre chez Fantagraphics le premier volume d’une intégrale de "Buz Sawyer" de Roy Crane : "Roy Crane’s Buz Sawyer : The War in the Pacific". (Cliquez sur les liens pour voir les références sur Amazon...)

      Répondre à ce message

      • Répondu par Francois Boudet le 25 juillet 2010 à  22:19 :

        Je rajouterai juste encore un mot sur Sickles pour compléter ce que dit Didier à propos de Caniff : "Disciple de Sickles". Ces deux là étaient de réels amis et si Sickles a indubitablement influencé Milton Caniff, ils ont travaillé également ensemble et se sont donné des coups de main occasionnellement (lorsque l’un était malade, etc.) sur leurs strips respectifs : "Scorchy Smith" et "Terry and the pirates"... Ainsi Sickles a dépanné Caniff sur "Terry et les pirates" et il a même créé le logo de la série en 1935 (celui reproduit sur la couverture en haut de l’article), neuf mois après le début de la série. Sickles a également créé le logo de "Steve Canyon"...

        Répondre à ce message

PAR Didier Pasamonik (L’Agence BD)  
A LIRE AUSSI  
Actualité  
Derniers commentaires  
Abonnement ne pouvait pas être enregistré. Essayez à nouveau.
Abonnement newsletter confirmé.

Newsletter ActuaBD